Écritures communales en Méditerranée (XIIe-XVe siècles)

 

Les 6 et 7 juin 2013, se tiendra à l’École française de Rome (piazza Navona, 62), le premier colloque du programme « Statuts, écritures et pratiques sociales dans les sociétés de la Méditerranée occidentale (XIIe-XVe siècles) », organisé par l’ICT (Université Paris 8), l’ÉfR, le LAMOP (Université Paris 1) et le CERM (Università di Trento).

Intitulé « Codicologie et langage de la norme », ce premier colloque a pour but de décrire, pour l’Italie communale et l’espace du Midi français, les formes codicologiques et le langage des « corpus statutaires », définis comme « tout type de texte qui se présente comme une forme écrite et stabilisée du droit local, édictée par une autorité publique communale ». Il s’agit de rompre avec une approche typologique déterminée par des catégories principalement juridiques pour partir des flux documentaires. Le retour aux archives et aux manuscrits doit permettre de critiquer la réalité documentaire autonome des statuts.

Cette rencontre fera le point sur les formes matérielles de la préservation et de la transmission des corpus statutaires, les diverses formes de réécriture, les différentes copies et leurs usages, les modalités et la chronologie d’une individuation des corpus statutaires lorsqu’elle a lieu, le vocabulaire employé pour nommer ces « statuts » et l’utilisation du latin et/ou de langues vernaculaires. L’esquisse d’un panorama régional doit permettre de distinguer des pratiques locales spécifiques, de poser la question de la pertinence de l’opposition rural-urbain et de mener des comparaisons à l’échelle de l’arc méditerranéen.

Le programme

AR.C.H.I.ves Project

Filippo de Vivo, de l’université de Birkbeck (Londres), est à la tête d’un programme de recherches consacré à l’histoire comparée des archives de Rome, Venise, Florence, Modène, Milan, Naples et Palerme, de la conservation des documents administratifs dans les cités-Etats du XIIe siècle à la création des Archives d’Etat italiennes.

Ce projet, financé par l’European Research Council, propose d’interroger sur le temps long le processus d’institutionnalisation de la préservation documentaire au moyen d’une série d’études de cas permettant d’observer les liens étroits qui unissent la nature et les transformations des Etats à celles de leurs archives.

Ces travaux sont articulés autour de 6 axes de recherche, qui couvrent des domaines aussi variés les politiques de préservation des documents, l’organisation des services, la matérialité des instruments de conservation, la sociologie des acteurs et, pour finir, les usages socioculturels, politiques et historiens des archives.

Ces axes relèvent d’une volonté proche de celle qui se trouve à la racine du programme Ecritures Grises: compléter l’histoire institutionnelle des chancelleries de la première modernité (en l’occurrence, les services d’archives de ces chancelleries) par une approche sociale et culturelle des pratiques administratives et des instruments de la pratique.

Un Nouveau Monde de papier(s)


C’est avec plaisir que nous annonçons la sortie du livre de notre collègue Guillaume Gaudin (Université Toulouse 2 Le Mirail) : Penser et gouverner le Nouveau Monde au XVIIe siècke. L’empire de papier de Juan Díez de la Calle, commis du Conseil des Indes (L’Harmattan 2013, 377 p.).

Ce livre, qui fut d’abord une thèse doctorat dirigée par Thomas Calvo, soutenue en 2010, est composé de trois parties. La première, d’ordre biographique, s’attache à rendre compte de l’univers socio-professionnel de Juan Díez, « personnage de second rang » pour reprendre le mot de l’auteur. Pour ce faire, l’auteur retrace l’histoire de cette famille de serviteurs de la monarchie espagnole, avant de proposer une analyse des réseaux et du quotidien de l’administrateur lui-même au sein du secrétariat de la Nouvelle Espagne entre 1624 et 1662.

Les cadres étant posés, l’homme glisse derrière le papier.
La deuxième partie prolonge un certain nombre de considérations rapidement esquissées dans la première tout en modifiant le niveau d’analyse pour s’intéresser aux écrits et à la boîte à outils de l’administrateur, à ces listes patiemment dressées, modifiées et sans cesse consultées, pour administrer de loin.

Et c’est logiquement que la troisième et dernière partie du livre interroge, de manière particulièrement convaincante à nos yeux, les effets de ces écritures grises sur les savoirs d’Etat et sur les actions, sur les représentations géographiques et politiques, sur les manières concrètes de voir, de penser et de gérer l’espace impérial.

Ce billet est trop bref pour évoquer tous les apports de cette fine étude de l’administration espagnole au XVIIe siècle, révélée par les papiers exceptionnels d’un personnage normal. Surtout, il ne rend pas justice à l’ampleur et à la qualité du travail réalisé par G. Gaudin