Bilan du workshop « Instrumenter l’action administrative » (10-11 oct. 2014)

Archives Secrètes du Vatican
Archives Secrètes du Vatican

En examinant les usages des instruments de travail administratifs répertoriés lors de la première rencontre (en septembre 2013) – qu’il s’agisse de formulaires, d’inventaires, de questionnaires ou encore de registres de comptes – l’atelier de cette année a d’abord permis de préciser, voire de redéfinir ce que nous entendions par « écritures grises » – expression dont les participants n’ont du reste pas manqué de souligner la ductilité et la plasticité.

Une définition large et extensive des écritures « grises » en ferait le terne pendant des écritures « d’apparat », dont l’étude fut longtemps privilégiée par les diplomatistes (à l’exception notable, comme plusieurs intervenants l’ont rappelé, de Robert-Henri Bautier). Or nos travaux nous ont au contraire permis de nous démarquer d’analyses strictement formelles ou matérielles, quoique la question du support privilégié desdites « écritures grises » (parchemin ou papier ?) ait de nouveau été soulevée. L’attention a davantage été centrée sur les contextes de production et d’utilisation de cette vaste documentation que Pierre Chastang a qualifiée d’« anomique », et nous sont dès lors apparus plus clairement comme étant des « écritures grises » les livres et les papiers – pour ne rien dire des tablettes évoquées l’an dernier par E. Lalou – dont les administrateurs eux-mêmes se servent pour travailler.

L’expression d’« écritures grises » ne recouvre donc pas les documents qui enregistrent ou consignent l’action administrative, aussi banals, austères et gris soient-ils, et les registres de lettres ou de suppliques, ainsi que les cartulaires, doivent être exclus du champ d’étude s’ils ne font pas directement ou indirectement l’objet d’un usage administratif, au risque, sinon, d’une dispersion méthodologiquement préjudiciable. En revanche, les formulaires (E. Canobbio) et les inventaires d’archives (O. Rouchon) en forment bel et bien une partie centrale, dans la mesure où les administrateurs s’en servent comme d’instruments de travail quotidien, pour forger ou classer les documents officiels.

Quant aux fonctions que ces instruments acquièrent et aux usages qui en sont faits, retenons, au sein de la diversité qui nous a été exposée, trois axes structurants, étroitement liés : classer, contrôler, et préparer la décision. Les participants ont noté à plusieurs reprises que les « écritures grises » naissent souvent dans des contextes de conflits ou de litiges. Vouées à prouver des droits ou à mettre en ordre certains documents revêtus d’une fonction probatoire, elles ont pour fonction de classer la documentation « officielle » – la distinction entre « officiel » et « officieux » ayant été retenue, lors de nos discussions, comme un moyen de mieux cerner les « écritures grises » (S. Menzinger). Les inventaires constituent un exemple tout à fait paradigmatique de cet outillage écrit des appareils de gouvernement : ils permettent non seulement aux administrateurs de se repérer dans les archives, mais aussi aux communautés d’agir politiquement – que l’on pense au rapport de forces qui oppose la ville d’Avignon au légat pontifical administrant celle-ci depuis 1377 (O. Rouchon).

Plusieurs cas d’instruments para- ou infra-officiels servant à préparer la décision politique ont également été évoqués, des mémoires que les arbitrios adressent au gouvernement castillan pour résoudre la crise financière du XVIIe siècle (E. Guerra) aux rapports qui accompagnaient et préparaient l’action du Conseil des Pays-Bas espagnols dans la seconde moitié du XVIe siècle, en vue de justifier l’institution monarchique et d’en légitimer les décisions (N. Simon). Gouverner, c’est bien entendu contrôler (un territoire, une population, une information), et les « écritures grises » ont souvent été définies comme les instruments de ce contrôle, qu’il s’agisse des statuts florentins contenant toute une série de documents distincts, tels que des provvedimenti, des listes nominales et des lettres du gouvernement visant à administrer les communautés du contado (L. Tanzini), ou des questionnaires qui, selon les canonistes du XVe siècle, structurent la visite pastorale (S. di Paolo). Mais certains documents servent aussi à contrôler l’administration elle-même, en particulier sur le plan fiscal – dans la Bologne de la fin du XIIIe siècle (M. Conti), ou à la curie épiscopale de Pise au XVe siècle (S. Duval) – ou dans le cas du système d’information et de supervision interne de la Compagnie de Jésus (C. Ferlan).

On notera, pour finir ce modeste bilan, qui ne peut rendre compte de toute la richesse de ces deux journées d’étude, que la chronologie du programme et son ambition comparatiste ont pu également être précisées. P. Chastang a rappelé que la démarche généalogique présentait toujours le risque d’une régression à l’infini, mais aussi d’une exagération des effets de rupture. Aux notions de « révolution » ou d’« explosion » documentaires et archivistiques associées au XIIe siècle, il est dès lors préférable d’utiliser celle de « seuil », qui permet de ne pas renoncer à penser les changements dans la durée en même temps que les effets de discontinuité. Filippo de Vivo a, quant à lui, évoqué l’idée d’une « histoire de la paperasse » qui procéderait par « moments d’accélération », selon une chronologie qui n’est pas totalement assimilable à celle de l’histoire du livre. Il est évident que selon les institutions, et, plus largement, selon les aires géo-administratives qui nous intéressent, seuils et tempi varient. Si dans le Midi français, le XIIIe siècle semble être celui de la systématisation de la production documentaire et archivistique (P. Chastang), il faut attendre Paul V (1605-1621) pour que la papauté se dote d’un véritable organe d’archivage (O. Poncet), la suproduction documentaire caractéristique de la papauté avignonnaise pouvant être interprétée comme le signe et l’effet d’un défaut d’archives (A. Jamme). De la même manière, l’enquête et les instruments qu’elle suscite – en particulier les questionnaires – ne suit pas les mêmes rythmes partout en Europe, ni ne revêt la même fonction : elle peut être moyen de connaissance, démonstration de puissance ou forme de consultation, certains appareils de gouvernement lui préférant d’ailleurs ce que J. Boutier, O. Rouchon et S. Landi ont pu appeler « la politique par correspondance ». Pour prendre un dernier exemple de remise en perspective diachronique, la logique de la liste et la mise en ordre de la documentation communale au travers d’indices et d’inventaires ne triomphent véritablement dans les villes italiennes que dans la seconde moitié du XIVe siècle (I. Lazzarini).

À l’instar de nos précédentes rencontres, les spécificités très fortes de l’Italie communale des XIIIe-XIVe siècles sont d’ailleurs ressorties, avec son incroyable floraison d’offices et la pléthore d’instruments d’action administrative qui en dérivent (M. Conti), auxquelles ont pu, cette année, être comparées celles qui correspondent à l’âge d’or de la bureaucratie espagnole au cours du règne de Philippe II (N. Simon). L’unification de l’arc méditerranéen, du moins durant la période médiévale, a pu être imputée à la pratique partagée du notariat public, et le colloque de 2015 sera sans nul doute l’occasion d’approfondir ces questions par l’étude des circulations et des transferts de modèles de gestion, ainsi que des instruments de travail d’un espace à un autre, d’une institution à une autre. Cette année, ces questions ont surtout été abordées sous l’angle des jeux d’échelles qui lient l’administration centrale aux gouvernements provinciaux ou urbains (S. Truchuelo). Nous espérons donc que certains des problèmes jusqu’ici effleurés seront abordés de manière plus frontale lors du prochain colloque, tels que celui de la langue des documents, qui permettra d’interroger l’éventuelle constitution d’un langage administratif trans-étatique à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne, celui du rôle supposément transformateur joué par la diffusion de l’imprimé également, celui, encore, des influences ecclésiastiques et canoniques sur les usages administratifs séculiers (C. Lenoble), ou, enfin, celui de la solution « technocratique » podestatale, puis de la diplomatie moderne comme facteurs de circulation et d’homogénéisation des instruments de travail administratifs en Europe. Plus généralement, ce sont les liens entre la circulation des individus et celle des instruments ou modèles de gestion administrative qui retiendront notre attention.

