Résumés du workshop « Instrumenter l’action administrative » (10-11 octobre 2014)

 

Le système documentaire des finances publiques de la commune de Bologne pendant la période du Giudice al Sindacato (1288-1310)

Marco Conti

Université Lyon 2

Tous les offices qui géraient de l’argent public à Bologne à partir de la moitié du XIIIe siècle devaient rendre compte de leurs opérations à l’office chargé de contrôler leur travail et de défendre les intérêts de la commune. Pour la période comprise entre 1288 et 1310, cet office est le Giudice al Sindacato. À partir de l’étude des registres produits par ce Giudice al Sindacato, il a été possible d’établir la liste des offices sur lesquels s’effectuait un contrôle, et de comprendre comment cette opération se faisait (en étudiant l’ensemble des instruments de travail administratif utilisés).

Enfin, nous avons observé de plus près, la production documentaire de deux offices: la trésorerie et le disco dell’orso (qui s’occupait de la gestion des malpaghi et de la collecte des amendes pécuniaires). Nous avons pu constater qu’il existait un contrôle très strict sur les officiers, en même temps qu’un renforcement et une forte légitimation des offices gérant l’argent public. Le système documentaire devient alors plus puissant et plus “uniforme », cette uniformité (dans la mise en page, le support, et la langue, notamment) étant un élément essentiel à la bonne circulation des documents d’un office à un autre.

 

Les comptabilités ecclésiastiques (XIIIe-XVe siècles)

Clément Lenoble

CNRS – CIHAM, UMR 5648

Souvent exploitées par les historiens comme sources directes de données pour l’ histoire économique quantitative, les comptabilités ecclésiastiques médiévales n’ont pas toujours eu comme seule et unique fonction de contrôler le volume de sommes d’argent ou de quantités de marchandise possédées ou échangées.

Après avoir rappelé rapidement quelques éléments de chronologie sur le développement des instruments de gestion courante dans les archives ecclésiastiques, nous nous concentrerons essentiellement sur la comparaison des pratiques comptables des chanoines et des ordres mendiants à travers des exemples pris en Provence et en Italie. Les raisons des différences entre les deux modes d’usage de la comptabilité caractérisant la gestion des chanoines et celle des frères mendiants sont à rechercher essentiellement dans les types de dévotions, d’économie du salut et de rapport à la propriété soutenus par chacun des établissements religieux.

Sur la base de ce constat, nous tenterons de croiser ces pratiques avec les discours des théologiens et les normes de droit canon dans l’espoir de mieux saisir les fonctions de la comptabilité ecclésiastique médiévale dans les modes de gouvernement des âmes, en lien avec l’économie générale de l’institution ecclésiale, au-delà des simples fonctions d’administration matérielle ou de contrôle des gestionnaires.

 

 Contrôler l’héritage. Enregistrement, exécution et taxation des testaments et dernières volontés à la fin du Moyen Age

Sylvie Duval

CNRS/EFR

Le testament apparaît souvent comme un document où prime l’expression d’une volonté individuelle. Nier cet aspect serait un contresens culturel et juridique ; néanmoins, il ne faut pas omettre de préciser qu’il s’agit d’une volonté individuelle aussi encadrée que contrôlée. A travers l’exemple de la documentation pisane, et en comparaison avec les exemples de Bologne ou de Bergame, j’ai tenté de mettre en évidence les différents types de contrôles des successions testamentaires mis en œuvre par les autorités communales d’une part, et épiscopales d’autre part. Ce thème pose en particulier le problème de la supervision des actes « privés » par les autorités « publiques », et surtout met sur le devant de la scène un type de personnage précis, qui se trouve à l’intersection de la pratique privée et publique, et à qui l’on doit aussi bien la rédaction des testaments que celle des documents administratifs les concernant, à savoir le notaire.

L’enregistrement des testaments par les instances communales italiennes est un premier élément à prendre en compte. Elle consiste (pour les testaments comme pour d’autres types de contrats notariés) dans la retranscription des éléments essentiels de l’acte dans les registres de la commune, à des fins fiscales (gabelle) mais aussi probablement à des fins de contrôle, ou tout au moins de supervision, des transferts de propriété. L’exemple de la gabelle des contrats de Pise dans les années 1408-1426 (première domination florentine) donne un exemple pratique de cet enregistrement : ce sont des registres ouverts, qui passent de main en main jusqu’à la fin du processus (chaque notaire inscrit, dans les pages qui lui sont dédiées, les données des contrats qu’il a rédigés, vient ensuite, dans le cas des testaments, l’estimation du patrimoine et la fixation de la taxe, effectuée par des estimatores, inscrite en marge, puis l’attestation du paiement de cette taxe, due par les légataires et par les héritiers, inscrite par les notaires de la cour des gabelles). Cet « enregistrement » des actes notariés par les autorités communales, et particulièrement des testaments, que l’on retrouve à Bologne dès la deuxième moitié du XIIIe siècle avec les célèbres Libri memoriali, ou encore à Bergame, où les testament du XIVe siècle comportent souvent la mention de cet enregistrement, pose plus généralement la question du dédoublement des écritures notariées. Les actes sont en effet conservés d’une part dans les registres des notaires, qui bénéficient de la fides publica, et d’autre part enregistrés par les organes du gouvernement, qui manifestent ainsi une autre forme de l’autorité « publique ».

Le contrôle ecclésiastique sur les testaments est d’une autre nature, même s’il repose sur les mêmes mécanismes pratiques (obligation faite aux notaires, de l’enregistrement, ou tout au moins de la déclaration, auprès de la curie diocésaine, des testaments comportant des legs pieux). En effet, tandis que les autorités laïques interviennent directement après la mort du testateur et de façon limitée (enregistrement du testament, paiement de la gabelle) les autorités ecclésiastiques interviennent a posteriori (un an après la mort du testateur, si l’exécution du testament n’a pas eu lieu) et de façon invasive : elles sont habilitées à annuler purement et simplement un testament, notamment dans le cas des usuriers avérés. L’archevêque de Pise, au XIVe siècle, exerce ce contrôle avec force ; il a notamment à son service un officier (qui est soit un notaire, soit un prêtre du diocèse), l’executor testamentorum et procurator pauperum, dont la mission consiste à gérer et à restituer aux pauvres l’argent issu des legs pieux et des restitutions d’usures (la non-différenciation de la provenance des denarii pauperum est significative). L’utilisation et la nature de ces registres pose problème : ils ne contiennent pas, en effet, des « comptes » à proprement parler, mais plutôt une suite d’actes notariés attestant la régularité (en réalité plus ou moins contrôlable selon ce qu’écrivent ou non les executores) de l’activité de l’executor, avec d’un côté (entrées) la remise de l’argent des legs et/ou des usures par les héritiers, et de l’autre (sorties) la restitutio à proprement parler, à savoir la consignation de l’argent à différents types de pauvres. Il s’agit probablement de registres destinés à d’éventuels contrôles de l’activité des différents executores, qui devaient rendre quittance de leurs comptes à la fin de leur mandat. Quoi qu’il en soit, la rédaction de ces registres, tout comme la fonction spécifique de l’executor, semblent avoir disparu dès les années 1420/30 à Pise, montrant ainsi que l’attention spécifique de la curie diocésaine portée à la restitutio et à son contrôle n’a duré qu’un temps.

Tester à la fin du Moyen Age dans les villes italiennes revient donc à exposer ses dernières volontés au regard et au contrôle des autorités publiques ; mais aussi (et cela vaut particulièrement, par exemple, pour les testaments des femmes) à placer ces volontés sous la tutelle de l’Etat et/ou de l’Eglise.

 

Informes preliminares, presentación de proyectos y estudios previos. Una práctica común en la administración hacendística de la monarquía hispánica (ss. XVI y XVII)

Elena García Guerra

CSIC, Instituto de Historia

El gobierno de la Monarquía Hispánica y más concretamente el efectuado en Castilla durante el siglo XVII se va a caracterizar por los intentos de planes de reforma que permitieran mantener la reputación como potencia y evitar la decadencia económica, que ya desde finales del siglo XVI se atisbaba. Política de regeneración, por tanto, como eje principal de la actuación de reyes, consejeros y ministros de entonces pero desgraciada y finalmente oscurecida por una prioridad inexcusable: la búsqueda de recursos financieros con los que mantener la maquinaria imperial. Así pues, el afán reformador y regenerador, por un lado, y la búsqueda incesante de mayores ingresos, por otro, darán lugar a innumerables proyectos y estudios de toda índole, pensados y elaborados por los diferentes responsables de las instituciones de gobierno, pero también por una pléyade de súbditos de toda clase y condición, fenómeno, éste último, conocido por la historiografía española como arbitrismo. Material que quedará minuciosamente archivado y acumulado en las diferentes instituciones administrativas, constituyendo un semillero de ideas a disposición de los gobernantes de estos siglos modernos. Conjunto de un tipo de “escritura gris” que, en teoría, debía ser estudiado por los componentes de los Consejos, base de la estructura administrativa de la Monarquía Hispánica conocida como sistema polisinodial, pero cuya labor se verá mediatizada y en numerosas ocasiones anulada u obstaculizada por una de las peculiaridades del gobierno de los Austrias: la formación de juntas que actuarán de forma paralela o, en ocasiones, como instancia superior a los Consejos.

