La corrispondenza epistolare in Italia / Les correspondances en Italie (Ve-XVe siècle), t. 1 et 2

CEF475

– La corrispondenza epistolare in Italia, 2. Forme, stili e funzioni della scrittura epistolare nelle cancellerie italiane (secoli V-XV) = Les correspondances en Italie, 2. Formes, styles et fonctions de l’écriture épistolaire dans les chancelleries italiennes (Ve-XVe siècle)

Ce volume rassemble la plupart des contributions de la seconde rencontre du programme La Corrispondenza epistolare in Italia qui a pour ambition d’étudier l’originalité et l’intérêt des sources épistolaires pour l’histoire politique de l’Italie médiévale. Ce colloque, organisé à Rome les 20 et 21 juin 2011, se proposait de réfléchir en particulier sur les pratiques et les fonctions de l’écrit épistolaire dans les chancelleries italiennes. En se focalisant sur les formes de l’épistolographie officielle, son objectif était de proposer une approche interdisciplinaire et comparative des épîtres de chancellerie, qui accorde une place importante à l’analyse historiographique et envisage le Moyen Âge sur la longue durée, des chancelleries romano-barbares à la Renaissance. Cet élargissement dans le temps offre un observatoire idéal pour replacer l’entretien épistolaire dans la pratique diplomatique et examiner, dans une approche à la fois institutionnelle, sociale et stylistique, l’originalité des lettres de chancellerie du Ve au XVe siècle. Il permet aussi d’étudier à nouveaux frais les rapports dialectiques entre la forme épistolaire et le reste de la documentation, et leur fonction dans l’élaboration de la langue administrative. Le cadre géographique de la réflexion constitue également un champ de recherche privilégié dans la mesure où la Péninsule italienne se trouve, depuis l’Antiquité, au centre d’un processus sans cesse réélaboré d’innovation, de production, de transmission et de conservation qui exerça une influence considérable sur l’ensemble des chancelleries européennes et qui permet d’affirmer l’historicité de la rhétorique diplomatique de l’Europe médiévale.

Ouvrage publié en coédition avec le CERM (Centre Europeo Ricerche Medievali – Trieste). Le volume est en vente sur le site du Centrewww.cerm-ts.org.
Collection de l’École française de Rome 475
Roma: École française de Rome, 2013
418 p., ill. n/b
ISBN:  978-88-95368-16-0
Prix: € 34

 

CEF474
– Miriam Davide (dir.) , La corrispondenza epistolare in Italia. Secoli XII-XV, 1 = Les correspondances en Italie. XIIe-XVe siècle, 1
Il volume raccoglie gli atti del convegno “La corrispondenza epistolare in Italia. Secoli XII-XV” “Les correspondances en Italie. XIIe-XVe siècle” organizzato dal CERM e dall’École française de Rome a Trieste il 28-29 maggio 2010. Tra il XII e il XV secolo si affermarono tutte le modalità della scrittura epistolare, che trovarono una loro forma standardizzata nelle cancellerie quattrocentesche. Armand Jamme prende in esame un segmento importante della produzione epistolare di matrice papale soffermandosi sulla poco copiosa produzione del vicario generale dovuta alla struttura stessa del ruolo politico. La ricchezza delle fonti epistolari prodotte e ricevute dalle comunità cittadine del Patriarcato di Aquileia è stata oggetto di tre contributi: Marialuisa Bottazzi ha preso in esame le raccolte di lettere custodite a Cividale del Friuli, Miriam Davide ha analizzato il patrimonio epistolare di Gemona del Friuli e Massimo Sbarbaro ha, infine, prodotto un testo sull’informatizzazione del materiale epistolare. I testi, che rimandano ad una produzione epistolare soprattutto di natura amministrativa, corrente e diplomatica, presentano appendici documentarie corredate da apparati fotografici. Maria Grazia Nico propone, infine, una disamina della produzione epistolare al femminile con una rassegna storiografica dei lavori prodotti negli ultimi anni.
Ouvrage publié en coédition avec le CERM (Centro Europeo Ricerche Medievali – Trieste). Le volume est en vente sur le site du Centre: www.cerm-ts.org.
Roma: École française de Rome, 2013
192 p., ill.
ISBN:  978-88-95368-17-7
Prix: € 29

 

La lettre en péninsule Ibérique et dans l’Occident latin (IVe-XIe siècles)

