Résumés du workshop « Grey Writings Anatomy » (20-21 sept. 2013)

 

 

Declaratorie contra episcopum. Une synthèse curiale à l’usage de Clément IV sur les procédures pontificales contre Heinrich von Vistingen, archevêque-élu de Trèves (1261-1267)
Julien Théry
Université Paul-Valéry de Montpellier

De la fin du XIIe siècle jusqu’au Grand Schisme, les papes ont fait mener des centaines de procédures judiciaires contre des prélats de toute la Chrétienté accusés ou « diffamés » de crimes. Pour l’étude de ce phénomène méconnu, qui relève plus du gouvernement de la hiérarchie ecclésiastique par l’enquête que de la répression, l’essentiel du matériau est constitué, au plan quantitatif, de lettres pontificales. L’éventail des types de sources est plus large cependant, même si les autres documents sont peu nombreux. Le cas de l’archevêque-élu de Trèves Heinrich von Vistingen, poursuivi pour divers enormia sous Urbain IV et Clément IV, a laissé une pièce d’archive qui est à ma connaissance unique en son genre : un épais dossier de declaratorie, c’est-à-dire d’« éclaircissements », rédigé vers 1267 par un clerc de la Curie à l’intention du pape. Édité par Martène et Durand d’après une copie effectuée par Mabillon lors de sa visite de la bibliothèque du cardinal Ottoboni à Rome en 1685, le manuscrit pourrait se trouver aujourd’hui dans le Fonds Ottoboni de la Bibliothèque apostolique. On propose ici une première approche, descriptive, de cet objet archivistique non identifié, composé aussi bien de copies des actes de procédure que de commentaires, d’analyses juridiques et de conseils adressés à Clément IV pour la conclusion de l’affaire.

 

Tenir registre, réunir l’assemblée : quel statut pour l’écriture municipale à Marseille au XIVe siècle ? 
François Otchakovsky-Laurens
Université d’Aix-Marseille

Cette étude tente de définir le statut documentaire des registres de délibérations du conseil de Marseille au XIVe s., en interrogeant les raisons qui poussaient les Marseillais aux commandes de l’institution municipale à faire tenir ces registres, et à ce qu’y soit consacré un effort continu, humain et financier – avec comme résultat une abondante production documentaire. Au travers des traces formelles de la façon qu’avaient les notaires de composer leurs registres, et du maniement quotidien qui en était fait au cours de l’activité municipale, apparaît le  lien avec le fonctionnement réel du pouvoir.
Ces registres, envisagés au sein de la logique documentaire municipale d’ensemble, intègrent des lettres  – sous forme de copies ou d’insertions d’originaux –, génèrent la confection d’instruments publics, autant de documents non directement délibératifs, dont les registres du conseil servent de minutier d’émission et de réception. Les enregistrements sont l’objet d’une consultation continue, qui influe sur la composition des volumes, dont la codicologie indique des « désordres » apparents, qui sont en fait autant de reflets des nécessités matérielles de l’activité du conseil.
Au total, les registres de délibérations sont davantage qu’un simple procès-verbal des réunions, dont au demeurant bien peu de traces de l’oralité et du déroulement subsistent. Outil souple de maniement et de manipulation quotidienne, permettant la mise en ordre du mode de décision et la structuration de l’autorité même du conseil, son rôle pragmatique d’instrument de travail écrit, en perpétuelle évolution, doit être mis en valeur – alors que jusqu’ici ses fonctions symboliques et rhétoriques surtout ont attiré l’attention.

 

Les tablettes de cire : une écriture grise ?
Elisabeth Lalou
Université de Rouen

Nous avons conservé près d’une centaine de codices de bois et de cire. Les corpus les plus importants contiennent les comptes des dépenses de l’hôtel du roi de France (fin XIIIe-début du XIVe siècle). Ces tablettes de grand format (35 cm sur 20) sont constituées de planches de bois creusées pour recevoir une couche de cire de couleur noire. Cette couleur noire ainsi que leur dimension, identifie des objets qui servent de brouillon. Les tablettes royales posent la question du statut des brouillons et celui des comptes qu’elles contiennent.
Le statut même des tablettes de cire les destinent à recevoir des brouillons. Elles étaientaprès d’abord un érasage avec la partie plate du stylet puis potentiellement « recirées » – on refaisait à neuf la couche de cire avant d’être jetées quand le bois se cassait.
Toutefois, des tablettes ont été conservées : certains volumes furent conservées d’abord par les comptables pour des raisons diverses et complexes, puis remplacées par d’autres supports et notamment le papier. Elles entrèrent ensuite dans des cabinets de curiosité,
L’incendie des archives de la Chambre des comptes en 1732 nous prive des documents qui pourraient nous faire comprendre le processus de la comptabilité royale sous Saint Louis ou Philippe IV le Bel, contrairement aux comptes d’Alphonse de Poitiers, conservés eux sur parchemin. Le statut des comptes conservés sur les tablettes de cire royales demeure encore à creuser. Il n’en demeure pas moins que les comptes sur tablettes de cire peuvent être comptés comme une « écriture grise ».

 

Le manejo de papeles et les instruments du travail administratif au Conseil des Indes (XVIIe siècle)
Guillaume Gaudin
Université de Toulouse

En Espagne, depuis l’époque médiévale, le roi règne entouré de ses conseillers mais, au XVIe siècle, l’expansion en Europe et dans le monde provoque un extraordinaire accroissement des affaires à administrer. Les monarques créent une série d’organes consultatifs et judiciaires, les conseils, dont le fonctionnement institutionnel et la composition sociale sont bien connus des historiens. Le Conseil des Indes apparaît ainsi dès les années 1520 sur le modèle du Conseil de Castille.
Si les grandes décisions sont prises par le roi et ses conseillers letrados, en amont, le traitement quotidien des papiers revient à une poignée d’hommes travaillant dans l’ombre des secrétaires, les commis. L’historiographie peu prolixe sur la question a retenu l’expression « infra-letrado », pour désigner « un certain nombre d’officiers plus ou moins subalternes qui formaient le soubassement indispensable du monde de la justice, de l’administration et du gouvernement, sans se voir exiger spécialement la possession de titres juridiques. » (Jean-Marc Pélorson). Le « monde infra-letrado » représente quantitativement (par le nombre relativement élevé de commis dans les Conseils et les audiencias) et qualitativement (par le rôle qu’il joue dans le manejo de papeles) un rouage essentiel du système monarchique. En étudiant le travail quotidien des commis, nous nous approchons au plus près de la matérialité du travail administratif : les tâches de classement, d’enregistrement et la conservation des lettres venues d’Amérique suivant les matières et l’urgence, ainsi que le dépouillement et le résumé des lettres ; la recherche de précédents ou d’informations dans les archives du Conseil des Indes ; la rédaction des relations de mérites en vue des nominations, etc. Les commis se situent très proches du pouvoir monarchique malgré leur rang subalterne et le peu de pouvoir dont ils disposent formellement. Les solliciteurs et autres procuradores venus de tout l’empire en quête de faveurs s’adressent aux commis dans l’espoir de faire avancer leurs affaires.
Pour mener mon enquête sur le manejo de papeles et les instruments du travail administratif au Conseil des Indes, j’étudie le cas des commis des secrétariats du Conseil des Indes, en particulier une famille, les Fernandez de Madrigal-Díez de la Calle, et un personnage, Juan Díez de la Calle, commis de 1624 à 1662.

 

Outils en grisaille : les inventaires d’archives médiévaux
Olivier Guyotjeannin
École nationale des chartes

Réservoirs d’actes par ailleurs disparus, témoins de la légitimité des archives face aux bibliothèques comme lieu d’élaboration de la science historique, outils de la reconstitution des fonds anciens malmenés par l’archivistique méthodique héritée des Lumières : dès les années centrales du XIXe siècle les « inventaires » d’archives médiévaux, voire modernes, se gagnent l’estime des éditeurs de sources, des diplomatistes, des archivistes, des historiens des institutions.
Accompagné de quelques éditions (Dauphiné), le mouvement reste toutefois timide, et plus encore étroitement utilitariste. Peter Rück est le premier à élever l’inventaire à la hauteur d’une compilation, plus précisément du cartulaire, comme révélateur d’un projet et d’une compétence (Savoie, 1971). Il est aussi le premier à dénoncer les risques d’anachronisme (« un inventaire d’archives médiéval est d’abord un inventaire de droits, et c’est toujours un inventaire partiel », dit-il en substance).
Dynamisée par les études sur l’écrit documentaire, l’enquête sur les inventaires d’archives, leur composition et leurs usages, voit aujourd’hui son intérêt reconnu, comme leur édition intégrale en témoigne. La variété des formules choisies s’explique sans doute dans le contexte de pratiques internes, et de faible circulation de modèles, compensée par la circulation des compétences (art notarial de la description des actes, modèles royaux et princiers lentement diffusés vers les archives seigneuriales). Une autre difficulté surgit avec une conservation très aléatoire et de redoutables discontinuités.
Il n’en reste pas moins que le tournant du XIIIe-XIVe siècle marque une accélération décisive et que la seconde moitié du XIVe siècle, au moins en France, voit la naissance d’un genre, avec son vocabulaire spécialisé et tiré des écoles ; voit aussi la diversité des fonctions et des statuts comme des hybridations possibles (rhétorique et recherche d’un public même limité, solennité visuelle, choix de langue, disposition comptable…). En retour, l’inventaire, mieux reconnu, voire indispensable, peut offrir un support, un cadre, à l’intégration d’autres pièces d’histoire, de biographie, de gestion, dans un particularisme persistant, que les feudistes et leurs maîtres réduiront en partie.

 

Chancelleries et ars dictaminis (XIe-XVe siècle)
Benoît Grévin
CNRS-LAMOP

On considère habituellement le développement de l’ars dictaminis  (apparue à la fin du XIe siècle) comme un prodrome à celui de l’écriture administrative. Les nouveaux cadres rhétoriques fournis par l’ars dans l’Europe des XIIe et XIIIe siècles auraient permis une premières formalisation haute de l’écriture étatique dans des institutions pionnières (papauté, royaume de Sicile…), avant de se diffuser un peu partout en Europe. Mais la rhétorique du dictamen, liée à la correspondance et à l’affirmation de la majesté de l’Etat prémoderne, resterait dissociée des mécanismes proprement dits d’une écriture administrative « grise », moins soumise aux pesanteurs et aux cadres d’un art rhétorique, plus susceptible, par exemple, d’adaptation en langue vulgaire. S’interroger sur les rapports entre des techniques de formalisation rhétoriques liées à l’ars et le développement de techniques de rédaction administrative est licite. La naissance de l’ars notariae au XIIIe siècle montre par exemple que l’ars dictaminis, focalisée sur la rédaction de la lettre et de l’acte, ne suffisait pas à formaliser et conceptualiser l’ensemble des opérations juridiques liées au notariat. Il vaut pourtant la peine d’explorer les canaux par lesquels les schèmes rythmiques (cursus rythmique) et les catégories rhétoriques de l’ars (par exemple la circuitio) ont innervé la pratique textuelle des chancelleries européennes très loin de ses zones majeures de déploiement (inventivité rhétorique épistolaire) et de ses origines (jusqu’au XVe siècle). On constate alors que les techniques de formalisation liées à l’ars ont influencé des champs de production textuels relevant d’une administration royale ou pontificale ordinaire (formalisation rythmique de textes d’administration courante dans la Naples ou la chancellerie pontificale du XIIIe siècle), et qu’elles ont conditionné, sous des formes plus ou moins médiatisées, le langage ordinaire des chancelleries, jusqu’au XVe siècle, voire au-delà (exemple des langages mixtes avec phénomènes de code-switching ad libitum latin-volgare à Naples, ou à la chancellerie vice-royale de Palerme en Sicile, en plein XVe siècle). La persistance et l’enkystement dans un langage administratif relativement banal, et pas seulement royal (exemples de l’administration provençale locale du XVe siècle) de chevilles rhétoriques héritées de l’ars dictaminis, suggère qu’il vaut la peine d’interroger les filiations et interactions entre les « écritures grises » de l’administration et le chatoiement de la grande rhétorique de l’Etat.