Para ejemplificar cómo funcionaba la administración hacendística durante el gobierno de los Austrias, y cómo la mayor parte de las decisiones derivaba y, a su vez, generaba una inmensa cantidad de “escritura gris”, traemos aquí a colación uno de los episodios económicos más importantes de la historia moderna dentro del ámbito de la Monarquía Hispánica: las acuñaciones de moneda fraccionaria o de vellón y las alteraciones coactivas de su valor que tuvieron lugar en Castilla durante el siglo XVII. Con esta práctica, derivada del uso abusivo que hicieron de la regalía de acuñar moneda, los monarcas de aquel periodo modificarán el peso, la ley o el valor de las monedas a su antojo para, jugando con la diferencia entre los valores intrínseco y extrínseco de las piezas, obtener ingresos rápidos para la Corona. Y este derecho lo ejercieron hasta sus últimas consecuencias Felipe II, y, especialmente, Felipe III y Felipe IV. Actuaciones sobre las piezas fraccionarias que fueron sugeridas al poder por diferentes vías. Y aunque no sepamos a ciencia cierta en todos los casos qué fue antes, si el memorial en el que un particular explicaba un medio para obtener recursos o la disposición oficial que mandaba su puesta en práctica, en los textos de arbitrismo los consejeros, los regidores o los procuradores de Cortes, buscarán información pero, sobre todo, buscaran orientaciones para dar solución a problemas complejos de toda índole y más concretamente, como expondré en mi trabajo, a las consecuencias derivadas de la abundancia de vellón. En definitiva, que si los órganos de gobierno se ven inundados de arbitrios es porque fomentan su presentación, dada su utilidad. De este modo, el poder político tiene delante de sí una amplia gama de soluciones donde escoger ante situaciones ya creadas, o un abanico de posibles medidas a tomar en un futuro. Unas las aplica y otras las deja guardadas en los cajones por si acaso hicieran falta.

 

 Archiver, administrer et mémorialiser : la communauté urbaine et l’écrit à Montpellier (1180-1350)

Pierre Chastang

Université de Versailles Saint-Quentin

La communication propose une relecture des travaux récents portant sur la ville de Montpellier au Moyen Âge en les inscrivant dans la perspective des questionnements formulés par le programme « Écritures grises ». Elle s’organise en trois parties successives.

La première, intitulée « Les « écritures grises » (vues) de Montpellier » s’attache à discuter, à travers les particularités d’une monographie centrée sur l’histoire scripturale d’une grande ville du Midi de la France au cours d’un long XIIIe siècle, deux propositions qui me paraissent importantes. Celle d’abord de détourner le regard vers des documents et des objets qui ont peu intéressé les historiens comme les diplomatistes. De la considération nouvelle dont ils bénéficient résulte la nécessité de faire évoluer certaines perspectives traditionnelles de l’érudition comme de l’histoire du pouvoir dans les sociétés tardomédiévales. De ce point de vue, le dessein général du projet – cerner au plus près des documents et des acteurs la genèse d’un « langage [qui deviendra] trans-étatique » à l’époque moderne – nécessite, pour le XIIIe siècle, de considérer l’espace global des discours et des techniques de gouvernement qui se forment, se perfectionnent et circulent entre le monde ecclésial et le monde laïque, entre les seigneuries et les formes territorialisées du pouvoir souverain. Dans cet effort de déconstruction de la téléologie de l’État moderne comme aboutissement nécessaire d’évolutions pluriséculaires, la notion d’administratio, telle qu’elle est pensée par les canonistes à partir du XIIe siècle, constitue un éclairage important pour interpréter l’accroissement de l’ordre des écrits pratiques et leurs rapports avec l’institutionnalisation des régularités administratives.

Le deuxième temps de la présentation est consacré à la chronologie, le XIIIe siècle constituant de mon point de vue un seuil important dans le processus historique que le programme « Écritures grises » cherche à décrire. Il conviendra de replacer cette question dans les débats historiographiques intenses qui ont opposé les médiévistes ces dernières années et qui recoupent pour partie certaines tensions apparues dans le champ anthropologique des New literacy studies. La nécessité d’établir des chronologies relatives et locales du processus global de développement de l’administration par l’écrit me conduira à présenter l’usage qui peut être fait par un historien du Midi de la France du « paradigme podestarile » de la formation d’une « ingénierie » administrative urbaine. La description des systèmes documentaires et archivistiques qui deviennent courants dans les villes méridionales du XIIIe siècle, comme l’étude des liens profonds qu’ils entretiennent avec les systèmes de pouvoirs fondés sur l’utilitas communis, invitent à adopter, dans ce domaine, la perspective d’une histoire sociale des pouvoirs (étatiques).

Dans la troisième et dernière partie de ma communication, je décris la transformation des cartulaires montpelliérains en thalami (désignation locale contemporaine) en l’envisageant comme un symptôme des mutations de l’organisation scripturale et documentaire du gouvernement de la ville. Je montre en particulier comment ces changements affectant les grands livres s’articulent avec la réorganisation des archives urbaines qui intervient vers 1250-1260. Mais les thalami prennent aussi en charge une partie de la mémoire urbaine et manifestent de la sorte, au-delà de l’usage administratif qui pouvait en être fait, les capacités de symbolisation et le pouvoir formatif (J. Assmann) attachés à l’écrit.

 

Mémoire morte et mémoire vive. Les archives et l’identité pontificale (XIIIe-XIVe siècle)

Armand Jamme

CNRS – CIHAM, UMR 5648

Les médiévistes considèrent souvent que les archives conservent la mémoire de l’Etat. Archiver c’est classer pour conserver, même si au Moyen Âge tout au moins le premier acte demeure souvent imperceptible : les processus de sédimentation et le récolement ont pris plus d’importance que le classement. Mémorialiser consiste en revanche à rendre un fait, une idée, un combat, un texte, du présent ou du passé, digne d’être exposé, réexposé, pris comme référence. Bien que la rhétorique utilisée par le pouvoir pontifical insiste souvent sur les liens entre mémorisation et consignation, recourir à un écrit de type administratif dans cet objectif n’apparaît pas a priori une solution parmi les meilleures. Interroger les relations entre archives, mémoire et identité du pouvoir pontifical au cours des XIIIe-XIVe siècles à partir de l’état actuel des archives centrales de la papauté implique de catégoriser les formes documentaires aujourd’hui disponibles, une opération complexe à une époque où les médiévistes insistent souvent sur la porosité typologique des sources. Il s’agira néanmoins dans un premier temps de revenir sur la relation que l’on veut souvent fondante entre archives et gouvernement : est-ce qu’elle se vérifie pour la papauté des XIIIe-XIVe siècles ? Le décisionisme pontifical s’embarrasse-t-il d’archives ? Il s’agira ensuite de revisiter un autre lieu commun, celui qui consiste à faire des registres de lettres papales des productions d’une Chancellerie apostolique érigée en institution de gouvernement, avant, en toute logique, d’interroger le rôle rempli par la Chambre apostolique dans la mémoire identitaire du siège apostolique.

 

L’institution archivistique de la cité et ses enjeux : autour des anciens inventaires de la ville d’Avignon, XV-XVIIIe siècle

Olivier Rouchon

Université d’Avignon –Centre Norbert Elias

Pour la période moderne, les historiens de villes françaises se sont assez peu interessés aux chartriers municipaux comme objets d’étude à part entière, même si la grande série des inventaires communaux, initiée au XIXe siècle, contient de précieuses données sur la mise en place des fonds, sur les instruments de classement et les acteurs de la politique documentaire. En revanche, l’historiographie récente en Italie et dans le monde anglo-saxon offre une attention renouvelée à la sphère de l’écrit et aux constructions archivistiques du pouvoir — y compris dans l’espace politique des cités. En retenant le cas de la ville Avignon, une cité sujette de la monarchie pontificale, on ne se propose pas d’examiner l’ensemble des outils administratifs qui ont permis la conservation des actes de la ville au début de l’époque moderne. On voudrait plutôt ici s’attacher à ce qu’on appellera l’institution archivistique de la cité, c’est-à-dire la capacité réflexive d’une ville à se connaître par les écritures, à travailler sur elle-même et à se façonner politiquement par des pratiques d’archives.

Avec un corpus constitué par des répertoires, des inventaires anciens mais aussi des délibérations municipales, on essaiera d’isoler les moments au cours desquels la maison de ville s’est ressaisi de son dépôt d’archives et des outils de sa gestion documentaire. Les opérations d’inventaire sont appréhendées ici par les formes de conditionnement, par les choix opérés en termes de rangement, de versement et de classement. La difficulté est de discerner — à travers des compétences non-professionnelles et des choix non-systématiques — ce que pouvait être une archivistique de notables, ou, si l’on préfère, de définir les principes d’un régime municipal de conservation des actes. On soulignera le rôle des juristes dans la rédaction des inventaires, l’imbrication entre le système des archives et les pratiques diplomatiques des Avignonnais. Enfin, on s’interrogera sur les enjeux politiques d’une conservation documentaire restée sous des formes séparées du dépôt principal. Si l’on admet que la conservation des écritures est un criterium du bien public, la politisation très vive de ces débats au XVIIe siècle renvoie d’abord au fonctionnement du secrétariat de la ville, rouage central de l’administration municipale, et objet de polémiques récurrentes. Mais la question de l’accès aux papiers des secrétaires s’inscrit aussi dans les conditions nouvelles créées par les exigences du Buon Governo auprès d’Avignon et des communautés comtadines. L’opacité documentaire de la maison de ville n’est pas sans lien avec les réticences des élites face à la tutelle administrative du palais apostolique. C’est à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècle que l’ensemble de ces conflits est réglé par la réforme du secrétariat et par la mise en place d’un inventaire de type nouveau, dû à un secrétaire-archiviste aux compétences professionalisées. Cette dernière opération sanctionne la séparation entre les Grandes Archives de la ville et des archives courantes à caractère administratif.

 

La visita pastorale e il diritto amministrativo alla fine del Medioevo

Silvia di Paolo

Università degli studi Roma Tre

Se la funzione amministrativa è sempre esistita nella Chiesa rivestendo un ruolo centrale nei diversi momenti storici (C. Fantappiè, 2012), la visita pastorale può essere interrogata nella sua dimensione amministrativa quale laboratorio di scritture grigie.

Sul valore di questa documentazione riflettono i giuristi tardo medievali intenti ad elaborare un modello riformato di visita. La loro proposta di inchiesta più capillare e metodica quale rimedio alla diffusa crisi pastorale che si traduceva in crisi amministrativa contempla, infatti, la riconsiderazione della relazione con la scrittura: sia essa normativa sia essa propriamente grigia.

