Bilan du workshop « Grey Writings Anatomy » (20-21 septembre 2013)

Un retour sur l’atelier Grey Writings Anatomy, un an après (20-21 septembre 2013)

Un an après le premier atelier romain, un rapide retour en arrière pourrait nous permettre d’en tirer quelques enseignements. Nous avions choisi d’ouvrir cette enquête collective par les questions les plus évidentes : que sont les instruments de travail administratifs entre fin du Moyen Age et première modernité et en quoi peut-on les qualifier d’« écritures grises » ? Les « écritures grises » forment-elle, du reste, une catégorie pertinente d’analyse documentaire et comment caractériser dans une première approche – matérielle, structurelle, technique – les textes qui s’y rattachent ?

Nul doute, d’abord, que le label « écritures grises », si l’on peut dire, a fonctionné. L’image a inspiré les participants et convoqué tout un paysage lexical autour d’elle : la « grisaille », le « jaunâtre », le « gris du gris », ou encore le « chatoiement » (B. Grévin) ont tour à tour été employés pour décrire tant des registres de délibération dans le contexte communal marseillais au bas Moyen Âge (F. Otchakovsky-Laurens) que des suppliques ou des compilations synodales composées dans le cadre des visites pastorales du XVe siècle (P. Vuillemin) ; de nombreuses formules ont en outre servi à évoquer l’« ambivalence », l’« entre-deux », l’« à cheval » ou encore les « sas » (G. Calafat) lorsqu’il s’agissait de décrire les procédures de production et de mise en forme de ces mêmes corpus, dont il a pu être dit qu’ils caractérisaient des écrits génériquement autonomes mais qui n’auraient de valeur qu’insérés dans un autre système de documents (P. Vuillemin). Si la métaphore s’est avérée parlante c’est parce que, semble-t-il, elle permet de désigner, d’un côté, tout un nuancier documentaire et, de l’autre, une zone de convergence des compétences et techniques administratives – rhétoriques, politiques, juridictionnelles notamment.

Expliquons-nous : nous avons choisi de mettre en avant la notion de « nuancier documentaire » parce que, dans une discipline si friande en typologie formelle des sources, il est malaisé de caractériser un matériau souple et en évolution, qui peut être effacé à l’instar des tablettes de cire étudiées par E. Lalou, qui peut être raturé, corrigé, repris, voire jeté, et qui, au fil de chaînes successives de réécriture et de réemploi, peut éventuellement devenir un modèle normé et officialisé (le cas des règles de la chancellerie pontificale examiné par A. Meyer en est une bonne illustration) ; un matériau dont l’une des particularités est, qui plus est, la dynamique qu’il suppose du brouillon à l’acte, une dynamique dont il n’est qu’une des composantes ; un matériau qui dès lors ne prend du sens qu’une fois mis en relation avec d’autres textes, au sein de compilations et de dossiers, tels le recueil hétéroclite des declaratorie auquel J. Théry s’est intéressé, composé à l’intention de Clément IV pour poursuivre le procès contre l’archevêque-élu de Trèves Heinrich von Vistingen. C’est donc ce processus et cet état, cette logique de stratification ainsi que cette nature intermédiaire que l’expression « écritures grises » permet de penser.

Ce questionnement a donné lieu, dans la même perspective, à nombre de réflexions autour du hiatus a priori étonnant entre la constitution progressive de traditions documentaires au long cours d’un point de vue macrohistorique, avec pour exemple les listes de provinces ecclésiastiques étudiées par F. Delivré, et l’impression d’une succession d’initiatives individuelles, propres à chaque notaire ou commis, éparpillées et jouant par à-coups, dès lors que l’on resserre la focale – et il en va ainsi du rôle quasi paradigmatique des infra-letrados dans l’administration de la Nouvelle-Espagne (G. Gaudin).

La plupart de nos intervenants ont également souligné combien le fait de considérer d’une manière générique les instruments de travail administratifs laissait la possibilité d’envisager la multiplicité à la fois de leurs vocations premières et de leurs domaines d’application réels, changeants au cours du temps, plutôt que d’enfermer ces sources et leurs organes producteurs dans un champ d’action figé. On peut se dégager, partant de là, d’une approche tendanciellement fonctionnaliste de l’administration. L’exposé concernant les inventaires d’archives médiévaux, à l’origine des listes de droits qui ont enfanté un genre historiographique érudit, l’a bien montré (O. Guyotjeannin). La question des rapports entre fonctions et usages était dès lors posée, ouvrant la voie aux rencontres à venir.

Il faut encore ajouter qu’au fil des communications, une sorte de drame intime de l’histoire administrative a semblé se répéter. En effet, les efforts et les tentatives, au moins proclamées, qui ont été menées en vue de simplifier, de faciliter, de rendre plus efficace et plus utile, de mieux maîtriser, de mieux appliquer ou gérer, n’ont eu de cesse d’être discutées, remises en cause, sinon déconstruites en même temps que la figure de l’administrateur compétent et dévoué à sa tâche était soumise à la critique. Un déploiement de rhétorique et d’énergie dont nos orateurs ont souligné, maintes fois, les maigres résultats ; voire ont évoqué la façon dont, de manière contre-productive, ces tentatives avaient au contraire encore ajouté à l’augmentation et à la complexification de la masse documentaire administrative. Ainsi l’« écriture grise » renverrait-elle aussi la performance bureaucratique à un horizon, sinon à une utopie, la pratique du gris impliquant notamment du gâchis, de la redondance et donc du superflu.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *