Bureaucratie, administration, comptabilité et écritures cursives (Pise, 23-24 septembre 2014)

Se tenant ces jours-ci à Pise et à Lucques (23 et 24 sept. 2014), ce colloque part, comme nous, du constat qu’il existe un lien entre techniques d’écriture, d’une part, et développement de l’administration, de l’autre. Bureaucratie, développement des offices, comptabilité, pratiques judiciaires ou épistolaires, ont en effet constitué, à des époques diverses, de puissants facteurs de changement de l’écriture dans ses aspects les plus formels.

 

À voir : le programme

Codicologie et langage de la norme dans les statuts de la Méditerranée occidentale à la fin du Moyen Âge (XIIe-XVe siècles), dans Mélanges de l’École française de Rome, Moyen Âge, 126-2

Dans le dernier numéro des MEFRM en ligne est publié un dossier issu du premier colloque organisé dans le cadre du programme de l’École française de Rome « Statuts, écritures et pratiques sociales dans les sociétés de la Méditerranée occidentale à la fin du Moyen Âge (XIIe-XVe siècle) » (http://statuts.hypthèses.org.). Intitulé « Codicologie et langage de la norme dans les statuts de la Méditerranée occidentale à la fin du Moyen Âge (XIIe-XVe siècles) », il est présenté par Pierre Chastang et Paolo Cammarosano. Tous les articles ainsi que la bibliographie générale sont en accès intégral : http://mefrm.revues.org/2035

Sommaire:

Les vecteurs de l’idéel, V. Les mutations des sociétés politiques (XIIIe-XVIIe siècle) (Rome, 16-18 décembre 2013)

« Les vecteurs de l’idéel ». Les mutations des sociétés politiques (XIIIe-XVIIe siècle)

Programme disponible à l’adresse : http://www.ecole-francaise.it/fr/PDF/vecteurs_16122013.pdf

L’objectif du programme Signs and States, financé par le European Research Council avec la collaboration de l’École française de Rome, est d’explorer la sémiologie de l’État du XIIIe siècle au milieu du XVIIe siècle. La dernière conférence des Vecteurs de l’Idéel se déroulera en deux parties et se propose de présenter (en 2013) les hypothèses historiques médiévales sur lesquelles se fonde ce programme, afin d’en déduire un modèle dynamique qui puisse être présenté et discuté (en 2014) avec des spécialistes des sciences sociales, pour réintroduire une perspective comparative de long terme dans un débat scientifique pluridisciplinaire dont les périodes antérieures au XVIIe siècle sont par trop absentes. L’hypothèse présentée en 2013 repose sur le refus d’une distinction anachronique entre Église et État. Si le bouleversement de l’équilibre des pouvoirs initié par la Réforme grégorienne a bien conduit à la domination de la monarchie pontificale sur l’Église, il a aussi transformé le christianisme en imposant aux membres de l’ecclesia l’exigence de la recherche individuelle du salut. Pour en assumer le contrôle, les réformateurs ont déclenché une mutation culturelle qui a engendré un nouveau système de communication : révolution de l’éducation, de l’écrit et de la gestion, de la littéracie, des langues, de la littérature et du livre, du droit et de la justice, du sensible (image, musique …) etc. Si la Réforme a créé une distinction cruciale entre clercs et laïcs, ces derniers ont aussi bénéficié du nouveau système de communication. Les pouvoirs laïcs ont à leur tour créé des administrations et, quand la guerre a exacerbé leurs besoins, usé du nouveau système de communication pour obtenir de la société politique le consensus qui assure leur pouvoir et permet de surprélever l’impôt. Seuls au monde à être alors capables d’assurer leur légitimité par leur pouvoir symbolique, les cités et les princes de l’Occident latin vont contenir le pouvoir de l’Église et développer les structures de l’État moderne. Nous voulons proposer à la discussion ce modèle historique de genèse par une mutation culturelle d’une nouvelle structure politique des sociétés.

 

 

 

Les enquêtes en Grande-Bretagne, XIe-XXe siècles. Savoirs et instruments de gouvernement

britishisles_x480-g2Le Groupement de recherches « Mondes britanniques » (CNRS) organise, les 17 et 18 octobre 2013 avec le soutien de l’IUF, un colloque international consacré à l’étude, sur le temps long, des « enquêtes » en Grande-Bretagne.

 

Surveys in Great-Britain, XIth-XXth Centuries. Knowledge and instruments of government

 

Lieu : EHESS, Salle 638
190 avenue de France, 75013 Paris
Métro : Quai de la gare (ligne 6) ou Bibliothèque F. Mitterrand (ligne 14)

Merci de vous inscrire (gratuitement) en envoyant un simple courriel à : enquetegdr2013@gmail.com

PROGRAMME

Jeudi 17 octobre 2013

9h30: Accueil

9h45: Introduction, Fanny Madeline et Vincent Denis

10h15 : Session 1- Les enquêtes du Domesday Book/Domeday Book inquests
– David Roffe (University of Sheffield), Domesday: the inquest and the book in perspective
– Stephen Baxter (King’s College, London), Exon Domesday and the genesis of Domesday Book
Discutant : Jean-Pierre Devroey (Université libre de Bruxelles)

12h déjeuner

13h45 : Session 2- Les enquêtes sociales au XVIIIe siècle/Social Inquiries in the XVIIIth Century
– Jacques Carré (Université Paris 4), L’enquête au secours de la pauvreté ? David Davies, Frederick Morton Eden et leurs enquêtes (1795-1797)
– Joanna Innes (Oxford University), Empirical social enquiry in the long eighteenth century
Discutante : Marie-Noëlle Bourguet (Université Paris-Diderot)

15h30: pause

16h: Session 3- Enquêtes et enquêteurs au XIXe siècle/ Survey and Surveyors in the XIXth Century
– Christian Topalov (EHESS), Comment Charles Booth faisait-il enquête ?
– Frédéric Moret (Université Paris-Est Marne la Vallée), Expertise et engagement : la commission royale de 1833 sur les corporations municipales
Discutant : Antoine Savoye (Université Paris 8)

Vendredi 18 octobre 2013

9h15 : Session 4- Les enquêtes royales au XIIe et XIIIe siècle/ Royal Inquiries in the XIIth and XIIIth Century
– Fanny Madeline (LAMOP-Paris 1), Les enquêtes de la monarchie anglaise du Domesday Book aux hundred rolls (1066-1272)
– Sandra Raban (Trinity hall, Cambridge), The inquiries of Edward I (1272-1307)
Discutante : Marie Dejoux (LAMOP-CNRS, Paris 1)

11h : pause

11h15 : Session 5 : Politiques d’enquête / Survey policies
– Steven King (University of Leicester), Constructing England : social survey, public inquires and state power 1750s to 1900
– Julian Hoppit (University College, London), Counting the uncountable or the political arithmetic of smuggling in the British World, 1660-1800
Discutant: Philippe Minard (Université Paris 8 et EHESS)

13h: déjeuner

14h00: Session 6- Le recensement/Census
– Kathrin Levitan (William & Mary University), An instrument of government? The census and the public sphere in nineteenth-century Britain
– Edward Higgs (University of Essex), Census and the emergence of a state-business informational complex
Discutant : Pierre Karila-Cohen (Université Rennes 2)

16h30 : fin des travaux

Dangereuse paperasse!

 

La maison d’édition belge « Zones sensibles »  fait paraître un livre du spécialiste des médias, Ben Kafka, intitulé Le démon de l’écriture. Pouvoirs et limites de la paperasse, et postfacé par l’historien américain Robert Darnton (2013).

Par « paperasse », l’auteur entend « l’ensemble des documents produits en réponse à une demande, réelle ou imaginaire, émanant de l’État ». Il montre que la paperasse syncope en effet les rythmes de l’Etat et peut déstabiliser ses structures.

Exemples : Le bulletin de vote censé servir de fondement au gouvernement représentatif est déclaré nul à cause d’un trou mal perforé. Le mandat censé nous protéger contre les perquisitions et autres saisies arbitraires est émis par erreur à une mauvaise adresse. Le visa qui devrait nous permettre de travailler ou de voyager nous renvoie sans cesse au même endroit dans l’espoir que, cette fois-ci, nous n’aurons pas oublié d’apporter les documents à l’appui.

En temps normal, les accidents sont corrigés, les rythmes restaurés, les structures rétablies. Mais dans certaines conditions exceptionnelles (guerres, révolutions, catastrophes naturelles), un incident technique insignifiant peut mener à des conséquences désastreuses.

Sommaire

 

Colloque « Les mentions de chancellerie : entre technique administrative et savoir de gouvernement » (Paris, Archives Nationales, 23-24 septembre 2013)

Le centre Jean-Mabillon de l’École des chartes, les Archives nationales et le LAMOP organisent avec le soutien de l’École nationale des chartes, du Labex Hastec et du GDR 3177 « Diplomatique » un colloque consacré aux Mentions de chancellerie, entre technique administrative et savoir de gouvernement (Moyen Âge – Temps Modernes). Il se tiendra les 23 et 24 septembre 2013 à Paris, à l’École nationale des chartes (19 rue de la Sorbonne, 75005 Paris) et aux Archives nationales, site de Paris (Hôtel de Soubise, 60 rue des Francs-Bourgeois, 75003 Paris).

Programme

Écritures communales en Méditerranée (XIIe-XVe siècles)

 

Les 6 et 7 juin 2013, se tiendra à l’École française de Rome (piazza Navona, 62), le premier colloque du programme « Statuts, écritures et pratiques sociales dans les sociétés de la Méditerranée occidentale (XIIe-XVe siècles) », organisé par l’ICT (Université Paris 8), l’ÉfR, le LAMOP (Université Paris 1) et le CERM (Università di Trento).

Intitulé « Codicologie et langage de la norme », ce premier colloque a pour but de décrire, pour l’Italie communale et l’espace du Midi français, les formes codicologiques et le langage des « corpus statutaires », définis comme « tout type de texte qui se présente comme une forme écrite et stabilisée du droit local, édictée par une autorité publique communale ». Il s’agit de rompre avec une approche typologique déterminée par des catégories principalement juridiques pour partir des flux documentaires. Le retour aux archives et aux manuscrits doit permettre de critiquer la réalité documentaire autonome des statuts.

Cette rencontre fera le point sur les formes matérielles de la préservation et de la transmission des corpus statutaires, les diverses formes de réécriture, les différentes copies et leurs usages, les modalités et la chronologie d’une individuation des corpus statutaires lorsqu’elle a lieu, le vocabulaire employé pour nommer ces « statuts » et l’utilisation du latin et/ou de langues vernaculaires. L’esquisse d’un panorama régional doit permettre de distinguer des pratiques locales spécifiques, de poser la question de la pertinence de l’opposition rural-urbain et de mener des comparaisons à l’échelle de l’arc méditerranéen.

Le programme

AR.C.H.I.ves Project

Filippo de Vivo, de l’université de Birkbeck (Londres), est à la tête d’un programme de recherches consacré à l’histoire comparée des archives de Rome, Venise, Florence, Modène, Milan, Naples et Palerme, de la conservation des documents administratifs dans les cités-Etats du XIIe siècle à la création des Archives d’Etat italiennes.

Ce projet, financé par l’European Research Council, propose d’interroger sur le temps long le processus d’institutionnalisation de la préservation documentaire au moyen d’une série d’études de cas permettant d’observer les liens étroits qui unissent la nature et les transformations des Etats à celles de leurs archives.

Ces travaux sont articulés autour de 6 axes de recherche, qui couvrent des domaines aussi variés les politiques de préservation des documents, l’organisation des services, la matérialité des instruments de conservation, la sociologie des acteurs et, pour finir, les usages socioculturels, politiques et historiens des archives.

Ces axes relèvent d’une volonté proche de celle qui se trouve à la racine du programme Ecritures Grises: compléter l’histoire institutionnelle des chancelleries de la première modernité (en l’occurrence, les services d’archives de ces chancelleries) par une approche sociale et culturelle des pratiques administratives et des instruments de la pratique.

Un Nouveau Monde de papier(s)


C’est avec plaisir que nous annonçons la sortie du livre de notre collègue Guillaume Gaudin (Université Toulouse 2 Le Mirail) : Penser et gouverner le Nouveau Monde au XVIIe siècke. L’empire de papier de Juan Díez de la Calle, commis du Conseil des Indes (L’Harmattan 2013, 377 p.).

Ce livre, qui fut d’abord une thèse doctorat dirigée par Thomas Calvo, soutenue en 2010, est composé de trois parties. La première, d’ordre biographique, s’attache à rendre compte de l’univers socio-professionnel de Juan Díez, « personnage de second rang » pour reprendre le mot de l’auteur. Pour ce faire, l’auteur retrace l’histoire de cette famille de serviteurs de la monarchie espagnole, avant de proposer une analyse des réseaux et du quotidien de l’administrateur lui-même au sein du secrétariat de la Nouvelle Espagne entre 1624 et 1662.

Les cadres étant posés, l’homme glisse derrière le papier.
La deuxième partie prolonge un certain nombre de considérations rapidement esquissées dans la première tout en modifiant le niveau d’analyse pour s’intéresser aux écrits et à la boîte à outils de l’administrateur, à ces listes patiemment dressées, modifiées et sans cesse consultées, pour administrer de loin.

Et c’est logiquement que la troisième et dernière partie du livre interroge, de manière particulièrement convaincante à nos yeux, les effets de ces écritures grises sur les savoirs d’Etat et sur les actions, sur les représentations géographiques et politiques, sur les manières concrètes de voir, de penser et de gérer l’espace impérial.

Ce billet est trop bref pour évoquer tous les apports de cette fine étude de l’administration espagnole au XVIIe siècle, révélée par les papiers exceptionnels d’un personnage normal. Surtout, il ne rend pas justice à l’ampleur et à la qualité du travail réalisé par G. Gaudin

La corrispondenza epistolare in Italia / Les correspondances en Italie (Ve-XVe siècle), t. 1 et 2

CEF475

– La corrispondenza epistolare in Italia, 2. Forme, stili e funzioni della scrittura epistolare nelle cancellerie italiane (secoli V-XV) = Les correspondances en Italie, 2. Formes, styles et fonctions de l’écriture épistolaire dans les chancelleries italiennes (Ve-XVe siècle)

Ce volume rassemble la plupart des contributions de la seconde rencontre du programme La Corrispondenza epistolare in Italia qui a pour ambition d’étudier l’originalité et l’intérêt des sources épistolaires pour l’histoire politique de l’Italie médiévale. Ce colloque, organisé à Rome les 20 et 21 juin 2011, se proposait de réfléchir en particulier sur les pratiques et les fonctions de l’écrit épistolaire dans les chancelleries italiennes. En se focalisant sur les formes de l’épistolographie officielle, son objectif était de proposer une approche interdisciplinaire et comparative des épîtres de chancellerie, qui accorde une place importante à l’analyse historiographique et envisage le Moyen Âge sur la longue durée, des chancelleries romano-barbares à la Renaissance. Cet élargissement dans le temps offre un observatoire idéal pour replacer l’entretien épistolaire dans la pratique diplomatique et examiner, dans une approche à la fois institutionnelle, sociale et stylistique, l’originalité des lettres de chancellerie du Ve au XVe siècle. Il permet aussi d’étudier à nouveaux frais les rapports dialectiques entre la forme épistolaire et le reste de la documentation, et leur fonction dans l’élaboration de la langue administrative. Le cadre géographique de la réflexion constitue également un champ de recherche privilégié dans la mesure où la Péninsule italienne se trouve, depuis l’Antiquité, au centre d’un processus sans cesse réélaboré d’innovation, de production, de transmission et de conservation qui exerça une influence considérable sur l’ensemble des chancelleries européennes et qui permet d’affirmer l’historicité de la rhétorique diplomatique de l’Europe médiévale.

Ouvrage publié en coédition avec le CERM (Centre Europeo Ricerche Medievali – Trieste). Le volume est en vente sur le site du Centrewww.cerm-ts.org.
Collection de l’École française de Rome 475
Roma: École française de Rome, 2013
418 p., ill. n/b
ISBN:  978-88-95368-16-0
Prix: € 34

 

CEF474
– Miriam Davide (dir.) , La corrispondenza epistolare in Italia. Secoli XII-XV, 1 = Les correspondances en Italie. XIIe-XVe siècle, 1
Il volume raccoglie gli atti del convegno “La corrispondenza epistolare in Italia. Secoli XII-XV” “Les correspondances en Italie. XIIe-XVe siècle” organizzato dal CERM e dall’École française de Rome a Trieste il 28-29 maggio 2010. Tra il XII e il XV secolo si affermarono tutte le modalità della scrittura epistolare, che trovarono una loro forma standardizzata nelle cancellerie quattrocentesche. Armand Jamme prende in esame un segmento importante della produzione epistolare di matrice papale soffermandosi sulla poco copiosa produzione del vicario generale dovuta alla struttura stessa del ruolo politico. La ricchezza delle fonti epistolari prodotte e ricevute dalle comunità cittadine del Patriarcato di Aquileia è stata oggetto di tre contributi: Marialuisa Bottazzi ha preso in esame le raccolte di lettere custodite a Cividale del Friuli, Miriam Davide ha analizzato il patrimonio epistolare di Gemona del Friuli e Massimo Sbarbaro ha, infine, prodotto un testo sull’informatizzazione del materiale epistolare. I testi, che rimandano ad una produzione epistolare soprattutto di natura amministrativa, corrente e diplomatica, presentano appendici documentarie corredate da apparati fotografici. Maria Grazia Nico propone, infine, una disamina della produzione epistolare al femminile con una rassegna storiografica dei lavori prodotti negli ultimi anni.
Ouvrage publié en coédition avec le CERM (Centro Europeo Ricerche Medievali – Trieste). Le volume est en vente sur le site du Centre: www.cerm-ts.org.
Roma: École française de Rome, 2013
192 p., ill.
ISBN:  978-88-95368-17-7
Prix: € 29