Ad emergere è una tensione tra la ratio scripta della norma canonica e la lex viva rappresentata dal pastore o tra la legge escarnata nel testo normativo e la legge incarnata nel pastore (P. Napoli, 2010), che sembra mostrare i limiti di un governo affidato al mero esercizio della iurisdictio e la opportunità che al mero dettato normativo sia preferita la prudentia del visitatore. Seppure ancora all’interno della sfera della iurisdictio, la funzione amministrativa appare allora fortemente sollecitata ad emergere facendo leva sulla dimensione “carismatica” più che su quella “normativa”. Dimensioni che da sempre appartengono al sistema amministrativo della Chiesa (E. Chiti, 2009).

La norma canonica ma anche l’insufficienza dei questionari di visita possono costituire un limite per l’intervento del pastore. Per applicare la norma a casi non ancora contemplati sarà appunto la prudentia a consentire al pastore di incarnare la lex e valutare caso per caso. Sono specialmente i teologi a insistere su questa qualità morale del visitatore. A supplire invece alla carenza dei questionari intervengono i canonisti con una nutrita casistica di questioni cui il pastore può rifarsi per condurre un’inchiesta il più efficace possibile. Essi si preoccupano non solo di ampliare e definire l’oggetto dell’inchiesta ma anche di delineare la figura e i compiti dei notai tenuti alla compilazione dei libri di visita, richiamando più volte il dovere del visitatore di consultare i libri delle visite precedenti e di verificare la corretta tenuta degli inventari dei beni.

Se nel superamento della rigidità del testo della norma canonica la visita trova la sua massima espressione facendosi strumento di mediazione del diritto scritto, è però a una nutrita serie di scritture grigie che essa consegna i frutti della sua inchiesta e restituisce l’immagine del potere ecclesiastico.

 

Il governo diocesano e la scrittura : un formulario vescovile italiano (Como, sec. XV)

Elisabetta Canobbio

Università degli studi di Pavia

L’attenzione riservata alla letteratura formulare italiana ha privilegiato raccolte di modelli predisposte nell’ambito del notariato “pubblico”: le  grandi compilazioni elaborate nei secoli XII e XIII  nell’ambito della riscoperta del diritto giustinianeo e dell’affermazione della scuola notarile bolognese, ma anche raccolte più modeste, spesso integrate da apparati dottrinali di un certo respiro, talvolta usate in ambito didattico, a volte oggetto di una circolazione più ampia rispetto all’ambiente in cui furono compilate  – tutte però accomunate dall’essere state elaborate nell’ambito del quotidiano esercizio della professione notarile. Decisamente meno rilevante, almeno dal punto di vista quantitativo, è invece la bibliografia su compilazioni di ambito vescovile, che  riguarda solo poche raccolte di modelli epistolari composte in area veneta nel corso del XIV secolo.

A questa particolare tipologia di écritures grises è ascrivibile anche  un «Cartularium instrumentorum ac litterarum et edictorum» elaborato nella prima metà del Quattrocento entro la cerchia dei notai attivi presso la curia vescovile di Como. Conservato nel fondo Notarile dell’Archivio di Stato della città, esso contiene 198  modelli tratti da imbreviature notarili e da documenti in forma cancelleresca che riguardano personalità ed enti ecclesiastici della diocesi di Como e che dunque consentono di ascriverne la produzione all’ambito locale. La documentazione è datata tra 1387 e 1448, ma rimandi interni ed elementi estrinseci inducono a ipotizzare che la raccolta non fu il prodotto di una progressiva stratificazione ma fu compilata in un lasso di tempo ristretto, tra 1448 e 1449. Privo di notae doctrinales, il formulario offre un’ampia casistica documentaria, costituita prevalentemente di procure, instrumenta, editti, littere in forma publica riguardanti la materia beneficiaria e quella giudiziaria, atti notarili concernenti il conferimento di ordini sacri, dispense, assoluzioni, lettere attestanti i rapporti tra vescovi e vicari vescovili ed autorità civili ed ecclesiastiche.

Il Cartularium fu compilato da Mattia Gambacorta, aspirante notaio comasco che, in attesa dell’esame che abilitava all’esercizio della professione, compì probabilmente un periodo di apprendistato presso la curia vescovile della città. Le numerose incertezze lessicali evidenti nella trascrizione dei modelli e le notevoli difficoltà dell’autore nel padroneggiare il formulario di instrumenta e lettere tuttavia inducono a ipotizzare che il Gambacorta non fu responsabile dell’organizzazione del materiale ma si limitò a trascrivere un esemplare già in uso o a compilare il prontuario presumibilmente sotto la guida di uno dei notarii episcopalis curie Cumane, magari nell’ambito di un rapporto tra docente e allievo. Il dettato dei modelli, anzi, autorizza ad ipotizzare che la raccolta fu compilata attingendo ad un formulario anteriore di origine comasca, ai quaderni dei notai di curia e alla variegata casistica documentaria custodita nell’antico tabularium del palazzo vescovile, di cui oggi si conservano sopravvivenze archivistiche modeste.  Più ampiamente, la genesi del testo deve essere posta in relazione alle coeve dinamiche di stabilizzazione e di definizione burocratica del notariato al servizio della curia vescovile di Como,  le cui esigenze d’ufficio potevano trovare nel formulario un ausilio assai efficace, per la sua aderenza alla prassi. Tali processi ebbero luogo entro una generale riorganizzazione delle strutture di governo della Chiesa comasca, forse sollecitata anche dalla crisi dell’autorità episcopale dovuta alla contemporanea presenza dei vescovi Antonio Turconi e Francesco Crivelli (1408-1420), sostenuti rispettivamente dal signore della città e dal duca di Milano. Fu in questo periodo, in effetti, che la documentazione attesta una più nitida definizione delle facoltà dei vicari – capitolari e vescovili – e una maggior articolazione delle prerogative del foro episcopale (in particolare nell’ambito del contenzioso sulla proprietà ecclesiastica): mutamenti che dovettero sollecitare il notariato della curia diocesana all’impiego più estensivo e vario di forme documentarie nuove, come suggerito dalla ricca casistica proposta dal formulario nell’ambito alla procedura giudiziaria.  Alla compilazione della raccolta, inoltre, non dovettero essere estranee innovazioni burocratico-istituzionali più generali, affermatesi in  età avignonese in seguito alla dilatazione della provvista apostolica e alla diffusione della procedura di esecuzione in partibus. Alla frequenza di questa procedura e, tra Tre e Quattrocento, alla sua estensione a cariche fino ad allora sottoposte alla collazione ordinaria  possono essere ascritti i numerosi exempla del formulario connessi all’esecuzione di mandati di collazione, come pure i modelli di natura giudiziaria, che esemplificano il complesso contenzioso che l’iter di collazione poteva innescare: procedure complesse, che richiedevano di essere legittimate dalla publica fides notarile attraverso formulari articolati e ampiamente contaminati dallo stilus curie.

Le molteplici istanze burocratiche che si intravvedono dietro le sue carte  autorizzano dunque a considerare la raccolta comasca non solo una sorta di esercizio richiesto a un aspirante alla professione notarile, ma anche uno strumento dalla funzionalità più ampia. A tale funzionalità pare plausibile anzi ascrivere anche l’intitolazione dell’opera – Cartularium:  non solo una raccolta di imbreviature molte delle quali in extenso, ma una consapevole selezione di materiali attestanti titoli e facoltà delle giurisdizioni che sostanziarono il governo della Chiesa di Como in un periodo ricco percorso da profonde tensioni ma anche ricco di novità amministrative.

 

La Historia Domus, strumento di conoscenza e di governo nella Compagnia di Gesù delle origini. La gestione del conflitto confessionale al confine austroveneto (secoli XVI-XVII)

Claudio Ferlan

Istituto Storico Italo-germanico

Nate su intuizione del segretario Juan Antonio de Polanco (1565) e formalizzate dal generale Claudio Acquaviva (1598), le Historiae Domus nascono sull’esempio delle Litterae Quadrimestres, all’interno del processo di sviluppo e istituzionalizzazione della corrispondenza gesuitica quale strumento di conoscenza e di governo interni. Esse seguono uno schema di compilazione raccomandato dalle direttive romane e contengono informazioni sull’attività dei membri dell’ordine relative all’attività pastorale, la gestione economica, i rapporti con le realtà religiose e secolari del territorio, l’amministrazione delle vicende interne all’ordine. Sarà proprio quest’ultimo aspetto a essere preferito nell’analisi documentale.

Le Historiae hanno circolazione interna e intendono fornire alla Curia generalizia romana il maggior numero possibile di informazioni sulle istituzioni gesuitiche stabilite in ogni parte del mondo, allo scopo di promuovere la mutua conoscenza tra i confratelli, mostrare esempi di buona condotta, preparare strumenti per la difesa dell’operato della Compagnia di Gesù di fronte a eventuali attacchi esterni.

Sarà preso in esame il caso di studio di collegi gesuitici ubicati alla frontiera tra Austria e Venezia, in particolare quelli fondati nel primo Seicento in luoghi ove il conflitto di religione cattolico-luterano è più sentito. La scelta si spiega con la volontà di analizzare gli strumenti di gestione di tale conflitto esplicitati nelle Historiae.

Particolare attenzione sarà prestata anche alle direttive provenienti dalla Curia generalizia per la compilazione dei documenti, così da sottoporre a verifica l’effettivo riconoscimento di tali direttive o le eventuali deviazioni dal modello prestabilito.

 

 Scritture grigie’ e prassi di amministrazione del territorio a Firenze tra Tre e Quattrocento

Lorenzo Tanzini

Università degli Studi di Cagliari

La relazione si propone di approfondire alcuni aspetti degli strumenti documentari del governo del territorio fiorentino nel XV secolo, analizzando in particolare i testi usati dagli ufficiali fiorentini durante il loro periodo di incarico nelle comunità soggette. In un certo numero di casi, infatti, i documenti propriamente normativi che costituivano l’“archivio corrente” dell’ufficiale (gli statuti e relativi aggiornamenti) erano usati come depositi di materiali molto più vari, come copie di lettere, estratti di leggi, formulari, tariffari. Questa pratica, priva di ogni ufficialità e quindi abbastanza irregolare negli esiti, costituisce però un uso ricorrente, e quindi permette di gettare uno sguardo sugli aspetti più pratici, correnti e sostanziali dell’effettivo governo del territorio. Nella relazione verranno delineati i caratteri generali e le tipologie documentarie coinvolte, per un periodo che giunge agli inizi del Cinquecento, quando l’uso della stampa e l’avvio di pratiche tipicamente principesche introducono modalità e strumenti nuovi.

 

 

L’ordine delle cose e l’ordine dei testi. Liste, indici e inventari nei registri di governo dei principati italiani del tardo Medioevo

Isabella Lazzarini

Università degli studi del Molise

Come ormai quasi un ventennio di ricerche comunalistiche dimostra, il concetto di ‘lista’ ha un valore cruciale per gli studi recenti sulla politica comunale e i suoi strumenti operativi: la mia comunicazione intende seguire gli sviluppi di un elemento documentario così enfaticamente cruciale nel contesto tardomedievale, allorché le premesse politiche e sociali della sua rilevanza si trasformano e il suo ruolo nel sistema documentario considerato è per forza mutato. L’analisi verte sui registri di governo (registri di litterae patentes e litterae clausae, e registri contabili) e su due tipi di elenchi correlati ai registri o parte di essi (gli indici di questi stessi volumi e gli inventari della documentazione principesca di cancelleria e di camera), che in vario modo arricchiscono e trasformano il senso della parola ‘lista’ nelle scritture pubbliche e nelle scritture grige prodotte nelle signorie e nei principati dell’Italia settentrionale tra Tre e Quattrocento.

 

La gestion des Pays-Bas espagnols: échanges, influences et transmissions entre Madrid et Bruxelles durant le règne de Philippe II (1555-1598)

Nicolas Simon

Université Saint-Louis – Bruxelles

L’historiographie concernant Philippe II a clairement mis en évidence la tendance du rey prudente à s’entourer d’un nombre important de documents afin de prendre une décision. Analyser ce qu’il en est pour les Pays-Bas soulève un nombre important de questions et de problèmes. Les XVII Provinces disposent, à l’avènement de Philippe II, d’un dispositif institutionnel déjà bien développé (sous Maximilien d’Autriche et Charles Quint principalement) et dont il faut tenir compte pour l’analyse de la production documentaire (facteur institutionnel). Il est dès lors nécessaire de s’interroger sur les types de documents échangés entre Madrid et Bruxelles, et partant, comme certains chercheurs l’avancent (Violet Soen), le relatif pouvoir « discrétionnaire » laissé par Philippe II aux gouverneurs généraux à Bruxelles. Cette interrogation doit aussi s’articuler autour de la présence, à Bruxelles, d’agents espagnols et, inversement, de conseillers et secrétaires issus des Pays-Bas à Madrid (facteur humain). Les canaux de transmission de l’information s’en retrouvent fatalement influencés. Les dernières décennies du 16e siècle voient, par ailleurs, la création du Consejo Supremo de Flandes y Borgoña (1588) destiné à gérer les affaires des Pays-Bas. Une partie des archives du conseil (supprimé en 1598) fut même ramenée dans les Pays-Bas par Alonso de Laloo (secrétaire du Consejo Supremo) lorsqu’il accompagna les archiducs Albert et Isabelle. Il est d’ailleurs intéressant de noter que les instructions du Consejo Supremo s’appuyaient sur celles publiées en 1531 pour le Conseil d’Etat et, selon nous, pour le Conseil privé des Pays-Bas également. On assist à la rédaction de projets visant à modifier l’organisation interne des institutions dans les Pays-Bas (projet de P.-E. de Mansfelt en 1593) ou à la production de rapports décrivant le personnel politique afin d’aider l’archiduc Albert dans sa tâche (rapport d’E. de Ibarra en 1596). Dans cet ensemble d’allers et retours entre les deux villes, on voit, en réalité, poindre comme une sorte de « mémoire de l’administration » et ce au cours d’une période de réorganisation des institutions de la monarchie espagnole.

 

Diriger la vie en ville: plus de documents, plus d’efficacité ? Le cas du contrôle du commerce au nord de l’Espagne (XVe-XVIIe siècle)

Susana Truchuelo

Université de Cantabrie

Desde finales de la Edad Media y durante la primera Modernidad se generalizó la utilización de instrumentos de trabajo escritos en el gobierno de las pequeñas villas de algunas áreas del norte de España. Los territorios vascos en los que centraré mi trabajo, contaban con intensas atribuciones de autogobierno en el marco urbano y territorial y con relaciones singulares con el poder real, que influyeron tanto en los instrumentos para la acción de gobierno como en la difusión que éstos tuvieron en esos espacios fronterizos.

Existían diversos sujetos políticos con atribuciones en el gobierno y en la dirección de las comunidades urbanas y todos ellos utilizaron, con mayor asiduidad desde finales del siglo XV, la documentación escrita como instrumento de su práctica de gobierno: las instituciones comunales, la administración territorial y la autoridad real constituían tres poderes jerárquicos que interactuaban simultáneamente en el ámbito urbano, a través de ordenanzas, escrituras de registros, informes, listas, reales cédulas… Los objetivos de cada instancia de poder podían ser –y fueron- en ocasiones divergentes, lo que generaba tensiones y juegos de poder que afectaban directamente a los instrumentos de trabajo escrito, que podían derivar bien en su difusión, en su ocultación, en su alteración o, incluso, en su desaparición.

El objeto de estudio de este trabajo son diversos instrumentos documentales establecidos para el gobierno urbano, en particular, en sus ámbitos político, parroquial, militar y comercial. Ordenanzas concejiles muy tardías recopiladas en lengua castellana que tan solo una minoría podía leer y entender, que eran además extensamente incumplidas en el marco local; informes secretos elaborados por los delegados y emisarios del poder real (inventarios de rentas, listado de parroquias y patronos, opiniones sobre el mejor gobierno, listas de vecinos…), que no siempre fueron publicados o presentados en los Consejos reales; listas de los vecinos que integraban las milicias urbanas, realizadas para el conocimiento y uso exclusivo de las administraciones locales; escrituras mercantiles en las que se tenían que detallar los tránsitos de mercancías y las transacciones comerciales a fin de controlar la legalidad comercial en zona de frontera, que tardaron mucho tiempo en regularizarse. En definitiva, el estudio de estos documentos administrativos, de su difusión u ocultación y del cumplimiento estricto de las normas locales y reales que los regulaban nos permitirá valorar la eficacia de estas prácticas escriturarias en los marcos urbanos y su influencia en el proceso de consolidación del poder real en la Europa meridional.

 

 

Bilan du workshop « Grey Writings Anatomy » (20-21 septembre 2013)

Un retour sur l’atelier Grey Writings Anatomy, un an après (20-21 septembre 2013)

Un an après le premier atelier romain, un rapide retour en arrière pourrait nous permettre d’en tirer quelques enseignements. Nous avions choisi d’ouvrir cette enquête collective par les questions les plus évidentes : que sont les instruments de travail administratifs entre fin du Moyen Age et première modernité et en quoi peut-on les qualifier d’« écritures grises » ? Les « écritures grises » forment-elle, du reste, une catégorie pertinente d’analyse documentaire et comment caractériser dans une première approche – matérielle, structurelle, technique – les textes qui s’y rattachent ?

Nul doute, d’abord, que le label « écritures grises », si l’on peut dire, a fonctionné. L’image a inspiré les participants et convoqué tout un paysage lexical autour d’elle : la « grisaille », le « jaunâtre », le « gris du gris », ou encore le « chatoiement » (B. Grévin) ont tour à tour été employés pour décrire tant des registres de délibération dans le contexte communal marseillais au bas Moyen Âge (F. Otchakovsky-Laurens) que des suppliques ou des compilations synodales composées dans le cadre des visites pastorales du XVe siècle (P. Vuillemin) ; de nombreuses formules ont en outre servi à évoquer l’« ambivalence », l’« entre-deux », l’« à cheval » ou encore les « sas » (G. Calafat) lorsqu’il s’agissait de décrire les procédures de production et de mise en forme de ces mêmes corpus, dont il a pu être dit qu’ils caractérisaient des écrits génériquement autonomes mais qui n’auraient de valeur qu’insérés dans un autre système de documents (P. Vuillemin). Si la métaphore s’est avérée parlante c’est parce que, semble-t-il, elle permet de désigner, d’un côté, tout un nuancier documentaire et, de l’autre, une zone de convergence des compétences et techniques administratives – rhétoriques, politiques, juridictionnelles notamment.

Expliquons-nous : nous avons choisi de mettre en avant la notion de « nuancier documentaire » parce que, dans une discipline si friande en typologie formelle des sources, il est malaisé de caractériser un matériau souple et en évolution, qui peut être effacé à l’instar des tablettes de cire étudiées par E. Lalou, qui peut être raturé, corrigé, repris, voire jeté, et qui, au fil de chaînes successives de réécriture et de réemploi, peut éventuellement devenir un modèle normé et officialisé (le cas des règles de la chancellerie pontificale examiné par A. Meyer en est une bonne illustration) ; un matériau dont l’une des particularités est, qui plus est, la dynamique qu’il suppose du brouillon à l’acte, une dynamique dont il n’est qu’une des composantes ; un matériau qui dès lors ne prend du sens qu’une fois mis en relation avec d’autres textes, au sein de compilations et de dossiers, tels le recueil hétéroclite des declaratorie auquel J. Théry s’est intéressé, composé à l’intention de Clément IV pour poursuivre le procès contre l’archevêque-élu de Trèves Heinrich von Vistingen. C’est donc ce processus et cet état, cette logique de stratification ainsi que cette nature intermédiaire que l’expression « écritures grises » permet de penser.