 

 

Programme du workshop « Instrumenter l’action administrative » (Rome, 10-11 oct. 2014)

Vittore Carpaccio, Départ des Ambassadeurs (Venise, Galeries de l'Académie)
Vittore Carpaccio, Départ des Ambassadeurs (Venise, Galeries de l’Académie)

 

Organisé dans le cadre du programme « Ecritures grises. Les instruments de travail administratif en Europe méridionale (XIIe-XVIIe siècle) », cet atelier examinera les usages des instruments répertoriés lors de la première rencontre (sept. 2013), tels que les formulaires, les listes, les inventaires, les questionnaires, les tablettes de compte, etc. En nous dégageant d’une vision utilitariste qui n’interrogerait que les fonctions abstraites assignées à ces instruments (information, réglementation, contrôle etc.), nous veillerons à partir de leurs usages concrets, différenciés, et parfois imprévus.

Quatre axes seront privilégiés, pour autant d’actions administratives : compter, archiver/mémorialiser, enquêter/informer, et décider.

L’objectif consiste à dévoiler les coulisses, longtemps délaissées par l’historiographie de l’État « moderne », des appareils de gouvernement que sont la Curie romaine, les chancelleries impériale, épiscopales, royales, mais aussi urbaines, qui peuplent l’Europe méridionale de la fin du Moyen Âge et de la première modernité. Il s’agira ainsi de faire ressortir la dimension la plus pragmatique du gouvernement et de l’administration, en nous focalisant sur les ressources et les techniques qui, à l’époque, en instrumentent l’action.

 

Vendredi 10 oct. 2014

 

9h30

Accueil des participants
François Dumasy (École française de Rome)
Introduction
Arnaud Fossier (Univ. Dijon)
Johann Petitjean (Univ. Poitiers)
Clémence Revest (CNRS, Centre Roland Mounier)

 

10h00 – 13h00
Compter

 
Présidence
Olivier Poncet (École nationale des chartes)

 Marco Conti (Univ. Lyon 2, CIHAM)
Le système documentaire des finances publiques de la commune de Bologne pendant la période du Giudice al Sindacato (1288-1310)

 Clément Lenoble (CNRS, CIHAM)
Les comptabilités ecclésiastiques (XIIIe siècle)

 11h15
Pause

 Sylvie Duval (EfR, CNRS)
Contrôler l’héritage. Enregistrement, exécution et taxtation des testaments et dernières volontés à la fin du Moyen Age en Italie.

  Elena García Guerra (CSIC, Instituto de Historia)
Informes preliminares, presentación de proyectos y estudios previos. Una práctica común en la administración hacendística de la monarquía hispánica (ss. XVI y XVII)
 

15h00 – 18h00
Archiver / mémorialiser

 

Présidence : Filippo de Vivo (Birbeck Univ. London)

 Pierre Chastang (Univ. Versailles Saint-Quentin)
Archiver, administrer et mémorialiser : la communauté urbaine et l’écrit à Montpellier (1180-1350)

 Armand Jamme (CNRS, CIHAM)
Mémoire morte et mémoire vive. Les archives et l’identité pontificale (XIIIe-XIVe siècle)

16h15
Pause

 Olivier Rouchon (Univ. Avignon)
L’institution archivistique de la cité et ses enjeux : autour des anciens inventaires de la ville d’Avignon, XV-XVIIIe siècle.
 

Samedi 11 oct. 2014

 

10h-13h00
Enquêter / informer

 

Présidence : Paolo Napoli (EHESS)

 Silvia di Paolo (Univ. Roma Tre)
La visita pastorale e il diritto amministrativo alla fine del Medioevo

 Elisabetta Canobbio (Università degli studi di Pavia)
Il governo diocesano e la scrittura : un formulario vescovile italiano (Como, sec. XV)

 11h15
Pause

 Claudio Ferlan (Istituto storico italo-germanico)
La Historia Domus, strumento di conoscenza e di governo nella Compagnia di Gesù delle origini. La gestione del conflitto confessionale al confine austroveneto (secoli XVI-XVII)

 

15h00 – 18h00
Décider

 

Présidence : Sara Menzinger (Univ. Roma Tre)

 Lorenzo Tanzini (Univ. Cagliari)
“Scritture grigie” e prassi di amministrazione del territorio a Firenze tra Tre e Quattrocento

 Isabella Lazzarini (Univ. Molise)
L’ordre des choses et l’ordre des textes : listes, index et inventaires dans les registres de gouvernement des principautés italiennes au Moyen Âge tardif

 16h15
Pause

 Nicolas Simon (Univ. St Louis de Bruxelles)
La gestion des Pays-Bas espagnols: échanges, influences et transmissions entre Madrid et Bruxelles durant le règne de Philippe II (1555-1598)

 Susana Truchuelo (Univ. Cantabria)
Diriger la vie en ville: plus de documents, plus d’efficacité ? Le cas du contrôle du commerce au nord de l’Espagne (XVe-XVIIe siècle)

Bureaucratie, administration, comptabilité et écritures cursives (Pise, 23-24 septembre 2014)

Se tenant ces jours-ci à Pise et à Lucques (23 et 24 sept. 2014), ce colloque part, comme nous, du constat qu’il existe un lien entre techniques d’écriture, d’une part, et développement de l’administration, de l’autre. Bureaucratie, développement des offices, comptabilité, pratiques judiciaires ou épistolaires, ont en effet constitué, à des époques diverses, de puissants facteurs de changement de l’écriture dans ses aspects les plus formels.

 

À voir : le programme

Résumés du workshop « Grey Writings Anatomy » (20-21 sept. 2013)

 

 

Declaratorie contra episcopum. Une synthèse curiale à l’usage de Clément IV sur les procédures pontificales contre Heinrich von Vistingen, archevêque-élu de Trèves (1261-1267)
Julien Théry
Université Paul-Valéry de Montpellier

De la fin du XIIe siècle jusqu’au Grand Schisme, les papes ont fait mener des centaines de procédures judiciaires contre des prélats de toute la Chrétienté accusés ou « diffamés » de crimes. Pour l’étude de ce phénomène méconnu, qui relève plus du gouvernement de la hiérarchie ecclésiastique par l’enquête que de la répression, l’essentiel du matériau est constitué, au plan quantitatif, de lettres pontificales. L’éventail des types de sources est plus large cependant, même si les autres documents sont peu nombreux. Le cas de l’archevêque-élu de Trèves Heinrich von Vistingen, poursuivi pour divers enormia sous Urbain IV et Clément IV, a laissé une pièce d’archive qui est à ma connaissance unique en son genre : un épais dossier de declaratorie, c’est-à-dire d’« éclaircissements », rédigé vers 1267 par un clerc de la Curie à l’intention du pape. Édité par Martène et Durand d’après une copie effectuée par Mabillon lors de sa visite de la bibliothèque du cardinal Ottoboni à Rome en 1685, le manuscrit pourrait se trouver aujourd’hui dans le Fonds Ottoboni de la Bibliothèque apostolique. On propose ici une première approche, descriptive, de cet objet archivistique non identifié, composé aussi bien de copies des actes de procédure que de commentaires, d’analyses juridiques et de conseils adressés à Clément IV pour la conclusion de l’affaire.

 

Tenir registre, réunir l’assemblée : quel statut pour l’écriture municipale à Marseille au XIVe siècle ? 
François Otchakovsky-Laurens
Université d’Aix-Marseille

Cette étude tente de définir le statut documentaire des registres de délibérations du conseil de Marseille au XIVe s., en interrogeant les raisons qui poussaient les Marseillais aux commandes de l’institution municipale à faire tenir ces registres, et à ce qu’y soit consacré un effort continu, humain et financier – avec comme résultat une abondante production documentaire. Au travers des traces formelles de la façon qu’avaient les notaires de composer leurs registres, et du maniement quotidien qui en était fait au cours de l’activité municipale, apparaît le  lien avec le fonctionnement réel du pouvoir.
Ces registres, envisagés au sein de la logique documentaire municipale d’ensemble, intègrent des lettres  – sous forme de copies ou d’insertions d’originaux –, génèrent la confection d’instruments publics, autant de documents non directement délibératifs, dont les registres du conseil servent de minutier d’émission et de réception. Les enregistrements sont l’objet d’une consultation continue, qui influe sur la composition des volumes, dont la codicologie indique des « désordres » apparents, qui sont en fait autant de reflets des nécessités matérielles de l’activité du conseil.
Au total, les registres de délibérations sont davantage qu’un simple procès-verbal des réunions, dont au demeurant bien peu de traces de l’oralité et du déroulement subsistent. Outil souple de maniement et de manipulation quotidienne, permettant la mise en ordre du mode de décision et la structuration de l’autorité même du conseil, son rôle pragmatique d’instrument de travail écrit, en perpétuelle évolution, doit être mis en valeur – alors que jusqu’ici ses fonctions symboliques et rhétoriques surtout ont attiré l’attention.

 

Les tablettes de cire : une écriture grise ?
Elisabeth Lalou
Université de Rouen

Nous avons conservé près d’une centaine de codices de bois et de cire. Les corpus les plus importants contiennent les comptes des dépenses de l’hôtel du roi de France (fin XIIIe-début du XIVe siècle). Ces tablettes de grand format (35 cm sur 20) sont constituées de planches de bois creusées pour recevoir une couche de cire de couleur noire. Cette couleur noire ainsi que leur dimension, identifie des objets qui servent de brouillon. Les tablettes royales posent la question du statut des brouillons et celui des comptes qu’elles contiennent.
Le statut même des tablettes de cire les destinent à recevoir des brouillons. Elles étaientaprès d’abord un érasage avec la partie plate du stylet puis potentiellement « recirées » – on refaisait à neuf la couche de cire avant d’être jetées quand le bois se cassait.
Toutefois, des tablettes ont été conservées : certains volumes furent conservées d’abord par les comptables pour des raisons diverses et complexes, puis remplacées par d’autres supports et notamment le papier. Elles entrèrent ensuite dans des cabinets de curiosité,
L’incendie des archives de la Chambre des comptes en 1732 nous prive des documents qui pourraient nous faire comprendre le processus de la comptabilité royale sous Saint Louis ou Philippe IV le Bel, contrairement aux comptes d’Alphonse de Poitiers, conservés eux sur parchemin. Le statut des comptes conservés sur les tablettes de cire royales demeure encore à creuser. Il n’en demeure pas moins que les comptes sur tablettes de cire peuvent être comptés comme une « écriture grise ».

 

Le manejo de papeles et les instruments du travail administratif au Conseil des Indes (XVIIe siècle)
Guillaume Gaudin
Université de Toulouse

En Espagne, depuis l’époque médiévale, le roi règne entouré de ses conseillers mais, au XVIe siècle, l’expansion en Europe et dans le monde provoque un extraordinaire accroissement des affaires à administrer. Les monarques créent une série d’organes consultatifs et judiciaires, les conseils, dont le fonctionnement institutionnel et la composition sociale sont bien connus des historiens. Le Conseil des Indes apparaît ainsi dès les années 1520 sur le modèle du Conseil de Castille.
Si les grandes décisions sont prises par le roi et ses conseillers letrados, en amont, le traitement quotidien des papiers revient à une poignée d’hommes travaillant dans l’ombre des secrétaires, les commis. L’historiographie peu prolixe sur la question a retenu l’expression « infra-letrado », pour désigner « un certain nombre d’officiers plus ou moins subalternes qui formaient le soubassement indispensable du monde de la justice, de l’administration et du gouvernement, sans se voir exiger spécialement la possession de titres juridiques. » (Jean-Marc Pélorson). Le « monde infra-letrado » représente quantitativement (par le nombre relativement élevé de commis dans les Conseils et les audiencias) et qualitativement (par le rôle qu’il joue dans le manejo de papeles) un rouage essentiel du système monarchique. En étudiant le travail quotidien des commis, nous nous approchons au plus près de la matérialité du travail administratif : les tâches de classement, d’enregistrement et la conservation des lettres venues d’Amérique suivant les matières et l’urgence, ainsi que le dépouillement et le résumé des lettres ; la recherche de précédents ou d’informations dans les archives du Conseil des Indes ; la rédaction des relations de mérites en vue des nominations, etc. Les commis se situent très proches du pouvoir monarchique malgré leur rang subalterne et le peu de pouvoir dont ils disposent formellement. Les solliciteurs et autres procuradores venus de tout l’empire en quête de faveurs s’adressent aux commis dans l’espoir de faire avancer leurs affaires.
Pour mener mon enquête sur le manejo de papeles et les instruments du travail administratif au Conseil des Indes, j’étudie le cas des commis des secrétariats du Conseil des Indes, en particulier une famille, les Fernandez de Madrigal-Díez de la Calle, et un personnage, Juan Díez de la Calle, commis de 1624 à 1662.

 

Outils en grisaille : les inventaires d’archives médiévaux
Olivier Guyotjeannin
École nationale des chartes

Réservoirs d’actes par ailleurs disparus, témoins de la légitimité des archives face aux bibliothèques comme lieu d’élaboration de la science historique, outils de la reconstitution des fonds anciens malmenés par l’archivistique méthodique héritée des Lumières : dès les années centrales du XIXe siècle les « inventaires » d’archives médiévaux, voire modernes, se gagnent l’estime des éditeurs de sources, des diplomatistes, des archivistes, des historiens des institutions.
Accompagné de quelques éditions (Dauphiné), le mouvement reste toutefois timide, et plus encore étroitement utilitariste. Peter Rück est le premier à élever l’inventaire à la hauteur d’une compilation, plus précisément du cartulaire, comme révélateur d’un projet et d’une compétence (Savoie, 1971). Il est aussi le premier à dénoncer les risques d’anachronisme (« un inventaire d’archives médiéval est d’abord un inventaire de droits, et c’est toujours un inventaire partiel », dit-il en substance).
Dynamisée par les études sur l’écrit documentaire, l’enquête sur les inventaires d’archives, leur composition et leurs usages, voit aujourd’hui son intérêt reconnu, comme leur édition intégrale en témoigne. La variété des formules choisies s’explique sans doute dans le contexte de pratiques internes, et de faible circulation de modèles, compensée par la circulation des compétences (art notarial de la description des actes, modèles royaux et princiers lentement diffusés vers les archives seigneuriales). Une autre difficulté surgit avec une conservation très aléatoire et de redoutables discontinuités.
Il n’en reste pas moins que le tournant du XIIIe-XIVe siècle marque une accélération décisive et que la seconde moitié du XIVe siècle, au moins en France, voit la naissance d’un genre, avec son vocabulaire spécialisé et tiré des écoles ; voit aussi la diversité des fonctions et des statuts comme des hybridations possibles (rhétorique et recherche d’un public même limité, solennité visuelle, choix de langue, disposition comptable…). En retour, l’inventaire, mieux reconnu, voire indispensable, peut offrir un support, un cadre, à l’intégration d’autres pièces d’histoire, de biographie, de gestion, dans un particularisme persistant, que les feudistes et leurs maîtres réduiront en partie.

 

Chancelleries et ars dictaminis (XIe-XVe siècle)
Benoît Grévin
CNRS-LAMOP

On considère habituellement le développement de l’ars dictaminis  (apparue à la fin du XIe siècle) comme un prodrome à celui de l’écriture administrative. Les nouveaux cadres rhétoriques fournis par l’ars dans l’Europe des XIIe et XIIIe siècles auraient permis une premières formalisation haute de l’écriture étatique dans des institutions pionnières (papauté, royaume de Sicile…), avant de se diffuser un peu partout en Europe. Mais la rhétorique du dictamen, liée à la correspondance et à l’affirmation de la majesté de l’Etat prémoderne, resterait dissociée des mécanismes proprement dits d’une écriture administrative « grise », moins soumise aux pesanteurs et aux cadres d’un art rhétorique, plus susceptible, par exemple, d’adaptation en langue vulgaire. S’interroger sur les rapports entre des techniques de formalisation rhétoriques liées à l’ars et le développement de techniques de rédaction administrative est licite. La naissance de l’ars notariae au XIIIe siècle montre par exemple que l’ars dictaminis, focalisée sur la rédaction de la lettre et de l’acte, ne suffisait pas à formaliser et conceptualiser l’ensemble des opérations juridiques liées au notariat. Il vaut pourtant la peine d’explorer les canaux par lesquels les schèmes rythmiques (cursus rythmique) et les catégories rhétoriques de l’ars (par exemple la circuitio) ont innervé la pratique textuelle des chancelleries européennes très loin de ses zones majeures de déploiement (inventivité rhétorique épistolaire) et de ses origines (jusqu’au XVe siècle). On constate alors que les techniques de formalisation liées à l’ars ont influencé des champs de production textuels relevant d’une administration royale ou pontificale ordinaire (formalisation rythmique de textes d’administration courante dans la Naples ou la chancellerie pontificale du XIIIe siècle), et qu’elles ont conditionné, sous des formes plus ou moins médiatisées, le langage ordinaire des chancelleries, jusqu’au XVe siècle, voire au-delà (exemple des langages mixtes avec phénomènes de code-switching ad libitum latin-volgare à Naples, ou à la chancellerie vice-royale de Palerme en Sicile, en plein XVe siècle). La persistance et l’enkystement dans un langage administratif relativement banal, et pas seulement royal (exemples de l’administration provençale locale du XVe siècle) de chevilles rhétoriques héritées de l’ars dictaminis, suggère qu’il vaut la peine d’interroger les filiations et interactions entre les « écritures grises » de l’administration et le chatoiement de la grande rhétorique de l’Etat.

 

La supplique comme dossier : informations et rescrits dans le Grand-duché de Toscane (1550-1750).
Guillaume Calafat
École française de Rome

La supplique est un rouage crucial des litiges et des contentieux à l’époque moderne : que se niche dans le rescrit du souverain l’issue d’une procédure, ou bien que les demandes de droit des litigants apparaissent clairement exposées dans le cœur du document, la supplique catalyse efficacement ce qui, dans un procès ordinaire, suppose une compilation de pièces et d’actes. À partir des suppliques envoyées au Grand-duc de Toscane aux XVIIe et XVIIIe siècles et transmises au tribunal du Gouverneur de Livourne et à celui des Consuls de la mer de Pise, cette contribution vise à analyser l’important « sas » constitué par la procédure dite « d’information » : il s’agit ainsi d’observer comment la requête de l’administré peut se transformer, par la compilation des informations, des pièces probatoires et des comparutions, en véritable dossier. Puis, à travers deux études de cas, on cherche à montrer combien la supplique a pu être un instrument privilégié pour administrer la justice à l’époque moderne, c’est-à-dire à la fois à résoudre des litiges, mais aussi à répartir des compétences juridictionnelles entre différentes magistratures.

 

Il Liber Cancellariae apostolicae – lo strumento centrale per il governo della chiesa universale
Andreas Meyer
Université de Marburg

Il governo della Chiesa universale nel tardo medioevo era un governo per iscritto. Il Liber Cancellariae tardomedievale contiene i testi amministrativi (giuramenti, formule, costituzione e regole di cancellaria) che servivano a questo scopo. Il Liber Cancellariae è composto di tre parti :
– Il Liber Cancellariae I è stato comminciato sotto Giovanni XXII e contiene anche testi di Benedetto XII e qualche aggiunta di Urbano VI. Ne esistono tre manoscritti tre- e quattrocenteschi a Magonza, Parigi e Città del Vaticano. L’edizione del manoscritto parigino è stata curata da Adalbert Erler nel lontano 1888. Per i suoi „Kanzleiordnungen“ (1894) Michael Tangl ha usato il manoscritto Parigino e quello vaticano.
– Dal Liber Cancellariae II esistono due versione, una più vecchia (Ottobon. Lat. 778), probabilmento iniziato sotto Benedetto XII e tramandato in una copia fatta durante il pontificato di Innocenzo VI, ed una versione più ampia che è stata copiato da un manoscritto perduto nel maggio del 1380 da Teodorico da Nyem. Il manoscritto vaticano (Barberin. lat. 2825) serviva da Liber Cancellariae autentico da Bonifacio IX fino a Pio IV (1560). Di questo esistono 12 copie tre-, quattro- e cinquecentesche.
– Finalmente, da Gregorio XI in poi le regole di cancellaria formavono un quaterno particolare del Liber cancellariae. Emil von Ottenthal ha pubblicato le regole di Giovanni XXII fino a Nicolao V. Sto preparando una edizione nuova ed ampliata che comprende tutte le regole e le costituzioni interessanti fino a Sisto IV, usando tutti i manoscritti tramandati (più di 170).

 

« Quelques nuances de gris »… Écritures grises et réformes ecclésiastiques dans l’Italie du nord à la fin du Moyen Âge.
Pascal Vuillemin
Université de Savoie

Dans la foulée du Concile de Constance, on constate une véritable flambée réformatrice dans la plupart des diocèses de l’Italie du Centre-Nord. De Milan à Vérone, de Padoue à Venise, de Florence à Plaisance, des dizaines de prélats s’engagent alors dans une sévère et minutieuse reprise en main de leurs clergés et de leurs fidèles, mobilisant pour ce faire un ensemble de textes et de mesures préparatoires, parfois (re)découvertes pour l’occasion. Cette communication se proposait ainsi d’analyser les différents types de documents compilés ou spécialement rédigés lors de ces réformes. Ainsi, par le biais de l’observation des compilations synodales, des compilations des actes judiciaires et des questionnaires des visites pastorales, une tendance générale s’est dégagée, qui souligne le rôle essentiel des écritures grises dans la mise en œuvres des réformes diocésaines dans l’Italie des derniers siècles du Moyen Âge. Mieux encore, et en dépit de résultats somme toute bien relatifs, l’étude a également permis de montrer en quoi l’ensemble de ces mesures a pu conduire à l’élaboration de nouveaux droits diocésains, dont les échos – comme la méthodologie – résonneront encore au moment de l’ouverture du Concile de Trente.

 

Programme du workshop « Grey Writings Anatomy » (20-21 sept. 2013)

 

Gilles de Rome, Le gouvernement des princes

Dans le cadre du programme de recherches « Écritures grises. Les instruments de travail administratifs en Europe méridionale (XIIe-XVIIe siècle) », l’atelier d’études « Grey Writings Anatomy » ouvre l’exploration des écritures de l’autorité publique et de leurs mutations sur le temps long (ca 1100 – ca 1700) par l’examen de leurs spécificités matérielles, linguistiques et formelles. En tâchant de se placer en-deça des traditionnelles typologies documentaires, l’objectif est de définir ce qu’est une « écriture grise » par la comparaison des divers instruments écrits utilisés par les appareils de gouvernement, mais aussi d’enrichir le concept d’« administration » en substituant aux schémas fonctionnalistes et aux organigrammes contemporains l’analyse des chaînes, des techniques et des logiques d’écriture para-politiques du Bas Moyen Âge et de la Première Modernité.

Trois axes complémentaires seront privilégiés, pour autant de demi-journées d’étude. Une première session autour de « la matérialité » soumettra à enquête les écritures comptables et judiciaires, ainsi que les registres de délibération, pour réfléchir aux supports des documents préparatoires qu’utilisaient les administrations et dégager ainsi les critères de définition matériels de l’« écriture grise ». Une seconde session mettra l’accent sur certaines des « techniques administratives » fondamentales qui permettaient aux appareils de gouvernement de fonctionner (classer, archiver, styler, traduire etc.). Une troisième session interrogera les « logiques formelles » transversales à l’œuvre dans la confection des instruments de travail administratifs, ainsi que dans la production documentaire quotidienne des appareils de gouvernement (la liste, la compilation, le questionnaire etc.).

Vendredi 20 septembre

Accueil des participants

Arnaud Fossier (Univ. Bourgogne)
Johann Petitjean (Univ. Paris 1)
Clémence Revest (CNRS, École française de Rome)
Genèse d’un programme de recherche et présentation des enjeux de l’atelier

 

Types et supports documentaires : la matérialité de l’écriture grise

 

Président de séance

Paolo Cammarosano (Centro europeo di Ricerche Medievali di Trieste)

Julien Théry (Univ. Monptellier)
Declaratorie contra episcopum. Une synthèse curiale à l’usage de Clément IV sur les procédures pontificales contre Heinrich von Vistingen, archevêque-élu de Trèves (1261-1267)
François Otchakovsky-Laurens (Univ. Aix-Marseille)
Tenir registre, réunir l’assemblée : quel statut pour l’écriture municipale à Marseille au XIVe siècle ?
Elisabeth Lalou (Univ. Rouen)
Tablettes de cire : écriture grise ?
Guillaume Gaudin (Univ. Toulouse)
Le « manejo de papeles » et les instruments du travail administratif au Conseil des Indes (XVIIe siècle)
 

Techniques administratives : classement, langages et formalisation

 

Présidente de séance

Cecilia Nubola (Università Trento)

Olivier Guyotjeannin (École des Chartes)
Outils en grisaille : les inventaires d’archives médiévaux
Benoît Grévin (CNRS, Lamop)
Chancelleries et ars dictaminis (XIIe-XVe  siècle)
Guillaume Calafat (École française de Rome)
La supplique comme dossier. Informations et rescrits dans le Grand Duché de Toscane (1600-1700)

 

Samedi 21 septembre

 

Logiques formelles et rationalité administrative

 

Président de séance

Armand Jamme (CNRS, CIHAM)

Fabrice Delivré (Univ. Paris I/Lamop)
La chrétienté en liste. Genèse et fortunes du Provincial de l’Église romaine (XIIe-XVe siècle)
Andreas Meyer (Univ. Marburg)
Il « Liber Cancellariae apostolicae » : lo strumento centrale per il governo della chiesa universale
Maria Cristina Cunha (Univ. Porto)
Les logiques de formalisation des documents épiscopaux de Braga aux XIIIe et XIVe siècles
Pascal Vuillemin (Univ. Savoie)
« Quelques nuances de gris »… Écritures grises et réformes ecclésiastiques dans les diocèses d’Italie du Nord à la fin du Moyen Âge

 

Dangereuse paperasse!

 

La maison d’édition belge « Zones sensibles »  fait paraître un livre du spécialiste des médias, Ben Kafka, intitulé Le démon de l’écriture. Pouvoirs et limites de la paperasse, et postfacé par l’historien américain Robert Darnton (2013).

Par « paperasse », l’auteur entend « l’ensemble des documents produits en réponse à une demande, réelle ou imaginaire, émanant de l’État ». Il montre que la paperasse syncope en effet les rythmes de l’Etat et peut déstabiliser ses structures.

Exemples : Le bulletin de vote censé servir de fondement au gouvernement représentatif est déclaré nul à cause d’un trou mal perforé. Le mandat censé nous protéger contre les perquisitions et autres saisies arbitraires est émis par erreur à une mauvaise adresse. Le visa qui devrait nous permettre de travailler ou de voyager nous renvoie sans cesse au même endroit dans l’espoir que, cette fois-ci, nous n’aurons pas oublié d’apporter les documents à l’appui.

En temps normal, les accidents sont corrigés, les rythmes restaurés, les structures rétablies. Mais dans certaines conditions exceptionnelles (guerres, révolutions, catastrophes naturelles), un incident technique insignifiant peut mener à des conséquences désastreuses.

Sommaire

 

Écritures communales en Méditerranée (XIIe-XVe siècles)

 

Les 6 et 7 juin 2013, se tiendra à l’École française de Rome (piazza Navona, 62), le premier colloque du programme « Statuts, écritures et pratiques sociales dans les sociétés de la Méditerranée occidentale (XIIe-XVe siècles) », organisé par l’ICT (Université Paris 8), l’ÉfR, le LAMOP (Université Paris 1) et le CERM (Università di Trento).

Intitulé « Codicologie et langage de la norme », ce premier colloque a pour but de décrire, pour l’Italie communale et l’espace du Midi français, les formes codicologiques et le langage des « corpus statutaires », définis comme « tout type de texte qui se présente comme une forme écrite et stabilisée du droit local, édictée par une autorité publique communale ». Il s’agit de rompre avec une approche typologique déterminée par des catégories principalement juridiques pour partir des flux documentaires. Le retour aux archives et aux manuscrits doit permettre de critiquer la réalité documentaire autonome des statuts.

Cette rencontre fera le point sur les formes matérielles de la préservation et de la transmission des corpus statutaires, les diverses formes de réécriture, les différentes copies et leurs usages, les modalités et la chronologie d’une individuation des corpus statutaires lorsqu’elle a lieu, le vocabulaire employé pour nommer ces « statuts » et l’utilisation du latin et/ou de langues vernaculaires. L’esquisse d’un panorama régional doit permettre de distinguer des pratiques locales spécifiques, de poser la question de la pertinence de l’opposition rural-urbain et de mener des comparaisons à l’échelle de l’arc méditerranéen.

