Écritures grises

Le programme de recherches « Écritures grises. Les instruments de travail administratifs en Europe méridionale (XIIe-XVIIe siècles » est inscrit au plan quinquennal de l’École française de Rome (2012-2016). Coordonné par Clémence Revest, Johann Petitjean et Arnaud Fossier, il est soutenu par le Centre Jean-Mabillon, l’Istituto storico italo-germanico de Trente, l’université de Trieste, le département de jurisprudence de l’université Roma 3 et le CIHAM (UMR 5648).

Ce programme articule la genèse de nouvelles techniques de l’écrit et les mutations des appareils d’État de l’Europe méridionale, aux époques médiévale et moderne. Il part de l’hypothèse, jusqu’ici éprouvée à l’échelle locale ou sur des périodes plus restreintes, que ces deux processus ne sont pas parallèles, mais bel et bien corrélés et interdépendants.

Le parti a été pris de restreindre le domaine d’enquête aux instruments de travail administratifs (formulaires, listes, inventaires, manuels, etc.). Il ne s’agit pas d’examiner un type de source ou d’ensemble textuel, mais, d’une part, de prendre en considération ce dont les autorités publiques se servaient au quotidien pour préparer et accompagner la production des actes, et, d’autre part, d’analyser les fonctions, les usages, les effets, ainsi que la diffusion de ces instruments afin de discuter de leurs éventuelles efficacité et portée normative.

La démarche se veut résolument comparatiste, comme l’attestent les frontières géographiques données au projet. L’Europe méridionale occidentale (Portugal, Espagne, Sud de la France et Italie) est prise comme un laboratoire de la formation, par l’écrit, des administrations publiques à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne. À terme, l’objectif est de tenter la cartographie historique des multiples foyers émetteurs d’innovation scripturaire et de la circulation des techniques administratives entre les chancelleries papale, impériale, seigneuriales, royales, épiscopales et communales, pour mieux comprendre comment et à quels moments ont pu se diffuser des logiques et des procédés d’administration communs à l’Europe méridionale.

Après une rencontre préparatoire, qui s’est tenue le 15 septembre 2012 à l’École française de Rome, le programme s’est déployé autour de deux ateliers de travail de deux jours chacun. Le premier a été consacré en septembre 2013 à l’anatomie des écritures grises, qui ont été étudiées par leur matérialité, en fonction des techniques administratives qu’elles sous-tendent et permettent, et par les logiques formelles transversales à l’œuvre dans l’élaboration de ces instruments. Un deuxième rencontre a été organisée à Rome en octobre 2014 afin d’examiner les différents types d’instrumentation de l’action administrative que sont le fait de compter, d’archiver et de mémorialiser, d’enquêter et d’informer, de décider enfin. Une troisième et dernière rencontre, prenant la forme d’un colloque conclusif, sera organisée en Avignon en novembre 2015. La publication d’un ouvrage collectif viendra parachever l’entreprise en 2017.