Ce questionnement a donné lieu, dans la même perspective, à nombre de réflexions autour du hiatus a priori étonnant entre la constitution progressive de traditions documentaires au long cours d’un point de vue macrohistorique, avec pour exemple les listes de provinces ecclésiastiques étudiées par F. Delivré, et l’impression d’une succession d’initiatives individuelles, propres à chaque notaire ou commis, éparpillées et jouant par à-coups, dès lors que l’on resserre la focale – et il en va ainsi du rôle quasi paradigmatique des infra-letrados dans l’administration de la Nouvelle-Espagne (G. Gaudin).

La plupart de nos intervenants ont également souligné combien le fait de considérer d’une manière générique les instruments de travail administratifs laissait la possibilité d’envisager la multiplicité à la fois de leurs vocations premières et de leurs domaines d’application réels, changeants au cours du temps, plutôt que d’enfermer ces sources et leurs organes producteurs dans un champ d’action figé. On peut se dégager, partant de là, d’une approche tendanciellement fonctionnaliste de l’administration. L’exposé concernant les inventaires d’archives médiévaux, à l’origine des listes de droits qui ont enfanté un genre historiographique érudit, l’a bien montré (O. Guyotjeannin). La question des rapports entre fonctions et usages était dès lors posée, ouvrant la voie aux rencontres à venir.

Il faut encore ajouter qu’au fil des communications, une sorte de drame intime de l’histoire administrative a semblé se répéter. En effet, les efforts et les tentatives, au moins proclamées, qui ont été menées en vue de simplifier, de faciliter, de rendre plus efficace et plus utile, de mieux maîtriser, de mieux appliquer ou gérer, n’ont eu de cesse d’être discutées, remises en cause, sinon déconstruites en même temps que la figure de l’administrateur compétent et dévoué à sa tâche était soumise à la critique. Un déploiement de rhétorique et d’énergie dont nos orateurs ont souligné, maintes fois, les maigres résultats ; voire ont évoqué la façon dont, de manière contre-productive, ces tentatives avaient au contraire encore ajouté à l’augmentation et à la complexification de la masse documentaire administrative. Ainsi l’« écriture grise » renverrait-elle aussi la performance bureaucratique à un horizon, sinon à une utopie, la pratique du gris impliquant notamment du gâchis, de la redondance et donc du superflu.

 

 

Bilan du workshop « Instrumenter l’action administrative » (10-11 oct. 2014)

Archives Secrètes du Vatican
Archives Secrètes du Vatican

En examinant les usages des instruments de travail administratifs répertoriés lors de la première rencontre (en septembre 2013) – qu’il s’agisse de formulaires, d’inventaires, de questionnaires ou encore de registres de comptes – l’atelier de cette année a d’abord permis de préciser, voire de redéfinir ce que nous entendions par « écritures grises » – expression dont les participants n’ont du reste pas manqué de souligner la ductilité et la plasticité.

Une définition large et extensive des écritures « grises » en ferait le terne pendant des écritures « d’apparat », dont l’étude fut longtemps privilégiée par les diplomatistes (à l’exception notable, comme plusieurs intervenants l’ont rappelé, de Robert-Henri Bautier). Or nos travaux nous ont au contraire permis de nous démarquer d’analyses strictement formelles ou matérielles, quoique la question du support privilégié desdites « écritures grises » (parchemin ou papier ?) ait de nouveau été soulevée. L’attention a davantage été centrée sur les contextes de production et d’utilisation de cette vaste documentation que Pierre Chastang a qualifiée d’« anomique », et nous sont dès lors apparus plus clairement comme étant des « écritures grises » les livres et les papiers – pour ne rien dire des tablettes évoquées l’an dernier par E. Lalou – dont les administrateurs eux-mêmes se servent pour travailler.

L’expression d’« écritures grises » ne recouvre donc pas les documents qui enregistrent ou consignent l’action administrative, aussi banals, austères et gris soient-ils, et les registres de lettres ou de suppliques, ainsi que les cartulaires, doivent être exclus du champ d’étude s’ils ne font pas directement ou indirectement l’objet d’un usage administratif, au risque, sinon, d’une dispersion méthodologiquement préjudiciable. En revanche, les formulaires (E. Canobbio) et les inventaires d’archives (O. Rouchon) en forment bel et bien une partie centrale, dans la mesure où les administrateurs s’en servent comme d’instruments de travail quotidien, pour forger ou classer les documents officiels.

Quant aux fonctions que ces instruments acquièrent et aux usages qui en sont faits, retenons, au sein de la diversité qui nous a été exposée, trois axes structurants, étroitement liés : classer, contrôler, et préparer la décision. Les participants ont noté à plusieurs reprises que les « écritures grises » naissent souvent dans des contextes de conflits ou de litiges. Vouées à prouver des droits ou à mettre en ordre certains documents revêtus d’une fonction probatoire, elles ont pour fonction de classer la documentation « officielle » – la distinction entre « officiel » et « officieux » ayant été retenue, lors de nos discussions, comme un moyen de mieux cerner les « écritures grises » (S. Menzinger). Les inventaires constituent un exemple tout à fait paradigmatique de cet outillage écrit des appareils de gouvernement : ils permettent non seulement aux administrateurs de se repérer dans les archives, mais aussi aux communautés d’agir politiquement – que l’on pense au rapport de forces qui oppose la ville d’Avignon au légat pontifical administrant celle-ci depuis 1377 (O. Rouchon).

Plusieurs cas d’instruments para- ou infra-officiels servant à préparer la décision politique ont également été évoqués, des mémoires que les arbitrios adressent au gouvernement castillan pour résoudre la crise financière du XVIIe siècle (E. Guerra) aux rapports qui accompagnaient et préparaient l’action du Conseil des Pays-Bas espagnols dans la seconde moitié du XVIe siècle, en vue de justifier l’institution monarchique et d’en légitimer les décisions (N. Simon). Gouverner, c’est bien entendu contrôler (un territoire, une population, une information), et les « écritures grises » ont souvent été définies comme les instruments de ce contrôle, qu’il s’agisse des statuts florentins contenant toute une série de documents distincts, tels que des provvedimenti, des listes nominales et des lettres du gouvernement visant à administrer les communautés du contado (L. Tanzini), ou des questionnaires qui, selon les canonistes du XVe siècle, structurent la visite pastorale (S. di Paolo). Mais certains documents servent aussi à contrôler l’administration elle-même, en particulier sur le plan fiscal – dans la Bologne de la fin du XIIIe siècle (M. Conti), ou à la curie épiscopale de Pise au XVe siècle (S. Duval) – ou dans le cas du système d’information et de supervision interne de la Compagnie de Jésus (C. Ferlan).

On notera, pour finir ce modeste bilan, qui ne peut rendre compte de toute la richesse de ces deux journées d’étude, que la chronologie du programme et son ambition comparatiste ont pu également être précisées. P. Chastang a rappelé que la démarche généalogique présentait toujours le risque d’une régression à l’infini, mais aussi d’une exagération des effets de rupture. Aux notions de « révolution » ou d’« explosion » documentaires et archivistiques associées au XIIe siècle, il est dès lors préférable d’utiliser celle de « seuil », qui permet de ne pas renoncer à penser les changements dans la durée en même temps que les effets de discontinuité. Filippo de Vivo a, quant à lui, évoqué l’idée d’une « histoire de la paperasse » qui procéderait par « moments d’accélération », selon une chronologie qui n’est pas totalement assimilable à celle de l’histoire du livre. Il est évident que selon les institutions, et, plus largement, selon les aires géo-administratives qui nous intéressent, seuils et tempi varient. Si dans le Midi français, le XIIIe siècle semble être celui de la systématisation de la production documentaire et archivistique (P. Chastang), il faut attendre Paul V (1605-1621) pour que la papauté se dote d’un véritable organe d’archivage (O. Poncet), la suproduction documentaire caractéristique de la papauté avignonnaise pouvant être interprétée comme le signe et l’effet d’un défaut d’archives (A. Jamme). De la même manière, l’enquête et les instruments qu’elle suscite – en particulier les questionnaires – ne suit pas les mêmes rythmes partout en Europe, ni ne revêt la même fonction : elle peut être moyen de connaissance, démonstration de puissance ou forme de consultation, certains appareils de gouvernement lui préférant d’ailleurs ce que J. Boutier, O. Rouchon et S. Landi ont pu appeler « la politique par correspondance ». Pour prendre un dernier exemple de remise en perspective diachronique, la logique de la liste et la mise en ordre de la documentation communale au travers d’indices et d’inventaires ne triomphent véritablement dans les villes italiennes que dans la seconde moitié du XIVe siècle (I. Lazzarini).

À l’instar de nos précédentes rencontres, les spécificités très fortes de l’Italie communale des XIIIe-XIVe siècles sont d’ailleurs ressorties, avec son incroyable floraison d’offices et la pléthore d’instruments d’action administrative qui en dérivent (M. Conti), auxquelles ont pu, cette année, être comparées celles qui correspondent à l’âge d’or de la bureaucratie espagnole au cours du règne de Philippe II (N. Simon). L’unification de l’arc méditerranéen, du moins durant la période médiévale, a pu être imputée à la pratique partagée du notariat public, et le colloque de 2015 sera sans nul doute l’occasion d’approfondir ces questions par l’étude des circulations et des transferts de modèles de gestion, ainsi que des instruments de travail d’un espace à un autre, d’une institution à une autre. Cette année, ces questions ont surtout été abordées sous l’angle des jeux d’échelles qui lient l’administration centrale aux gouvernements provinciaux ou urbains (S. Truchuelo). Nous espérons donc que certains des problèmes jusqu’ici effleurés seront abordés de manière plus frontale lors du prochain colloque, tels que celui de la langue des documents, qui permettra d’interroger l’éventuelle constitution d’un langage administratif trans-étatique à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne, celui du rôle supposément transformateur joué par la diffusion de l’imprimé également, celui, encore, des influences ecclésiastiques et canoniques sur les usages administratifs séculiers (C. Lenoble), ou, enfin, celui de la solution « technocratique » podestatale, puis de la diplomatie moderne comme facteurs de circulation et d’homogénéisation des instruments de travail administratifs en Europe. Plus généralement, ce sont les liens entre la circulation des individus et celle des instruments ou modèles de gestion administrative qui retiendront notre attention.