Le programme

Listes et culture de l’écrit au Moyen Âge

Coordonné par Laurent Feller (Université Paris 1, LAMOP) et Pierre Chastang (Université Versailles Saint-Quentin, ESR), le projet de recherche « Listes et culture de l’écrit au Moyen Âge » propose d’interroger l’histoire de la liste – comme mode d’écriture spécifique et outil de connaissance – dans la perspective des transformations de la culture de l’écrit et des processus discontinus de rationalisation du travail intellectuel et de l’action, qui caractérisent la période s’étendant des temps carolingiens jusque vers 1550. Par son caractère transversal, l’objet de recherche qu’est la liste transgresse les frontières modernes du pragmatique, du didactique et du poétique, ainsi que les champs de spécialisation académique afférents. Le projet de recherche entend par conséquent réunir autour de ce thème des littéraires, des lexicographes, des historiens, des anthropologues et des spécialistes de la pensée médiévale.

En juillet 2013, sera établi un questionnaire collectif qui servira de guide à la rédaction d’un projet de recherche pluriannuel. Trois problèmes paraissent d’ores et déjà fondamentaux.
1. Le lien entre l’oralité et l’écriture. La liste étant ordinairement envisagée, depuis les travaux de Jack Goody, comme une forme scripturale caractéristique des sociétés dans lesquelles l’oralité continue à tenir une place importante.
2. Le rapport entre liste et paradigme. Si le contenu de la liste est souvent déterminé par la situation réelle des choses que le rédacteur inscrit, le processus d’écriture de la liste procède d’une qualification des choses, produisant des ensembles d’objets ou de propriétés inédits. Il conviendra donc d’identifier, de manière diachronique, les grands systèmes de nomenclature et les lieux particuliers de leur (re)production.
3. Les formes de connaissance et de rationalité introduites par la liste. Il s’agira de mettre à profit la notion de « pratiques épistémiques » (Wolfgang Detels) afin de réévaluer l’apport de la liste à l’émergence d’une rationalité de type instrumentale (Max Weber) et aux processus de rationalisation des conduites qui caractérisent l’histoire de la société occidentale à partir du Moyen Âge central.

Quatre séminaires préparatoires (janvier – juin 2013)
1. 18 janvier (Paris) : Liste : histoire, langue et sciences sociales.
Francis Joannès ; Florence Weber ; Olivier Bertrand
2. 15 février (Saint-Quentin) : Listes et administration du prélèvement.
Joseph Morsel, Harmony Dewez, Jean-Pierre Devroey
3. 26 avril (Paris) : Listes et systèmes de gouvernement.
Giuliano Milani, David Sassu-Normand, Valérie Theis
4. 14 juin (Saint-Quentin) : Listes, rhétorique, et champ du littéraire.
Monique Goullet, Madeleine Jeay, Éléonore Andrieu

Plus de détails sur ce projet de recherche…

Écritures comptables (XIIIe-XVIe siècles)

Genèse médiévale d’une méthode administrative (programme ANR, 2011-2014).

Formes et pratiques des comptabilités princières (Savoie Dauphiné, Provence, Venaissin) entre XIIIe et XVIe siècle

 

Coordination

Armand Jamme (CNRS, Université Lyon 2)
Thierry Pécout (Université de Provence)

Partenaires

Université d’Avignon
Université de Chambéry
Université de Grenoble
Université de Genève, Suisse
Université du Québec à Montréal et Université de Moncton (Grepsom), Canada
Archives départementales des Bouches-du-Rhône, de l’Isère, de la Drôme, du Rhône, de Haute-Savoie, de Savoie, du Vaucluse

Programme

Le programme GEMMA s’articule autour de quatre tâches complémentaires réalisées par les différents partenaires selon des échéanciers propres : la numérisation des sources en étroite collaboration avec les Archives départementales de l’espace concerné, leur insertion sur un site Internet, la réalisation des transcriptions et le développement des méthodes d’interrogation informatique, l’approfondissement des connaissances en matière comptable et la valorisation scientifique des acquis. Ce dernier aspect repose sur l’organisation d’un cycle itinérant de journées d’étude organisées tour à tour par chaque partenaire dans les institutions adhérant au projet (Universités d’Aix-Marseille I, d’Avignon, de Chambéry, de Grenoble, de Lyon II et de Genève) et ouvertes à des communicants membres du projet ou non, dans une perspective comparatiste.

En collaboration avec le partenaire québécois, deux registres issus de la Chambre des comptes de Provence (Archives départementales des Bouches-du-Rhône) et articulant méthodes de vérifications comptables et procédures de recouvrement et de sauvegarde du domaine royal, seront édités sous la forme d’un volume papier, par les Éditions du CTHS (Paris).

En juin 2013 à Aix-en-Provence (UMR TELEMME), seront consacrées deux journées d’étude concernant le thème des « Expériences marchandes, ecclésiastiques et urbaines dans l’élaboration des comptabilités princières ».

Appel à contributions pour les journées d’étude de juin 2013

La quatrième rencontre du programme GEMMA financé par l’Agence nationale de la recherche aura lieu à la Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme d’Aix-en-Provence, salle Georges Duby, les 13-14 juin 2013. Elle portera sur les expériences marchandes, ecclésiastiques et urbaines dans l’élaboration des comptabilités princières en Dauphiné, Provence, Savoie, Venaissin et autres principautés d’Occident.

De l’autel à l’écritoire : aux origines des comptabilités princières en Occident, XIIe-XIVsiècles

La mise en place des comptabilités princières, dans le courant du XIIIe siècle, nécessite deux types de réflexion. La première porte sur le personnel mobilisé par le prince, son origine, sa formation et sa culture familiale et professionnelle. La seconde interroge les méthodes de mise à l’écrit, de conservation et de consultation utilisées par les institutions chargées de la comptabilité princière, tout particulièrement les Chambres des comptes.

Pour ces deux aspects, la réflexion s’est surtout développée en termes d’influences et s’est ainsi portée sur la question de l’apport des milieux urbains, marchands et des institutions communales, ainsi que sur la place du notariat et des hommes de loi. Par exemple, dans le cas de la principauté angevine de Provence, a été noté l’apport probable d’un personnel provenant de la péninsule Italienne, des communes du Piémont, de Lombardie et de Ligurie, de Toscane, en particulier à l’occasion de la venue des podestats et de leur suite lors des mutations des gouvernements communaux. La comptabilité princière entretient vraisemblablement d’étroites relations avec ces milieux et les comptabilités urbaines, mais selon des modalités et une chronologie qui restent à éclaircir, à partir d’une étude précise du vocabulaire institutionnel et de la structure des écrits comptables. En second lieu, si le recours à un personnel étranger par les gouvernements princiers a donné lieu à de distinctes enquêtes prosopographiques, il reste à mettre en relation leurs compétences avec l’élaboration des méthodes de comptabilité. La circulation de ce personnel qualifié mérite aussi une recherche précise dépassant l’échelle d’une seule principauté territoriale.

