Le projet de recherche

Juan Gris - The Book (1913)
Juan Gris, Le Livre (1913)

Le projet Écritures grises est né en 2012, à l’École française de Rome, de notre volonté de partager nos lectures, faire converger nos expériences de dépouillement d’archives et comparer nos résultats de recherche autour d’un objet – l’administration –, dont les pratiques d’écriture retenaient particulièrement notre attention. Au-delà des typologies documentaires habituelles, les formes, les styles et les dispositifs d’écriture nous sont en effet apparus, comme un point de rapprochement fécond entre des histoires a priori très éloignées, celles, en l’occurrence, du tribunal de la Pénitencerie apostolique aux XIIIe-XIVe siècles, du développement de l’humanisme au début du XVe siècle et de la diffusion de l’information au tournant des XVIe et XVIIe siècles. Puis, l’intuition d’une continuité plus générale nous a donné l’envie de confronter globalement les instruments de travail des administrations à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque dite « moderne » et, plus profondément, de faire émerger l’outillage commun de ces écritures que nous avons choisi d’appeler « grises ».

Cadrage historiographique

Depuis plusieurs années, les études sur les techniques médiévales et modernes de l’écrit se sont multipliées, allant jusqu’à former un nouveau champ de l’historiographie actuelle. Parallèlement à cet essor des Manuscript Studies, les enquêtes comparatistes menées sur la genèse des États modernes et les chancelleries, étudiées par leur milieu et la culture des acteurs qui y travaillaient, ont permis d’appréhender différemment les mutations de l’autorité et des systèmes politiques.

C’est au croisement de ces deux grands domaines que se situe le projet Écritures grises. Si leur proximité peut paraître évidente, leur interpénétration n’a pourtant été jusqu’à présent qu’ébauchée, autour, notamment, de la papauté. Plusieurs raisons à cela. D’une part, les spécialistes des écritures de chancellerie, sous leurs aspects codicologiques, stylistiques et diplomatiques, s’aventurent rarement du côté des écritures moins solennelles et plus ordinaires qui forment pourtant le quotidien, sinon l’épiderme, des chancelleries. Tandis que, l’histoire administrative, qui est essentiellement une histoire des bureaux envisagés dans leur seule dimension institutionnelle ou au prisme de la sociologie de ses acteurs, est d’autre part peu encline à travailler sur les techniques et les effets de l’écrit, et ce malgré les nouvelles manières de concevoir le politique au Moyen Âge et au début de l’époque moderne, venues notamment de l’histoire de la communication et de la diplomatie.

Matérialité, littératie, traits rhétoriques et stylistiques, dispositifs intellectuels, tels que les principes de classement, l’agencement et le regroupements d’unités textuelles, les modalités de compilation et de réécriture des textes pris dans des chaines d’écritures différenciées : la construction de ce nouvel objet d’étude qu’est la « scripturalité » administrative n’est pas sans lien avec le renouveau méthodologique et les nouvelles directions prises par la rhétorique, la codicologie, la philologie et les sciences diplomatiques et juridiques. Elle prend également appui sur des outils empruntés à l’anthropologie de l’écrit et à la socio-linguistique des organisations.

Lignes de fuite chronologiques

Une certaine banalisation des écritures de l’autorité publique a commencé à prendre corps à partir des XIIe et XIIIe siècles, dans le sillage de la profonde mutation des pratiques de l’écrit suscitée par la fin de l’hégémonie ecclésiastique sur la production de l’écrit et l’essor concomitant des écritures laïques, un phénomène dont rend compte l’expression forgée par Paolo Cammarosano d’« explosion documentaire ». Ce processus, qui ne fut pas uniforme, a trouvé dans les crises et les réformes institutionnelles qui ont jalonné l’histoire de l’autorité publique à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne, un terreau propice à son déploiement. L’histoire des archives, de leurs institutions comme de leurs modes d’organisation et de leurs outils reflètent ce processus et révèlent notamment la multiplication et la diversification progressives des instances productrices et utilisatrices d’écrit, à compter des XVIe et XVIIe siècles.

Ce long processus s’est évidemment réalisé par étapes, selon des tempi différents et des dynamiques qui ne sauraient être envisagées de manière linéaire. De récentes études ont par exemple montré que l’impact de l’imprimerie ne devait pas être surestimé et que, loin de révolutionner la culture politique européenne, elle n’en avait que progressivement modifié l’aspect, la première modernité étant en grande partie restée dépendante de formes, de techniques et de dispositifs hérités des siècles précédents, d’un Moyen Âge particulièrement fécond en la matière. Plus qu’à des ruptures donc, le projet se confronte à des effets de seuil, hors de toute perspective téléologique, et loin de toute idée préconçue quant à un supposé progrès des techniques et des outils considérés ou à une très incertaine rationalité des actions et des acteurs.