 

 

Résumés du workshop « Grey Writings Anatomy » (20-21 sept. 2013)

 

 

Declaratorie contra episcopum. Une synthèse curiale à l’usage de Clément IV sur les procédures pontificales contre Heinrich von Vistingen, archevêque-élu de Trèves (1261-1267)
Julien Théry
Université Paul-Valéry de Montpellier

De la fin du XIIe siècle jusqu’au Grand Schisme, les papes ont fait mener des centaines de procédures judiciaires contre des prélats de toute la Chrétienté accusés ou « diffamés » de crimes. Pour l’étude de ce phénomène méconnu, qui relève plus du gouvernement de la hiérarchie ecclésiastique par l’enquête que de la répression, l’essentiel du matériau est constitué, au plan quantitatif, de lettres pontificales. L’éventail des types de sources est plus large cependant, même si les autres documents sont peu nombreux. Le cas de l’archevêque-élu de Trèves Heinrich von Vistingen, poursuivi pour divers enormia sous Urbain IV et Clément IV, a laissé une pièce d’archive qui est à ma connaissance unique en son genre : un épais dossier de declaratorie, c’est-à-dire d’« éclaircissements », rédigé vers 1267 par un clerc de la Curie à l’intention du pape. Édité par Martène et Durand d’après une copie effectuée par Mabillon lors de sa visite de la bibliothèque du cardinal Ottoboni à Rome en 1685, le manuscrit pourrait se trouver aujourd’hui dans le Fonds Ottoboni de la Bibliothèque apostolique. On propose ici une première approche, descriptive, de cet objet archivistique non identifié, composé aussi bien de copies des actes de procédure que de commentaires, d’analyses juridiques et de conseils adressés à Clément IV pour la conclusion de l’affaire.

 

Tenir registre, réunir l’assemblée : quel statut pour l’écriture municipale à Marseille au XIVe siècle ? 
François Otchakovsky-Laurens
Université d’Aix-Marseille

Cette étude tente de définir le statut documentaire des registres de délibérations du conseil de Marseille au XIVe s., en interrogeant les raisons qui poussaient les Marseillais aux commandes de l’institution municipale à faire tenir ces registres, et à ce qu’y soit consacré un effort continu, humain et financier – avec comme résultat une abondante production documentaire. Au travers des traces formelles de la façon qu’avaient les notaires de composer leurs registres, et du maniement quotidien qui en était fait au cours de l’activité municipale, apparaît le  lien avec le fonctionnement réel du pouvoir.
Ces registres, envisagés au sein de la logique documentaire municipale d’ensemble, intègrent des lettres  – sous forme de copies ou d’insertions d’originaux –, génèrent la confection d’instruments publics, autant de documents non directement délibératifs, dont les registres du conseil servent de minutier d’émission et de réception. Les enregistrements sont l’objet d’une consultation continue, qui influe sur la composition des volumes, dont la codicologie indique des « désordres » apparents, qui sont en fait autant de reflets des nécessités matérielles de l’activité du conseil.
Au total, les registres de délibérations sont davantage qu’un simple procès-verbal des réunions, dont au demeurant bien peu de traces de l’oralité et du déroulement subsistent. Outil souple de maniement et de manipulation quotidienne, permettant la mise en ordre du mode de décision et la structuration de l’autorité même du conseil, son rôle pragmatique d’instrument de travail écrit, en perpétuelle évolution, doit être mis en valeur – alors que jusqu’ici ses fonctions symboliques et rhétoriques surtout ont attiré l’attention.

 

Les tablettes de cire : une écriture grise ?
Elisabeth Lalou
Université de Rouen

Nous avons conservé près d’une centaine de codices de bois et de cire. Les corpus les plus importants contiennent les comptes des dépenses de l’hôtel du roi de France (fin XIIIe-début du XIVe siècle). Ces tablettes de grand format (35 cm sur 20) sont constituées de planches de bois creusées pour recevoir une couche de cire de couleur noire. Cette couleur noire ainsi que leur dimension, identifie des objets qui servent de brouillon. Les tablettes royales posent la question du statut des brouillons et celui des comptes qu’elles contiennent.
Le statut même des tablettes de cire les destinent à recevoir des brouillons. Elles étaientaprès d’abord un érasage avec la partie plate du stylet puis potentiellement « recirées » – on refaisait à neuf la couche de cire avant d’être jetées quand le bois se cassait.
Toutefois, des tablettes ont été conservées : certains volumes furent conservées d’abord par les comptables pour des raisons diverses et complexes, puis remplacées par d’autres supports et notamment le papier. Elles entrèrent ensuite dans des cabinets de curiosité,
L’incendie des archives de la Chambre des comptes en 1732 nous prive des documents qui pourraient nous faire comprendre le processus de la comptabilité royale sous Saint Louis ou Philippe IV le Bel, contrairement aux comptes d’Alphonse de Poitiers, conservés eux sur parchemin. Le statut des comptes conservés sur les tablettes de cire royales demeure encore à creuser. Il n’en demeure pas moins que les comptes sur tablettes de cire peuvent être comptés comme une « écriture grise ».

 

Le manejo de papeles et les instruments du travail administratif au Conseil des Indes (XVIIe siècle)
Guillaume Gaudin
Université de Toulouse

En Espagne, depuis l’époque médiévale, le roi règne entouré de ses conseillers mais, au XVIe siècle, l’expansion en Europe et dans le monde provoque un extraordinaire accroissement des affaires à administrer. Les monarques créent une série d’organes consultatifs et judiciaires, les conseils, dont le fonctionnement institutionnel et la composition sociale sont bien connus des historiens. Le Conseil des Indes apparaît ainsi dès les années 1520 sur le modèle du Conseil de Castille.
Si les grandes décisions sont prises par le roi et ses conseillers letrados, en amont, le traitement quotidien des papiers revient à une poignée d’hommes travaillant dans l’ombre des secrétaires, les commis. L’historiographie peu prolixe sur la question a retenu l’expression « infra-letrado », pour désigner « un certain nombre d’officiers plus ou moins subalternes qui formaient le soubassement indispensable du monde de la justice, de l’administration et du gouvernement, sans se voir exiger spécialement la possession de titres juridiques. » (Jean-Marc Pélorson). Le « monde infra-letrado » représente quantitativement (par le nombre relativement élevé de commis dans les Conseils et les audiencias) et qualitativement (par le rôle qu’il joue dans le manejo de papeles) un rouage essentiel du système monarchique. En étudiant le travail quotidien des commis, nous nous approchons au plus près de la matérialité du travail administratif : les tâches de classement, d’enregistrement et la conservation des lettres venues d’Amérique suivant les matières et l’urgence, ainsi que le dépouillement et le résumé des lettres ; la recherche de précédents ou d’informations dans les archives du Conseil des Indes ; la rédaction des relations de mérites en vue des nominations, etc. Les commis se situent très proches du pouvoir monarchique malgré leur rang subalterne et le peu de pouvoir dont ils disposent formellement. Les solliciteurs et autres procuradores venus de tout l’empire en quête de faveurs s’adressent aux commis dans l’espoir de faire avancer leurs affaires.
Pour mener mon enquête sur le manejo de papeles et les instruments du travail administratif au Conseil des Indes, j’étudie le cas des commis des secrétariats du Conseil des Indes, en particulier une famille, les Fernandez de Madrigal-Díez de la Calle, et un personnage, Juan Díez de la Calle, commis de 1624 à 1662.

 

Outils en grisaille : les inventaires d’archives médiévaux
Olivier Guyotjeannin
École nationale des chartes

Réservoirs d’actes par ailleurs disparus, témoins de la légitimité des archives face aux bibliothèques comme lieu d’élaboration de la science historique, outils de la reconstitution des fonds anciens malmenés par l’archivistique méthodique héritée des Lumières : dès les années centrales du XIXe siècle les « inventaires » d’archives médiévaux, voire modernes, se gagnent l’estime des éditeurs de sources, des diplomatistes, des archivistes, des historiens des institutions.
Accompagné de quelques éditions (Dauphiné), le mouvement reste toutefois timide, et plus encore étroitement utilitariste. Peter Rück est le premier à élever l’inventaire à la hauteur d’une compilation, plus précisément du cartulaire, comme révélateur d’un projet et d’une compétence (Savoie, 1971). Il est aussi le premier à dénoncer les risques d’anachronisme (« un inventaire d’archives médiéval est d’abord un inventaire de droits, et c’est toujours un inventaire partiel », dit-il en substance).
Dynamisée par les études sur l’écrit documentaire, l’enquête sur les inventaires d’archives, leur composition et leurs usages, voit aujourd’hui son intérêt reconnu, comme leur édition intégrale en témoigne. La variété des formules choisies s’explique sans doute dans le contexte de pratiques internes, et de faible circulation de modèles, compensée par la circulation des compétences (art notarial de la description des actes, modèles royaux et princiers lentement diffusés vers les archives seigneuriales). Une autre difficulté surgit avec une conservation très aléatoire et de redoutables discontinuités.
Il n’en reste pas moins que le tournant du XIIIe-XIVe siècle marque une accélération décisive et que la seconde moitié du XIVe siècle, au moins en France, voit la naissance d’un genre, avec son vocabulaire spécialisé et tiré des écoles ; voit aussi la diversité des fonctions et des statuts comme des hybridations possibles (rhétorique et recherche d’un public même limité, solennité visuelle, choix de langue, disposition comptable…). En retour, l’inventaire, mieux reconnu, voire indispensable, peut offrir un support, un cadre, à l’intégration d’autres pièces d’histoire, de biographie, de gestion, dans un particularisme persistant, que les feudistes et leurs maîtres réduiront en partie.