Un second domaine nous paraît en revanche encore en friche, malgré les perspectives ouvertes par des travaux portant plutôt sur le Moyen Âge finissant. Il s’agit de l’importance de la matrice ecclésiastique dans ce processus d’élaboration, qui tempère ou plutôt complète les pistes profanes décrites ci-dessus. L’enquête devra d’abord porter sur la présence de la comptabilité et sa nécessité au sein de structures ecclésiales et de communautés religieuses pour lesquelles le calcul et le comput sont constitutifs de leur formation intellectuelle. Au sein de milieux ecclésiastiques provenant eux mêmes de milieux urbains, comme les chapitres cathédraux, la mise en place dans le courant du XIIIe siècle d’outils comptables améliorant la gestion de la mémoire et de la commémoration des défunts, tels les livres des anniversaires, nécrologes et obituaires, mérite une attention spéciale. Ensuite, le développement d’une fiscalité pontificale, avec la décime, a imposé aux évêques et aux chapitres cathédraux, qui en sont les relais locaux, la mise en place d’une comptabilité bénéficiale et d’une rationalisation de sa gestion qu’il s’agira d’examiner de près. Quelle a été leur conséquence sur l’émergence de compétences spécifiques au sein de ce milieu clérical ? La place des clercs séculiers dans les premières institutions comptables princières, et d’un personnel de notaires et de scribes issu de leur entourage, et en retour la présence de nombreux collaborateurs du prince au sein de ce milieu, doit nourrir enfin une enquête d’histoire sociale de l’institution comptable. Elle ouvrira sans doute de nouvelles perspectives non seulement au regard de l’élaboration des outils comptables, mais aussi du lien qu’ils peuvent entretenir avec certaines de leurs origines. Les enjeux idéologiques sont ici prégnants, quand pareille comptabilité a d’abord été mise en œuvre comme un auxiliaire de l’économie du salut.

Le résumé (d’une page maximum) doit être envoyé à
Thierry.Pecout@univ-st-etienne.fr et/ou Armand.Jamme@univ-lyon2.fr
La date limite pour faire parvenir ces résumés est le 31 décembre 2012.

 

« Écritures grises » : la première rencontre (Rome, 15 sept. 2012)

 

 

Participants :

Paolo Cammarosano, Marie Dejoux, Fabrice Delivré, Silvia di Paolo, Guillaume Gaudin, Benoît Grévin, Arnaud Fossier, Armand Jamme, Boris Jeanne, Cecilia Nubola, Stéphane Péquignot, Johann Petitjean, Olivier Poncet, Clémence Revest.

 

Cette première rencontre a permis de faire évoluer le projet « Écritures grises » initial en élargissant le champ documentaire exploré et en affinant un certain nombre de questionnements sur les sources écrites soumises à l’étude.

 

De nombreux participants ont d’abord proposé de voir dans les instruments de travail administratifs l’ensemble des écrits préparant la rédaction de l’acte, de la lettre ou, plus largement, du document officiel. On pense ici en premier lieu aux brouillons (le « gris du gris » pour reprendre l’expression de S. Péquignot), même s’il est rare que nous en disposions. G. Gaudin a ainsi évoqué le cas exceptionnel de l’expediente, un dossier contenant tous les papiers préparatoires et les pièces justificatives qui conduisaient à la production de documents par le Conseil du roi d’Espagne, au XVIIe siècle.

 

Dès le XIIIe siècle, en particulier dans les chancelleries impériale et papale, les formulaires et, plus globalement, les compilations de modèles d’actes, de suppliques et de lettres relèvent également de cette catégorie d’instruments de travail situés en amont des documents officiels, puisque ces derniers, assistant non pas leur lecture, comme le rappelle F. Delivré, mais bien leur écriture. Au XVIIe siècle encore, les administrateurs disposent, en Italie, de recueils de suppliques, que C. Nubola qualifie de « littérature grise » et qui permettent d’accélérer la prise de décision du prince ou du monarque.

 

A. Jamme souligne qu’il serait toutefois dommageable de se limiter aux formulaires et recueils de modèles épistolaires. Les comptes et les enquêtes sont en effet, dès le XIVe siècle, au centre du gouvernement, qu’il soit royal, princier ou pontifical. Il faudrait donc intégrer au champ d’étude, d’une part, les instruments de la comptabilité d’État tels que les listes de perception, les fouages ou les listes de taxes et, d’autre part, les écrits – les questionnaires, par exemple – qui préparaient les grandes enquêtes mises en place par les États royaux dès le XIIIe siècle (M. Dejoux).

 

Les instruments du travail administratif sont aussi « ceux qui contribuent à la transmission, à la conservation et à la consultation des documents produits par les appreils administratifs » (S. Péquignot). De nombreux participants ont donc mis l’accent sur les inventaires, véritables instruments d’archivage et de classement, dans les administrations communales italienne (P. Cammarosano) ou dans le royaume d’Aragon, puisqu’une centaine d’inventaires permettant de retrouver les droits et privilèges concédés par le roi ont été dressés entre la fin du XIIIe et la fin du XVe siècle.

 

Quant aux registres et aux cartulaires, ils ne seront soumis à l’étude que sous l’angle de l’utilisation qui en est faite en vue de la production de nouveaux documents. S. Péquignot donne l’exemple des notes additionnelles inscrites dans les registres de la Couronne d’Aragon . On s’y référait en effet pour produire et rédiger de nouveaux actes.

 

A. Jamme invite à mieux définir l’objet d’étude en opérant la distinction entre « instruments de travail administratifs » (au cœur de notre programme de recherche) et « instruments du travail administratif » : quand les premiers préparent le gouvernement, les seconds en sont les supports effectifs. De la même manière, il nous fait d’emblée différencier les techniques du pouvoir et de l’écrit, telles que le droit qui contribue à structurer les documents à portée normative, tout au long de la période que nous avons retenue, des instruments à proprement parler que nous considérerons comme les adjuvants des documents produits par les pouvoirs publics.

 

La plupart des participants ont noté que notre objectif ne devait pas être d’établir une typologie documentaire, mais plutôt d’identifier certaines logiques transversales de production documentaire. La porosité des genres ou types de documents évoqués ci-dessus – B. Grévin pense, par exemple, aux formulaires d’actes et aux summe dictaminis du XIIIe siècle – ainsi que les « glissements documentaires » et la « complémentarité des techniques de l’écrit » (A. Jamme) empêchent en effet toute tentative typologique.

 

Le but sera donc d’examiner les formes de communication et les échanges entre différents types documentaires, plutôt que d’alimenter le morcellement historiographique actuel. On peut ainsi penser aux homologies formelles entre écritures comptables et autres dynamiques d’écriture des appareils administratifs de la fin du Moyen Âge (A. Jamme) ou questionner le processus de construction de l’autorité publique médiévale auquel contribuent tant les enquêtes administratives que les visites de contrôle d’institutions telles que les hôpitaux (S. di Paolo).

 

Nous ne perdrons pas de vue le fait que l’oralité tient une place prépondérante dans la construction de cette autorité et que bien souvent – les procès-verbaux des conseils citadins de l’Italie médiévale en sont un exemple paradigmatique – l’écrit n’est que la transcription d’un verbum oral dont le statut d’instrument de travail administratif devra être questionné (P. Cammarosano).

 

Les techniques spécifiques de l’écrit, quant à elles (l’index, le répertoire, le tableau ou encore la liste) devront être étudiées sous l’angle de cette formalisation croissante des instruments de travail administratifs, se substituant, selon une chronologie qui reste cependant à préciser, aux formes orales de gouvernement. La liste a notamment été évoquée à plusieurs reprises, au travers des exemples des pouillés épiscopaux ou du Provincial de l’Église romaine, cette liste des diocèses de la chrétienté dressée hors de la Curie romaine mais utilisée par celle-ci dès le XIIe siècle (F. Delivré).