Le programme ANR-DFG Epistola,  « La lettre en péninsule Ibérique et dans l’Occident latin : héritages et transformations d’un genre littéraire (IVe-XIe siècles) », coordonné par Thomas Deswarte (Université d’Angers) et Klaus Herbers (Université Friedrich-Alexander, Erlangen-Nuremberg), est  un projet international et pluridisciplinaire organisé par l’École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), le Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (UMR 7032, Poitiers) et l’Université d’Erlangen-Nuremberg. Consacré au renouveau épistolaire du haut Moyen Âge dans l’Occident latin, il prend pour point de départ la péninsule ibérique, important espace de production épistolaire ainsi que lieu de contact et d’échange culturels. Le succès et l’expansion polymorphe du genre épistolaire, à partir notamment de l’Espagne wisigothique,  sont placés au centre des interrogations et permettront d’analyser, à travers la transmission de modèles et l’élaboration de styles rhétoriques, la fonction sociale et politique de la correspondance. Le programme prévoit, entre 2012 et 2015,  la réalisation d’un regeste de documents épistolaires pontificaux, l’édition de corpus de sources augmentés d’études et la publication des actes de colloques internationaux. Pour un aperçu plus développé du programme et de son agenda :

Programme

Agenda

Le prochain colloque organisé dans le cadre du programme Epistola se tiendra à Poitiers du 5 au 8 juin 2013, sur le thème « Écriture et genre épistolaires (IVe-XIe siècle) / Writing and the epistolary genre (4th-9th centuries) ». 

Programme du colloque

Contact: Hélène Sirantoine (hsirantoine@yahoo.fr)

Comité scientifique :
– Thomas Deswarte (Agence Nationale de la Recherche-Deutsche Forschungsgemeinschaft)
– Klaus Herbers (Agence Nationale de la Recherche-Deutsche Forschungsgemeinschaft)
– Bruno Dumézil (MCF-Université Paris Ouest, Nanterre-La Défense),
– Jacques Elfassi (MCF-Université de Lorraine),
– Nathanaël Nimmegeers (chercheur contractuel, ANR-DFG EPISTOLA, Casa de Velázquez, Madrid),
– Cornelia Scherer (post-doc, Friedrich-Alexander Universität Erlangen-Nürnberg),
– Hélène Sirantoine (chercheuse contractuelle, ANR-DFG EPISTOLA, CESCM, Poitiers).

Listes et culture de l’écrit au Moyen Âge

Coordonné par Laurent Feller (Université Paris 1, LAMOP) et Pierre Chastang (Université Versailles Saint-Quentin, ESR), le projet de recherche « Listes et culture de l’écrit au Moyen Âge » propose d’interroger l’histoire de la liste – comme mode d’écriture spécifique et outil de connaissance – dans la perspective des transformations de la culture de l’écrit et des processus discontinus de rationalisation du travail intellectuel et de l’action, qui caractérisent la période s’étendant des temps carolingiens jusque vers 1550. Par son caractère transversal, l’objet de recherche qu’est la liste transgresse les frontières modernes du pragmatique, du didactique et du poétique, ainsi que les champs de spécialisation académique afférents. Le projet de recherche entend par conséquent réunir autour de ce thème des littéraires, des lexicographes, des historiens, des anthropologues et des spécialistes de la pensée médiévale.

En juillet 2013, sera établi un questionnaire collectif qui servira de guide à la rédaction d’un projet de recherche pluriannuel. Trois problèmes paraissent d’ores et déjà fondamentaux.
1. Le lien entre l’oralité et l’écriture. La liste étant ordinairement envisagée, depuis les travaux de Jack Goody, comme une forme scripturale caractéristique des sociétés dans lesquelles l’oralité continue à tenir une place importante.
2. Le rapport entre liste et paradigme. Si le contenu de la liste est souvent déterminé par la situation réelle des choses que le rédacteur inscrit, le processus d’écriture de la liste procède d’une qualification des choses, produisant des ensembles d’objets ou de propriétés inédits. Il conviendra donc d’identifier, de manière diachronique, les grands systèmes de nomenclature et les lieux particuliers de leur (re)production.
3. Les formes de connaissance et de rationalité introduites par la liste. Il s’agira de mettre à profit la notion de « pratiques épistémiques » (Wolfgang Detels) afin de réévaluer l’apport de la liste à l’émergence d’une rationalité de type instrumentale (Max Weber) et aux processus de rationalisation des conduites qui caractérisent l’histoire de la société occidentale à partir du Moyen Âge central.

Quatre séminaires préparatoires (janvier – juin 2013)
1. 18 janvier (Paris) : Liste : histoire, langue et sciences sociales.
Francis Joannès ; Florence Weber ; Olivier Bertrand
2. 15 février (Saint-Quentin) : Listes et administration du prélèvement.
Joseph Morsel, Harmony Dewez, Jean-Pierre Devroey
3. 26 avril (Paris) : Listes et systèmes de gouvernement.
Giuliano Milani, David Sassu-Normand, Valérie Theis
4. 14 juin (Saint-Quentin) : Listes, rhétorique, et champ du littéraire.
Monique Goullet, Madeleine Jeay, Éléonore Andrieu

Plus de détails sur ce projet de recherche…