Entre le XIIe siècle et le XVIIe siècle, s’est également déroulée une longue phase de construction, de consolidation et de sophistication des États européens considérés dans leurs dimensions territoriale, judiciaire, militaire, fiscale ou diplomatique. Le modèle de souveraineté absolutiste pourrait a priori apparaître très éloigné, dans ses fondements doctrinaux comme dans la pratique du pouvoir qu’il suggère, des pouvoirs princiers du XIIe siècle. Néanmoins, et bien que le processus de centralisation de l’autorité publique dans les États monarchiques s’accélère au XVIe siècle, les travaux des historiens de ces trente dernières années, en France et en Italie tout particulièrement, ont souligné certaines continuités dans le développement des administrations publiques tout au long de la période que nous avons délimitée. Ils nous invitent donc à privilégier un temps long, tout en portant un soin particulier aux évolutions et aux différents seuils qui marquent le vaste arc chronologique que nous explorons.

Bien que le projet ne porte pas sur la genèse de l’État moderne ni sur l’histoire du pouvoir politique, la démarche invite immanquablement à réfléchir à la définition de l’autorité publique et à interroger la nature des rapports pouvant exister entre production documentaire administrative et mode de gouvernement. Cette corrélation est tout sauf mécanique : la diffusion et la survie de certains instruments de travail administratifs invitent en effet à repenser les transformations que connaissent les différents types de systèmes étatiques sur le temps long [1].

Que sont les écritures grises ?

Ici se situe une articulation problématique majeure du programme, qui met en regard les techniques de l’écrit et le travail des administrations. Le programme part de l’hypothèse, jusqu’ici éprouvée à l’échelle locale ou sur des périodes plus restreintes, que ces deux ensembles ne sont pas parallèles, mais bel et bien corrélés et interdépendants. Les pouvoirs publics ont pu se configurer administrativement, voire se bureaucratiser, parce qu’ils usaient d’instruments écrits de gouvernement. Et réciproquement, de tels instruments, leurs formes, leurs techniques, leurs dispositifs propres, se sont développés au fur et à mesure que les autorités publiques tâchaient de se légitimer et de se maintenir.

À compter du XIIe siècle au moins, l’écrit est devenu une ressource, une technologie, quasi intrinsèquement liée à l’activité administrative. Dans le sillage de l’anthropologie culturelle représentée par J. Goody ou de l’anthropologie cognitive de D. R. Olson, nous proposons d’éclairer ce que l’écrit a changé dans les manières d’administrer, de gouverner et de communiquer, tout en tout en prenant soin de ne pas occulter les formes orales de gestion et de décision qui restent entre le XIIe et le XVIIe siècle aussi vivaces que déterminantes, dans la mesure où, en premier lieu, les autorités publiques sont encore très loin de consigner et d’enregistrer systématiquement tout ce qu’elles font et tout ce qu’elles disent et, en second lieu, l’histoire du rapport entre l’oralité et l’écrit ne saurait être, dans ce domaine-ci comme dans d’autres, simplement résumée à la substitution de l’un à l’autre.

Mais qu’est-ce qu’une écriture « grise » ? Nous avons forgé l’expression à la croisée de deux notions, la « littérature grise », d’une part, et les « chaînes d’écriture » de l’autre. La première, féconde bien qu’imprécise, renvoie génériquement à l’ensemble des documents non-publiés que produisent aussi bien les gouvernements que les entreprises, et qui ont pour finalité de circuler dans des cercles restreints, souvent définis au préalable, en marge de l’édition commerciale. La seconde provient de la pragmatique, en particulier des travaux consacrés à la performativité des actes écrits ; elle signifie qu’il n’y a jamais une seule version, définitive, passive et figée d’un document, et met l’accent sur les étapes distinctes qui constituent ce dernier, ses actualisations et ses usages. Par extension, donc, la notion d’« écriture grise » désigne l’ensemble des outils écrits produits par les administrations en vue de réaliser les tâches propres à leur fonctionnement. La notion, qui lie les techniques de l’écrit, le langage et l’action des administrations, se révèle à la fois plus étroite et plus large que celle de « littérature grise » dont elle s’inspire. Elle permet notamment de s’affranchir des typologies héritées des modes de désignation des contemporains, des archivistes et des historiens après eux, ou du moins de les réinterroger sous un angle différent.

Les techniques spécifiques de l’écrit, telle que la mise en liste par exemple, ou la production d’index, ne sont pas tant étudiées pour elles-mêmes qu’en lien avec l’histoire et les actions des institutions considérées, au regard de leur évolution et des éventuelles correspondances ou homologies formelles révélées par l’étude extensive des archives des différentes administrations, dans le but d’étudier ainsi la formation de leurs instruments de travail, ainsi que leurs influences, médiates ou immédiates, et leurs logiques de formalisation et de diffusion éventuelles.

Les instruments de travail des administrations, toutefois, ne sont pas les instruments du travail administratif. Là où les premiers préparent, accompagnent ou prolongent les actions du gouvernement, les seconds, à l’instar des actes, englobent les supports effectifs de l’action publique et sont, de ce fait, exclus d’une enquête qui se situe davantage en amont, en aval et à côté d’elle. Les « écritures grises » composent la boîte à outils de l’action publique, de la prise de décision et de l’exercice du pouvoir.