 

Pour tous les participants d’ailleurs, l’exclusion du champ d’étude des instruments de travail établis hors des institutions productrices de documents officiels ne tient pas, puisque de tels outils pouvaient être utilisés par les institutions en question, comme en témoignent l’influence du notariat public sur les chancelleries épiscopales italiennes des trois derniers siècles du Moyen Âge ou les influences « médiates » et « immédiates » du dictamen, pour reprendre la distinction de B. Grévin, sur la rédaction des actes de chancellerie. Plus globalement, ce sont les interpénétrations et interdépendances des instruments de travail administratifs, d’une institution à l’autre, qui devront retenir toute notre attention.

 

LES LIEUX

 

Le second apport de cette première rencontre réside dans la définition des lieux soumis à l’étude. La terminologie devra rapidement être fixée, car, comme le souligne A. Jamme, la langue italienne distingue amministrazione et governo là où le français assimile souvent administration et gouvernement. On tâchera donc de différencier l’administration, notion plus large et plus souple que celle d’État, permettant de renvoyer aux aspects bureaucratiques de l’autorité publique (l’administration en est comme la « prothèse »), du gouvernement qui désigne l’action de diriger. Nous ne nous limiterons pas aux seuls appareils d’État, puisque tout l’enjeu de ce programme est de détacher, de la genèse de ce dernier déjà amplement étudiée, les logiques et les techniques de l’écrit permettant, aussi bien aux communes et aux évêques qu’au pape et aux monarques, en somme aux pouvoirs territoriaux en place, de gouverner.

 

On rappelle, à cette occasion, que l’objectif du programme de recherche n’est pas non plus de refaire une histoire sociale et culturelle du notariat ou des personnels administratifs. Si tous les participants s’accordent à dire qu’un instrument de travail n’est jamais réductible à une rationalité technique pure et qu’il est indissociable des agents qui en déploient les usages – G. Gaudin donne l’exemple passionnant des infra-letrados qui peuplent les conseils de la monarchie espagnole au XVIIe siècle et composent même un « ministère des papiers » –, il est admis que l’historiographie, en particulier italienne, est déjà très active sur la question des notaires et des officiers.

 

Nous pouvons éclaircir le tableau en dégageant quatre grands types d’institutions prises en compte, dont les prolongements administratifs, du moins, devront être étudiés : les administrations royales et impériale (tant au niveau central qu’au niveau délégué), les offices papaux, les curies épiscopales et autres bureaucraties ecclésiastiques (S. di Paolo propose d’explorer la documentation tardo-médiévale relative à la gestion des hôpitaux, par exemple) et les organes de gouvernement urbains (les seigneuries n’ayant, pour le moment, pas été évoquées).

 

P. Cammarosano recommande même de partir du niveau institutionnel urbain, pertinent dans le cadre d’une enquête qui se veut comparative à l’échelle méditerranéenne ; en outre, les chancelleries urbaines italiennes se peuplent, dès le XIIIe siècle, de notaires spécialisés tant dans les rédaction des Libri iurium que dans les procès-verbaux des procès communaux ou l’estimation des biens confisqués et mis en vente, ce qui garantit une abondante documentation sur laquelle fonder notre étude. Il suggère également de diriger le regard vers les communautés rurales.

 

Le programme « Écritures grises » repose sur un décloisonnement des lieux institutionnels de gouvernement puisque nous cherchons à observer les phénomènes de diffusion et de transfert de modèles, voire d’« acculturation administrative » (S. Péquignot), évidemment différenciés selon les territoires. S. Péquignot revient ainsi sur les rapports entre centre et périphérie dans le cas aragonais et souligne que l’intégration de nouveaux territoires à la Couronne ne signifiait pas l’adoption immédiate ni même complète des modèles d’écriture venus « d’en haut », à la fin du Moyen Âge. Les contestations, en effet, étaient multiples et la monarchie devait composer avec la distance pour gouverner pacifiquement la pluralité de sujets intégrés à la Couronne. B. Jeanne donne, quant à lui, l’exemple de l’exportation, via les ordres missionnaires, de certaines techniques administratives romaines dans le Nouveau Monde.

 

Le rôle pionnier et moteur des chancelleries a donc été souligné à plusieurs reprises. On sait l’influence décisive que la Chancellerie et la Pénitencerie papales ont eue sur les modes d’écriture de la royauté française et, plus généralement, sur l’écriture des suppliques en Occident. Mais au XIVe siècle, c’est aussi la Chambre apostolique qui modifie en profondeur les formes et les pratiques comptables des marchands hors de la Curie (A. Jamme). De la même manière, les procédures comptables ainsi que la structure des archives de la monarchie aragonnaise se sont diffusées à l’échelle locale.

 

LE TEMPS

 

Cette étude des emprunts, des échanges, des impositions et des contestations de modèles, instruments et techniques de l’écrit n’a de sens que si elle s’inscrit dans une carte des territoires politiques et institutionnels mais aussi dans un temps continu de crises, de réformes et de ruptures. Quoique contestable, en tout cas non généralisable, le concept de « révolution documentaire » du XIIe siècle renvoie, par exemple, à la fin de l’hégémonie ecclésiastique sur l’écriture et à l’essor des écritures laïques (les écritures courantes ne se développant véritablement qu’au XIIIe siècle). Il constitue donc l’une des bornes chronologiques de notre enquête. Mais les évolutions sont lentes, tant sur le plan des techniques (le succès du papier n’est que très progressif) que des formats (les registres de suppliques de la papauté ne font, par exemple, leur apparition qu’en 1342, bien après la mise en place d’un système de réponse aux suppliants) ou des modes d’organisation archivistique (les communes italiennes ne sont presque toutes dotées d’archives qu’au début du XVe siècle).

 

À cette échelle macroscopique, les moments de crise institutionnelle et de réforme cristallisent un grand nombre de changements dans la technologie de l’écrit. Ils suscitent en effet la création de nouveaux instruments de travail venant parfois se substituer aux anciens, le Grand Schisme d’Occident constituant, dans cette optique, un temps décisif de réforme de l’administration papale et de ses instruments à la fin du XIVe siècle. La Couronne d’Aragon se réforme, elle, dans les années 1330, au cours desquelles les ordonnances de cour bouleversent le fonctionnement de l’administration royale.

 

À une autre échelle, devront être observées de plus près la survie de certains de ces instruments de travail administratifs sur le temps très long (F. Delivré évoque ainsi le Liber Diurnus) et, a contrario, leur disparition, brutale ou progressive. Mais ces cas sont en réalité exceptionnels et la norme est bien plutôt celle du changement dans la répétition et réciproquement de la pérennité de ces instruments au fil de leurs ajustements et modifications. L’enquête menée par A. Jamme sur les livres d’officiers du pape fait par exemple état des reconsidérations administratives lors de chaque changement de pape ou du personnel chargé de l’écriture.

 

Pour finir, la place de l’écrit dans les administrations de l’Europe méridionale devra être mesurée à l’aune de l’oralité, O. Poncet rappelant que le mouvement de formalisation de l’oralité à l’époque moderne, loin d’être linéaire, s’est fait par à-coups et oscillations, entre crescendi et decrescendi, selon les mouvements d’expansion et de rétraction des États, selon aussi, dans le cas des suppliques par exemple, l’autonomie octroyée aux sujets administrés.