 

Chancelleries et ars dictaminis (XIe-XVe siècle)
Benoît Grévin
CNRS-LAMOP

On considère habituellement le développement de l’ars dictaminis  (apparue à la fin du XIe siècle) comme un prodrome à celui de l’écriture administrative. Les nouveaux cadres rhétoriques fournis par l’ars dans l’Europe des XIIe et XIIIe siècles auraient permis une premières formalisation haute de l’écriture étatique dans des institutions pionnières (papauté, royaume de Sicile…), avant de se diffuser un peu partout en Europe. Mais la rhétorique du dictamen, liée à la correspondance et à l’affirmation de la majesté de l’Etat prémoderne, resterait dissociée des mécanismes proprement dits d’une écriture administrative « grise », moins soumise aux pesanteurs et aux cadres d’un art rhétorique, plus susceptible, par exemple, d’adaptation en langue vulgaire. S’interroger sur les rapports entre des techniques de formalisation rhétoriques liées à l’ars et le développement de techniques de rédaction administrative est licite. La naissance de l’ars notariae au XIIIe siècle montre par exemple que l’ars dictaminis, focalisée sur la rédaction de la lettre et de l’acte, ne suffisait pas à formaliser et conceptualiser l’ensemble des opérations juridiques liées au notariat. Il vaut pourtant la peine d’explorer les canaux par lesquels les schèmes rythmiques (cursus rythmique) et les catégories rhétoriques de l’ars (par exemple la circuitio) ont innervé la pratique textuelle des chancelleries européennes très loin de ses zones majeures de déploiement (inventivité rhétorique épistolaire) et de ses origines (jusqu’au XVe siècle). On constate alors que les techniques de formalisation liées à l’ars ont influencé des champs de production textuels relevant d’une administration royale ou pontificale ordinaire (formalisation rythmique de textes d’administration courante dans la Naples ou la chancellerie pontificale du XIIIe siècle), et qu’elles ont conditionné, sous des formes plus ou moins médiatisées, le langage ordinaire des chancelleries, jusqu’au XVe siècle, voire au-delà (exemple des langages mixtes avec phénomènes de code-switching ad libitum latin-volgare à Naples, ou à la chancellerie vice-royale de Palerme en Sicile, en plein XVe siècle). La persistance et l’enkystement dans un langage administratif relativement banal, et pas seulement royal (exemples de l’administration provençale locale du XVe siècle) de chevilles rhétoriques héritées de l’ars dictaminis, suggère qu’il vaut la peine d’interroger les filiations et interactions entre les « écritures grises » de l’administration et le chatoiement de la grande rhétorique de l’Etat.

 

La supplique comme dossier : informations et rescrits dans le Grand-duché de Toscane (1550-1750).
Guillaume Calafat
École française de Rome

La supplique est un rouage crucial des litiges et des contentieux à l’époque moderne : que se niche dans le rescrit du souverain l’issue d’une procédure, ou bien que les demandes de droit des litigants apparaissent clairement exposées dans le cœur du document, la supplique catalyse efficacement ce qui, dans un procès ordinaire, suppose une compilation de pièces et d’actes. À partir des suppliques envoyées au Grand-duc de Toscane aux XVIIe et XVIIIe siècles et transmises au tribunal du Gouverneur de Livourne et à celui des Consuls de la mer de Pise, cette contribution vise à analyser l’important « sas » constitué par la procédure dite « d’information » : il s’agit ainsi d’observer comment la requête de l’administré peut se transformer, par la compilation des informations, des pièces probatoires et des comparutions, en véritable dossier. Puis, à travers deux études de cas, on cherche à montrer combien la supplique a pu être un instrument privilégié pour administrer la justice à l’époque moderne, c’est-à-dire à la fois à résoudre des litiges, mais aussi à répartir des compétences juridictionnelles entre différentes magistratures.

 

Il Liber Cancellariae apostolicae – lo strumento centrale per il governo della chiesa universale
Andreas Meyer
Université de Marburg

Il governo della Chiesa universale nel tardo medioevo era un governo per iscritto. Il Liber Cancellariae tardomedievale contiene i testi amministrativi (giuramenti, formule, costituzione e regole di cancellaria) che servivano a questo scopo. Il Liber Cancellariae è composto di tre parti :
– Il Liber Cancellariae I è stato comminciato sotto Giovanni XXII e contiene anche testi di Benedetto XII e qualche aggiunta di Urbano VI. Ne esistono tre manoscritti tre- e quattrocenteschi a Magonza, Parigi e Città del Vaticano. L’edizione del manoscritto parigino è stata curata da Adalbert Erler nel lontano 1888. Per i suoi „Kanzleiordnungen“ (1894) Michael Tangl ha usato il manoscritto Parigino e quello vaticano.
– Dal Liber Cancellariae II esistono due versione, una più vecchia (Ottobon. Lat. 778), probabilmento iniziato sotto Benedetto XII e tramandato in una copia fatta durante il pontificato di Innocenzo VI, ed una versione più ampia che è stata copiato da un manoscritto perduto nel maggio del 1380 da Teodorico da Nyem. Il manoscritto vaticano (Barberin. lat. 2825) serviva da Liber Cancellariae autentico da Bonifacio IX fino a Pio IV (1560). Di questo esistono 12 copie tre-, quattro- e cinquecentesche.
– Finalmente, da Gregorio XI in poi le regole di cancellaria formavono un quaterno particolare del Liber cancellariae. Emil von Ottenthal ha pubblicato le regole di Giovanni XXII fino a Nicolao V. Sto preparando una edizione nuova ed ampliata che comprende tutte le regole e le costituzioni interessanti fino a Sisto IV, usando tutti i manoscritti tramandati (più di 170).

 

« Quelques nuances de gris »… Écritures grises et réformes ecclésiastiques dans l’Italie du nord à la fin du Moyen Âge.
Pascal Vuillemin
Université de Savoie

Dans la foulée du Concile de Constance, on constate une véritable flambée réformatrice dans la plupart des diocèses de l’Italie du Centre-Nord. De Milan à Vérone, de Padoue à Venise, de Florence à Plaisance, des dizaines de prélats s’engagent alors dans une sévère et minutieuse reprise en main de leurs clergés et de leurs fidèles, mobilisant pour ce faire un ensemble de textes et de mesures préparatoires, parfois (re)découvertes pour l’occasion. Cette communication se proposait ainsi d’analyser les différents types de documents compilés ou spécialement rédigés lors de ces réformes. Ainsi, par le biais de l’observation des compilations synodales, des compilations des actes judiciaires et des questionnaires des visites pastorales, une tendance générale s’est dégagée, qui souligne le rôle essentiel des écritures grises dans la mise en œuvres des réformes diocésaines dans l’Italie des derniers siècles du Moyen Âge. Mieux encore, et en dépit de résultats somme toute bien relatifs, l’étude a également permis de montrer en quoi l’ensemble de ces mesures a pu conduire à l’élaboration de nouveaux droits diocésains, dont les échos – comme la méthodologie – résonneront encore au moment de l’ouverture du Concile de Trente.

 

« Écritures grises » : la première rencontre (Rome, 15 sept. 2012)

 

 

Participants :

Paolo Cammarosano, Marie Dejoux, Fabrice Delivré, Silvia di Paolo, Guillaume Gaudin, Benoît Grévin, Arnaud Fossier, Armand Jamme, Boris Jeanne, Cecilia Nubola, Stéphane Péquignot, Johann Petitjean, Olivier Poncet, Clémence Revest.

 

Cette première rencontre a permis de faire évoluer le projet « Écritures grises » initial en élargissant le champ documentaire exploré et en affinant un certain nombre de questionnements sur les sources écrites soumises à l’étude.

 

De nombreux participants ont d’abord proposé de voir dans les instruments de travail administratifs l’ensemble des écrits préparant la rédaction de l’acte, de la lettre ou, plus largement, du document officiel. On pense ici en premier lieu aux brouillons (le « gris du gris » pour reprendre l’expression de S. Péquignot), même s’il est rare que nous en disposions. G. Gaudin a ainsi évoqué le cas exceptionnel de l’expediente, un dossier contenant tous les papiers préparatoires et les pièces justificatives qui conduisaient à la production de documents par le Conseil du roi d’Espagne, au XVIIe siècle.

 

Dès le XIIIe siècle, en particulier dans les chancelleries impériale et papale, les formulaires et, plus globalement, les compilations de modèles d’actes, de suppliques et de lettres relèvent également de cette catégorie d’instruments de travail situés en amont des documents officiels, puisque ces derniers, assistant non pas leur lecture, comme le rappelle F. Delivré, mais bien leur écriture. Au XVIIe siècle encore, les administrateurs disposent, en Italie, de recueils de suppliques, que C. Nubola qualifie de « littérature grise » et qui permettent d’accélérer la prise de décision du prince ou du monarque.

 

A. Jamme souligne qu’il serait toutefois dommageable de se limiter aux formulaires et recueils de modèles épistolaires. Les comptes et les enquêtes sont en effet, dès le XIVe siècle, au centre du gouvernement, qu’il soit royal, princier ou pontifical. Il faudrait donc intégrer au champ d’étude, d’une part, les instruments de la comptabilité d’État tels que les listes de perception, les fouages ou les listes de taxes et, d’autre part, les écrits – les questionnaires, par exemple – qui préparaient les grandes enquêtes mises en place par les États royaux dès le XIIIe siècle (M. Dejoux).

 

Les instruments du travail administratif sont aussi « ceux qui contribuent à la transmission, à la conservation et à la consultation des documents produits par les appreils administratifs » (S. Péquignot). De nombreux participants ont donc mis l’accent sur les inventaires, véritables instruments d’archivage et de classement, dans les administrations communales italienne (P. Cammarosano) ou dans le royaume d’Aragon, puisqu’une centaine d’inventaires permettant de retrouver les droits et privilèges concédés par le roi ont été dressés entre la fin du XIIIe et la fin du XVe siècle.

