Les vecteurs de l’idéel, V. Les mutations des sociétés politiques (XIIIe-XVIIe siècle) (Rome, 16-18 décembre 2013)

« Les vecteurs de l’idéel ». Les mutations des sociétés politiques (XIIIe-XVIIe siècle)

Programme disponible à l’adresse : http://www.ecole-francaise.it/fr/PDF/vecteurs_16122013.pdf

L’objectif du programme Signs and States, financé par le European Research Council avec la collaboration de l’École française de Rome, est d’explorer la sémiologie de l’État du XIIIe siècle au milieu du XVIIe siècle. La dernière conférence des Vecteurs de l’Idéel se déroulera en deux parties et se propose de présenter (en 2013) les hypothèses historiques médiévales sur lesquelles se fonde ce programme, afin d’en déduire un modèle dynamique qui puisse être présenté et discuté (en 2014) avec des spécialistes des sciences sociales, pour réintroduire une perspective comparative de long terme dans un débat scientifique pluridisciplinaire dont les périodes antérieures au XVIIe siècle sont par trop absentes. L’hypothèse présentée en 2013 repose sur le refus d’une distinction anachronique entre Église et État. Si le bouleversement de l’équilibre des pouvoirs initié par la Réforme grégorienne a bien conduit à la domination de la monarchie pontificale sur l’Église, il a aussi transformé le christianisme en imposant aux membres de l’ecclesia l’exigence de la recherche individuelle du salut. Pour en assumer le contrôle, les réformateurs ont déclenché une mutation culturelle qui a engendré un nouveau système de communication : révolution de l’éducation, de l’écrit et de la gestion, de la littéracie, des langues, de la littérature et du livre, du droit et de la justice, du sensible (image, musique …) etc. Si la Réforme a créé une distinction cruciale entre clercs et laïcs, ces derniers ont aussi bénéficié du nouveau système de communication. Les pouvoirs laïcs ont à leur tour créé des administrations et, quand la guerre a exacerbé leurs besoins, usé du nouveau système de communication pour obtenir de la société politique le consensus qui assure leur pouvoir et permet de surprélever l’impôt. Seuls au monde à être alors capables d’assurer leur légitimité par leur pouvoir symbolique, les cités et les princes de l’Occident latin vont contenir le pouvoir de l’Église et développer les structures de l’État moderne. Nous voulons proposer à la discussion ce modèle historique de genèse par une mutation culturelle d’une nouvelle structure politique des sociétés.

 

 

 

Programme du workshop « Grey Writings Anatomy » (20-21 sept. 2013)

 

Gilles de Rome, Le gouvernement des princes

Dans le cadre du programme de recherches « Écritures grises. Les instruments de travail administratifs en Europe méridionale (XIIe-XVIIe siècle) », l’atelier d’études « Grey Writings Anatomy » ouvre l’exploration des écritures de l’autorité publique et de leurs mutations sur le temps long (ca 1100 – ca 1700) par l’examen de leurs spécificités matérielles, linguistiques et formelles. En tâchant de se placer en-deça des traditionnelles typologies documentaires, l’objectif est de définir ce qu’est une « écriture grise » par la comparaison des divers instruments écrits utilisés par les appareils de gouvernement, mais aussi d’enrichir le concept d’« administration » en substituant aux schémas fonctionnalistes et aux organigrammes contemporains l’analyse des chaînes, des techniques et des logiques d’écriture para-politiques du Bas Moyen Âge et de la Première Modernité.

Trois axes complémentaires seront privilégiés, pour autant de demi-journées d’étude. Une première session autour de « la matérialité » soumettra à enquête les écritures comptables et judiciaires, ainsi que les registres de délibération, pour réfléchir aux supports des documents préparatoires qu’utilisaient les administrations et dégager ainsi les critères de définition matériels de l’« écriture grise ». Une seconde session mettra l’accent sur certaines des « techniques administratives » fondamentales qui permettaient aux appareils de gouvernement de fonctionner (classer, archiver, styler, traduire etc.). Une troisième session interrogera les « logiques formelles » transversales à l’œuvre dans la confection des instruments de travail administratifs, ainsi que dans la production documentaire quotidienne des appareils de gouvernement (la liste, la compilation, le questionnaire etc.).

Vendredi 20 septembre

Accueil des participants

Arnaud Fossier (Univ. Bourgogne)
Johann Petitjean (Univ. Paris 1)
Clémence Revest (CNRS, École française de Rome)
Genèse d’un programme de recherche et présentation des enjeux de l’atelier

 

Types et supports documentaires : la matérialité de l’écriture grise

 

Président de séance

Paolo Cammarosano (Centro europeo di Ricerche Medievali di Trieste)

Julien Théry (Univ. Monptellier)
Declaratorie contra episcopum. Une synthèse curiale à l’usage de Clément IV sur les procédures pontificales contre Heinrich von Vistingen, archevêque-élu de Trèves (1261-1267)
François Otchakovsky-Laurens (Univ. Aix-Marseille)
Tenir registre, réunir l’assemblée : quel statut pour l’écriture municipale à Marseille au XIVe siècle ?
Elisabeth Lalou (Univ. Rouen)
Tablettes de cire : écriture grise ?
Guillaume Gaudin (Univ. Toulouse)
Le « manejo de papeles » et les instruments du travail administratif au Conseil des Indes (XVIIe siècle)
 

Techniques administratives : classement, langages et formalisation

 

Présidente de séance

Cecilia Nubola (Università Trento)

Olivier Guyotjeannin (École des Chartes)
Outils en grisaille : les inventaires d’archives médiévaux
Benoît Grévin (CNRS, Lamop)
Chancelleries et ars dictaminis (XIIe-XVe  siècle)
Guillaume Calafat (École française de Rome)
La supplique comme dossier. Informations et rescrits dans le Grand Duché de Toscane (1600-1700)

 

Samedi 21 septembre

 

Logiques formelles et rationalité administrative

 

Président de séance

Armand Jamme (CNRS, CIHAM)

Fabrice Delivré (Univ. Paris I/Lamop)
La chrétienté en liste. Genèse et fortunes du Provincial de l’Église romaine (XIIe-XVe siècle)
Andreas Meyer (Univ. Marburg)
Il « Liber Cancellariae apostolicae » : lo strumento centrale per il governo della chiesa universale
Maria Cristina Cunha (Univ. Porto)
Les logiques de formalisation des documents épiscopaux de Braga aux XIIIe et XIVe siècles
Pascal Vuillemin (Univ. Savoie)
« Quelques nuances de gris »… Écritures grises et réformes ecclésiastiques dans les diocèses d’Italie du Nord à la fin du Moyen Âge