Dangereuse paperasse!

 

La maison d’édition belge « Zones sensibles »  fait paraître un livre du spécialiste des médias, Ben Kafka, intitulé Le démon de l’écriture. Pouvoirs et limites de la paperasse, et postfacé par l’historien américain Robert Darnton (2013).

Par « paperasse », l’auteur entend « l’ensemble des documents produits en réponse à une demande, réelle ou imaginaire, émanant de l’État ». Il montre que la paperasse syncope en effet les rythmes de l’Etat et peut déstabiliser ses structures.

Exemples : Le bulletin de vote censé servir de fondement au gouvernement représentatif est déclaré nul à cause d’un trou mal perforé. Le mandat censé nous protéger contre les perquisitions et autres saisies arbitraires est émis par erreur à une mauvaise adresse. Le visa qui devrait nous permettre de travailler ou de voyager nous renvoie sans cesse au même endroit dans l’espoir que, cette fois-ci, nous n’aurons pas oublié d’apporter les documents à l’appui.

En temps normal, les accidents sont corrigés, les rythmes restaurés, les structures rétablies. Mais dans certaines conditions exceptionnelles (guerres, révolutions, catastrophes naturelles), un incident technique insignifiant peut mener à des conséquences désastreuses.

Sommaire

 

Colloque « Les mentions de chancellerie : entre technique administrative et savoir de gouvernement » (Paris, Archives Nationales, 23-24 septembre 2013)

Le centre Jean-Mabillon de l’École des chartes, les Archives nationales et le LAMOP organisent avec le soutien de l’École nationale des chartes, du Labex Hastec et du GDR 3177 « Diplomatique » un colloque consacré aux Mentions de chancellerie, entre technique administrative et savoir de gouvernement (Moyen Âge – Temps Modernes). Il se tiendra les 23 et 24 septembre 2013 à Paris, à l’École nationale des chartes (19 rue de la Sorbonne, 75005 Paris) et aux Archives nationales, site de Paris (Hôtel de Soubise, 60 rue des Francs-Bourgeois, 75003 Paris).

Programme