 

La supplique comme dossier : informations et rescrits dans le Grand-duché de Toscane (1550-1750).
Guillaume Calafat
École française de Rome

La supplique est un rouage crucial des litiges et des contentieux à l’époque moderne : que se niche dans le rescrit du souverain l’issue d’une procédure, ou bien que les demandes de droit des litigants apparaissent clairement exposées dans le cœur du document, la supplique catalyse efficacement ce qui, dans un procès ordinaire, suppose une compilation de pièces et d’actes. À partir des suppliques envoyées au Grand-duc de Toscane aux XVIIe et XVIIIe siècles et transmises au tribunal du Gouverneur de Livourne et à celui des Consuls de la mer de Pise, cette contribution vise à analyser l’important « sas » constitué par la procédure dite « d’information » : il s’agit ainsi d’observer comment la requête de l’administré peut se transformer, par la compilation des informations, des pièces probatoires et des comparutions, en véritable dossier. Puis, à travers deux études de cas, on cherche à montrer combien la supplique a pu être un instrument privilégié pour administrer la justice à l’époque moderne, c’est-à-dire à la fois à résoudre des litiges, mais aussi à répartir des compétences juridictionnelles entre différentes magistratures.

 

Il Liber Cancellariae apostolicae – lo strumento centrale per il governo della chiesa universale
Andreas Meyer
Université de Marburg

Il governo della Chiesa universale nel tardo medioevo era un governo per iscritto. Il Liber Cancellariae tardomedievale contiene i testi amministrativi (giuramenti, formule, costituzione e regole di cancellaria) che servivano a questo scopo. Il Liber Cancellariae è composto di tre parti :
– Il Liber Cancellariae I è stato comminciato sotto Giovanni XXII e contiene anche testi di Benedetto XII e qualche aggiunta di Urbano VI. Ne esistono tre manoscritti tre- e quattrocenteschi a Magonza, Parigi e Città del Vaticano. L’edizione del manoscritto parigino è stata curata da Adalbert Erler nel lontano 1888. Per i suoi „Kanzleiordnungen“ (1894) Michael Tangl ha usato il manoscritto Parigino e quello vaticano.
– Dal Liber Cancellariae II esistono due versione, una più vecchia (Ottobon. Lat. 778), probabilmento iniziato sotto Benedetto XII e tramandato in una copia fatta durante il pontificato di Innocenzo VI, ed una versione più ampia che è stata copiato da un manoscritto perduto nel maggio del 1380 da Teodorico da Nyem. Il manoscritto vaticano (Barberin. lat. 2825) serviva da Liber Cancellariae autentico da Bonifacio IX fino a Pio IV (1560). Di questo esistono 12 copie tre-, quattro- e cinquecentesche.
– Finalmente, da Gregorio XI in poi le regole di cancellaria formavono un quaterno particolare del Liber cancellariae. Emil von Ottenthal ha pubblicato le regole di Giovanni XXII fino a Nicolao V. Sto preparando una edizione nuova ed ampliata che comprende tutte le regole e le costituzioni interessanti fino a Sisto IV, usando tutti i manoscritti tramandati (più di 170).

 

« Quelques nuances de gris »… Écritures grises et réformes ecclésiastiques dans l’Italie du nord à la fin du Moyen Âge.
Pascal Vuillemin
Université de Savoie

Dans la foulée du Concile de Constance, on constate une véritable flambée réformatrice dans la plupart des diocèses de l’Italie du Centre-Nord. De Milan à Vérone, de Padoue à Venise, de Florence à Plaisance, des dizaines de prélats s’engagent alors dans une sévère et minutieuse reprise en main de leurs clergés et de leurs fidèles, mobilisant pour ce faire un ensemble de textes et de mesures préparatoires, parfois (re)découvertes pour l’occasion. Cette communication se proposait ainsi d’analyser les différents types de documents compilés ou spécialement rédigés lors de ces réformes. Ainsi, par le biais de l’observation des compilations synodales, des compilations des actes judiciaires et des questionnaires des visites pastorales, une tendance générale s’est dégagée, qui souligne le rôle essentiel des écritures grises dans la mise en œuvres des réformes diocésaines dans l’Italie des derniers siècles du Moyen Âge. Mieux encore, et en dépit de résultats somme toute bien relatifs, l’étude a également permis de montrer en quoi l’ensemble de ces mesures a pu conduire à l’élaboration de nouveaux droits diocésains, dont les échos – comme la méthodologie – résonneront encore au moment de l’ouverture du Concile de Trente.