 

Quant aux registres et aux cartulaires, ils ne seront soumis à l’étude que sous l’angle de l’utilisation qui en est faite en vue de la production de nouveaux documents. S. Péquignot donne l’exemple des notes additionnelles inscrites dans les registres de la Couronne d’Aragon . On s’y référait en effet pour produire et rédiger de nouveaux actes.

 

A. Jamme invite à mieux définir l’objet d’étude en opérant la distinction entre « instruments de travail administratifs » (au cœur de notre programme de recherche) et « instruments du travail administratif » : quand les premiers préparent le gouvernement, les seconds en sont les supports effectifs. De la même manière, il nous fait d’emblée différencier les techniques du pouvoir et de l’écrit, telles que le droit qui contribue à structurer les documents à portée normative, tout au long de la période que nous avons retenue, des instruments à proprement parler que nous considérerons comme les adjuvants des documents produits par les pouvoirs publics.

 

La plupart des participants ont noté que notre objectif ne devait pas être d’établir une typologie documentaire, mais plutôt d’identifier certaines logiques transversales de production documentaire. La porosité des genres ou types de documents évoqués ci-dessus – B. Grévin pense, par exemple, aux formulaires d’actes et aux summe dictaminis du XIIIe siècle – ainsi que les « glissements documentaires » et la « complémentarité des techniques de l’écrit » (A. Jamme) empêchent en effet toute tentative typologique.

 

Le but sera donc d’examiner les formes de communication et les échanges entre différents types documentaires, plutôt que d’alimenter le morcellement historiographique actuel. On peut ainsi penser aux homologies formelles entre écritures comptables et autres dynamiques d’écriture des appareils administratifs de la fin du Moyen Âge (A. Jamme) ou questionner le processus de construction de l’autorité publique médiévale auquel contribuent tant les enquêtes administratives que les visites de contrôle d’institutions telles que les hôpitaux (S. di Paolo).

 

Nous ne perdrons pas de vue le fait que l’oralité tient une place prépondérante dans la construction de cette autorité et que bien souvent – les procès-verbaux des conseils citadins de l’Italie médiévale en sont un exemple paradigmatique – l’écrit n’est que la transcription d’un verbum oral dont le statut d’instrument de travail administratif devra être questionné (P. Cammarosano).

 

Les techniques spécifiques de l’écrit, quant à elles (l’index, le répertoire, le tableau ou encore la liste) devront être étudiées sous l’angle de cette formalisation croissante des instruments de travail administratifs, se substituant, selon une chronologie qui reste cependant à préciser, aux formes orales de gouvernement. La liste a notamment été évoquée à plusieurs reprises, au travers des exemples des pouillés épiscopaux ou du Provincial de l’Église romaine, cette liste des diocèses de la chrétienté dressée hors de la Curie romaine mais utilisée par celle-ci dès le XIIe siècle (F. Delivré).

 

Pour tous les participants d’ailleurs, l’exclusion du champ d’étude des instruments de travail établis hors des institutions productrices de documents officiels ne tient pas, puisque de tels outils pouvaient être utilisés par les institutions en question, comme en témoignent l’influence du notariat public sur les chancelleries épiscopales italiennes des trois derniers siècles du Moyen Âge ou les influences « médiates » et « immédiates » du dictamen, pour reprendre la distinction de B. Grévin, sur la rédaction des actes de chancellerie. Plus globalement, ce sont les interpénétrations et interdépendances des instruments de travail administratifs, d’une institution à l’autre, qui devront retenir toute notre attention.

 

LES LIEUX

 

Le second apport de cette première rencontre réside dans la définition des lieux soumis à l’étude. La terminologie devra rapidement être fixée, car, comme le souligne A. Jamme, la langue italienne distingue amministrazione et governo là où le français assimile souvent administration et gouvernement. On tâchera donc de différencier l’administration, notion plus large et plus souple que celle d’État, permettant de renvoyer aux aspects bureaucratiques de l’autorité publique (l’administration en est comme la « prothèse »), du gouvernement qui désigne l’action de diriger. Nous ne nous limiterons pas aux seuls appareils d’État, puisque tout l’enjeu de ce programme est de détacher, de la genèse de ce dernier déjà amplement étudiée, les logiques et les techniques de l’écrit permettant, aussi bien aux communes et aux évêques qu’au pape et aux monarques, en somme aux pouvoirs territoriaux en place, de gouverner.

 

On rappelle, à cette occasion, que l’objectif du programme de recherche n’est pas non plus de refaire une histoire sociale et culturelle du notariat ou des personnels administratifs. Si tous les participants s’accordent à dire qu’un instrument de travail n’est jamais réductible à une rationalité technique pure et qu’il est indissociable des agents qui en déploient les usages – G. Gaudin donne l’exemple passionnant des infra-letrados qui peuplent les conseils de la monarchie espagnole au XVIIe siècle et composent même un « ministère des papiers » –, il est admis que l’historiographie, en particulier italienne, est déjà très active sur la question des notaires et des officiers.

 

Nous pouvons éclaircir le tableau en dégageant quatre grands types d’institutions prises en compte, dont les prolongements administratifs, du moins, devront être étudiés : les administrations royales et impériale (tant au niveau central qu’au niveau délégué), les offices papaux, les curies épiscopales et autres bureaucraties ecclésiastiques (S. di Paolo propose d’explorer la documentation tardo-médiévale relative à la gestion des hôpitaux, par exemple) et les organes de gouvernement urbains (les seigneuries n’ayant, pour le moment, pas été évoquées).

 

P. Cammarosano recommande même de partir du niveau institutionnel urbain, pertinent dans le cadre d’une enquête qui se veut comparative à l’échelle méditerranéenne ; en outre, les chancelleries urbaines italiennes se peuplent, dès le XIIIe siècle, de notaires spécialisés tant dans les rédaction des Libri iurium que dans les procès-verbaux des procès communaux ou l’estimation des biens confisqués et mis en vente, ce qui garantit une abondante documentation sur laquelle fonder notre étude. Il suggère également de diriger le regard vers les communautés rurales.

 

Le programme « Écritures grises » repose sur un décloisonnement des lieux institutionnels de gouvernement puisque nous cherchons à observer les phénomènes de diffusion et de transfert de modèles, voire d’« acculturation administrative » (S. Péquignot), évidemment différenciés selon les territoires. S. Péquignot revient ainsi sur les rapports entre centre et périphérie dans le cas aragonais et souligne que l’intégration de nouveaux territoires à la Couronne ne signifiait pas l’adoption immédiate ni même complète des modèles d’écriture venus « d’en haut », à la fin du Moyen Âge. Les contestations, en effet, étaient multiples et la monarchie devait composer avec la distance pour gouverner pacifiquement la pluralité de sujets intégrés à la Couronne. B. Jeanne donne, quant à lui, l’exemple de l’exportation, via les ordres missionnaires, de certaines techniques administratives romaines dans le Nouveau Monde.

 

Le rôle pionnier et moteur des chancelleries a donc été souligné à plusieurs reprises. On sait l’influence décisive que la Chancellerie et la Pénitencerie papales ont eue sur les modes d’écriture de la royauté française et, plus généralement, sur l’écriture des suppliques en Occident. Mais au XIVe siècle, c’est aussi la Chambre apostolique qui modifie en profondeur les formes et les pratiques comptables des marchands hors de la Curie (A. Jamme). De la même manière, les procédures comptables ainsi que la structure des archives de la monarchie aragonnaise se sont diffusées à l’échelle locale.

 

LE TEMPS

 

Cette étude des emprunts, des échanges, des impositions et des contestations de modèles, instruments et techniques de l’écrit n’a de sens que si elle s’inscrit dans une carte des territoires politiques et institutionnels mais aussi dans un temps continu de crises, de réformes et de ruptures. Quoique contestable, en tout cas non généralisable, le concept de « révolution documentaire » du XIIe siècle renvoie, par exemple, à la fin de l’hégémonie ecclésiastique sur l’écriture et à l’essor des écritures laïques (les écritures courantes ne se développant véritablement qu’au XIIIe siècle). Il constitue donc l’une des bornes chronologiques de notre enquête. Mais les évolutions sont lentes, tant sur le plan des techniques (le succès du papier n’est que très progressif) que des formats (les registres de suppliques de la papauté ne font, par exemple, leur apparition qu’en 1342, bien après la mise en place d’un système de réponse aux suppliants) ou des modes d’organisation archivistique (les communes italiennes ne sont presque toutes dotées d’archives qu’au début du XVe siècle).

 

À cette échelle macroscopique, les moments de crise institutionnelle et de réforme cristallisent un grand nombre de changements dans la technologie de l’écrit. Ils suscitent en effet la création de nouveaux instruments de travail venant parfois se substituer aux anciens, le Grand Schisme d’Occident constituant, dans cette optique, un temps décisif de réforme de l’administration papale et de ses instruments à la fin du XIVe siècle. La Couronne d’Aragon se réforme, elle, dans les années 1330, au cours desquelles les ordonnances de cour bouleversent le fonctionnement de l’administration royale.

 

À une autre échelle, devront être observées de plus près la survie de certains de ces instruments de travail administratifs sur le temps très long (F. Delivré évoque ainsi le Liber Diurnus) et, a contrario, leur disparition, brutale ou progressive. Mais ces cas sont en réalité exceptionnels et la norme est bien plutôt celle du changement dans la répétition et réciproquement de la pérennité de ces instruments au fil de leurs ajustements et modifications. L’enquête menée par A. Jamme sur les livres d’officiers du pape fait par exemple état des reconsidérations administratives lors de chaque changement de pape ou du personnel chargé de l’écriture.

 

Pour finir, la place de l’écrit dans les administrations de l’Europe méridionale devra être mesurée à l’aune de l’oralité, O. Poncet rappelant que le mouvement de formalisation de l’oralité à l’époque moderne, loin d’être linéaire, s’est fait par à-coups et oscillations, entre crescendi et decrescendi, selon les mouvements d’expansion et de rétraction des États, selon aussi, dans le cas des suppliques par exemple, l’autonomie octroyée aux sujets administrés.