Sont ainsi examinés les outils écrits de gestion produits en interne par les différentes institutions, tels que les formulaires, les recueils de lettres, les compilations de modèles de documents, les inventaires, ainsi que les questionnaires ou les listes en tous genres, contrairement aux traités, aux sommes et aux collections juridiques ayant été initialement forgés hors du champ de l’action administrative.

Comprise comme une catégorie d’analyse documentaire, la notion d’ « écriture grise » est un concept descriptif qui permet de dégager les logiques de production des outils propres aux administrations de l’Europe méridionale au Moyen Âge et au début de l’époque moderne, de désigner tout un nuancier documentaire et d’interroger sans les simplifier les multiples performances bureaucratiques et intellectuelles corrélées à l’émergence, à la diffusion et aux usages différenciés de ces outils.

Outils de gestion, outils de contrôle et de domination, adjuvants à la décision, supports de mémoire ou instruments de domination : les « écritures grises » révèlent des stratégies distinctes, qui invitent à définir autrement le quotidien comme les finalités des appareils administratifs des XIIe-XVIIe siècle, ainsi qu’à repenser leurs configurations, leurs modes de fonctionnement, comme les principes communs de leurs actions ou leurs différences.

Aires géographiques et institutions étudiées

Notre démarche se veut résolument comparatiste, comme l’attestent les frontières géographiques données au projet. Le projet Écritures grises fait de l’Europe méridionale un laboratoire, parmi d’autres, de la formation par l’écrit des administrations publiques modernes, c’est-à-dire au cours d’une « première modernité » qui englobe l’ensemble de l’arc chronologique considéré, entre le XIIe et le XVIIe siècle.

Prendre en compte l’Italie, ce n’est pas seulement entrer en résonnance avec la vocation de l’École Française de Rome, mais c’est aussi accorder aux communes, à la chancellerie impériale ainsi qu’à la Curie romaine le rôle qui leur revient dans le long processus de renforcement administratif de l’autorité publique en Occident. Soulignons que de nombreuses innovations scripturaires et administratives furent également le fait des petits États territoriaux italiens, et sans doute de certaines chancelleries épiscopales de la Péninsule, dont l’importance en la matière reste encore largement à évaluer.

Dans le Sud de la France, les notaires des pouvoirs urbains, la papauté d’Avignon, puis les différents pouvoirs princiers qui se sont succédés en Provence comme dans le Languedoc, ont également joué un rôle pionnier, dans l’usage pratique, par exemple, qu’ils ont fait du droit savant.

Quant à la péninsule Ibérique, elle a accueilli, au cours de ces six siècles d’histoire, parmi les chancelleries royales les plus productives du point de vue de l’écrit, ses souverains et ses administrateurs se trouvant notamment confrontés dès le début du XVIe siècle à des problèmes inédits posés par la conquête puis la gestion et l’exploitation d’un outre-mer dont le gouvernement à distance doit être interrogé en tant que tel. Les solutions adoptées par le Conseil des Indes sont ainsi mises en perspective avec les outils et les instruments propres à la gestion des affaires de la péninsule Ibérique ainsi qu’avec ceux développés dans le cadre de l’administration des provinces italiennes placées sous autorité espagnole.

Quelle cartographie émerge de l’identification des différents foyers émetteurs d’innovation scripturaire et de la circulation des techniques administratives au sein d’une Europe méridionale englobant les deux péninsules de la Méditerranée occidentale et le Sud de la France ? Peut-on observer le transfert de modèles d’écriture administrative, voire l’utilisation d’une langue administrative partagée à l’échelle européenne ?

C’est en répondant à ce type d’interrogations que le projet parviendra à son terme à isoler l’objet historiographique qui est le sien : l’administration, et ce dans le double sens que nous lui avons assigné, c’est-à-dire comme organe bureaucratique et comme exercice effectif du pouvoir. Une enquête de l’ampleur du projet Écritures grises, qui implique une cinquantaine de chercheuses et de chercheurs de cinq nationalités différentes, devrait permettre de mieux comprendre quand, comment et pourquoi ont pu se diffuser des logiques et des procédés d’administration communs à l’Europe méridionale, par-delà, donc, les systèmes étatiques considérés.

[1] Là où, d’un côté, le concept d’État renvoie génériquement à un type d’organisation politique et juridique, et où, de l’autre, l’autorité désigne la source du pouvoir exercé au sein de l’État, l’administration, elle, recouvre à la fois l’exercice effectif du pouvoir, ainsi que les charges, les honneurs, les bureaux et les offices qui permettent cet exercice, et que l’on ne saurait réduire à son seul aspect réglementaire. Les administrations apparaissent en quelque sorte comme les prothèses de l’autorité publique. Composées, selon Max Weber, d’un personnel que l’autorité souveraine a désigné comme compétent, elles ont pour vocation de permettre et d’assurer le gouvernement de sociétés données.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *