Équipe

Coordination :

Arnaud Fossier (Université de Bourgogne, UMR 6298 ArTeHis)
Ancien élève de l’ENS de Lyon, ancien membre de l’École Française de Rome, MCF à l’Université de Bourgogne (2013), il a soutenu une thèse de doctorat intitulée La fabrique du droit. Casuistique, qualifications juridiques et pratiques administratives de la Pénitencerie Apostolique (début XIIIe – début XVe siècles). Il poursuit actuellement des recherches sur les techniques, les instruments et les dispositifs institutionnels du gouvernement de l’Église entre le XIIe et le XVe siècle. Il est l’auteur d’articles sur le gouvernement de l’Église au Moyen Âge, parmi lesquels « Propter vitandum scandalum. Histoire d’une catégorie juridique (XIIe-XVe siècles) », Mélanges de l’Ecole Française de Rome Moyen Âge, 121/2, Rome, 2009, p. 317-348. Et de plusieurs travaux sur le genre du formulaire administratif, dont « La casuistique médiévale à l’œuvre. Étude comparée des formulaires de la Pénitencerie Apostolique (XIIIe-XIVe siècles) », Mélanges de l’Ecole Française de Rome. Moyen Âge, n° 123/1, 2011/1, p. 151-190 ; « Aux origines scripturaires de l’administration. Deux instruments de l’épistolarité pontificale au XIIIe siècle », Les correspondances en Italie. Formes, styles et fonctions de l’écriture épistolaire (Ve-XVe siècles), P. Cammarosano et S. Gioanni (éd.), Trieste, CERM, 2013, p. 271-287 ; « Le droit au miroir des collections épistolaires et des formulaires d’actes de la papauté (XIIIe siècle) », Frontières des savoirs en Italie à l’époque des premières universités, J. Chandelier et A. Robert (éd.), Rome, École française de Rome, 2015, p. 83-101.

Johann Petitjean (Université de Poitiers, CRIHAM)
Ancien élève de l’École normale supérieure de Lyon (2002), agrégé d’histoire (2005) et ancien membre de l’École française de Rome (2009), il a soutenu en 2011 une thèse de doctorat intitulée « Si avvisano che… Formes, usages et diffusion de l’information politique en Italie, de la bataille de Lépante à la guerre de Candie ». Ses recherches post-doctorales ont porté sur les litiges commerciaux et juridiques liés à la guerre de course impliquant les chevaliers de l’Ordre de Malte à la fin du XVIIe siècle, et s’inscrivent dans le cadre du projet Mediterranean Reconfigurations (European Research Council – Advanced Grant n° 295868) dirigé par W. Kaiser. Aujourd’hui maître de conférences à l’université de Poitiers et chercheur associé à l’IHMC, il est l’auteur d’une monographie intitulée L’intelligence des choses (Rome, 2013) et de plusieurs articles concernant l’écriture et la culture de l’information, la diplomatie, les guerres méditerranéennes et les politiques de renseignement à l’époque moderne, dont « Mots et pratiques de l’information : ce que aviser veut dire », Mélanges de l’École française de Rome, Italie-Méditerranée, 122/1, 2010, p. 107-121. Il a coordonné l’un des numéros de la revue Hypothèses. Travaux de l’école doctorale de Paris 1, consacré à « La compilation » (2010).

Clémence Revest (CNRS /Centre Roland Mousnier, Université Paris Sorbonne)
Agrégée d’histoire et ancienne membre de l’École française de Rome, chargée de recherche au CNRS (Centre Roland Mousnier), elle a soutenu en 2012 une thèse de doctorat intitulée « Romam veni. L’humanisme à la curie de la fin du Grand Schisme, d’Innocent VII au concile de Constance (1404-1417) ». Elle poursuit actuellement des recherches sur le développement de la culture humaniste au XVe siècle et a notamment publié plusieurs articles relatifs à l’émergence de l’humanisme (« La naissance de l’humanisme comme mouvement au tournant du XVe siècle », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 68/3, juillet-septembre 2013, p. 665-696 ), à la diffusion de la pratique rhétorique cicéronienne (« Naissance du cicéronianisme et émergence de l’humanisme comme culture dominante : réflexions pour une étude de la rhétorique humaniste comme pratique sociale », Mélanges de l’École française de Rome – Moyen Âge, 125/1, 2013), ou aux rapports entre humanistes et pouvoir pontifical (dont « Pier Paolo Vergerio l’Ancien face à la crise de l’Église (c. 1398-1417). De la mêlée à l’exil », dans C. Caby et R. M. Dessì (dir.), Humanistes, clercs et laïcs dans l’Italie du XIIIe au début du XVIe siècle, Turnhout, Brepols, 2012, p. 271-296).

Équipe-pilote du programme :

Paolo Cammarosano (Università di Trieste)
Enseigne dès 1969 à l’Università di Trieste. Il devient doyen de la Facoltà di Lettere e Filosofia entre 1999 et 2005, date à laquelle il crée le CERM (Centro Europeo di Ricerche Medivali). Spécialiste de l’Italie médiévale et de la documentation communale, il est l’auteur de nombreux ouvrages, parmi lesquels Le campagne nell’età comunale (metà sec. XI – metà sec. XIV), Turin, Loescher, 1974 ; La famiglia dei Berardenghi. Contributo alla storia della società senese nei secoli XI-XIII, Spolète, Centro Italiano di Studi sull’Alto Medioevo, 1974 ; Italia medievale. Struttura e geografia delle fonti scritte, Rome, La Nuova Italia Scientifica, 1991 (11e réédition en 2009) ; Nobili e re. L’Italia politica dell’alto medioevo, Roma-Bari, Laterza, 1998 ; Storia dell’Italia medievale. Dal VI all’XI secolo, Roma-Bari, Laterza, 2001 ; Guida allo studio della storia medievale, Roma-Bari, Editori Laterza, 2004 ;  Siena, Spolète, Fondazione Centro Italiano di Studi sull’Alto Medioevo, 2009 ; Storia di Colle di Val d’Elsa nel medioevo, Trieste, CERM, 2008-2012. Un recueil de ses articles est récemment paru : Studi di storia medievale. Economia, territorio, società, Trieste, CERM, 2009.

Marie Dejoux (Fondation Thiers)
Ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure de Paris (Ulm), agrégée d’histoire, M. Dejoux a occupé durant quatre ans un poste de chargée de recherches documentaires aux Archives Nationales et à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Actuellement pensionnaire de la Fondation Thiers, elle a soutenu en 2012 une thèse de doctorat intitulée “Gouverner par l’enquête au XIIIe siècle. Les restitutions de Louis IX”, sous la direction de Laurent Feller. Ses fonctions aux Archives Nationales l’ont orientée vers l’histoire des archives princières et son inventaire de la série du Gouvernement d’Ile de France, partie du Trésor des Chartes des Archives Nationales, est disponible en ligne : http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/chan/chan/series/pdf/J-148-150.pdf
Ses recherches actuelles portent sur l’enquête médiévale et, plus largement, sur le gouvernement capétien au XIIIe siècle. Elle a notamment publié « Mener une enquête générale, pratiques et méthodes : l’exemple de la tournée ordonnée par Louis IX en Languedoc à l’hiver 1247-48 », dans Quand gouverner c’est enquêter. Les pratiques politiques de l’enquête princière (Occident, XIIIe-XIVe siècles), T. Pécout (éd.), Paris, de Boccard, 2010, p. 133-155 ; « Après la conquête : les enquêtes ? L’exemple des Querimoniae Biterrensium de 1247-1248 », dans En Languedoc au XIIIe s. Le temps du sac de Béziers, M. Bourin (éd.), Perpignan, PUP, 2010, p. 269-289.

Fabrice Delivré (LAMOP, Université Paris 1)
Ancien élève de l’École normale supérieure de Fontenay/Saint-Cloud, agrégé d’histoire, ancien membre de l’École française de Rome, maître de conférences à l’Université de Paris 1-Panthéon-Sorbonne (2009), il a soutenu en 2006 une thèse de doctorat intitulée « L’évêque du premier siège. L’office de primat dans l’Occident médiéval (v. 850-v. 1500) ». Ses recherches portent sur la dynamique des relations entre la papauté et l’épiscopat, avec un intérêt privilégié pour l’étude de la formation des hiérarchies, des pratiques de gouvernement, des territoires et des genres documentaires. Il est l’auteur de plusieurs articles sur ces thèmes, parmi lesquels : « Les registres pontificaux du XIIe siècle. L’apport des Libri de primatu Toletane ecclesie », Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, 120/1 (2008), p. 105-138 ; « Du nouveau sur la « Liste de Florence ». La chronique du Pseudo-Godel (v. 1175) et la préhistoire du Provinciale Romanum du XIIIe siècle », Bibliothèque de l’École des chartes, 167 (2009), p. 353-374 ; « Les diocèses méridionaux d’après le Provinciale Romanum (XIIe-XVe siècle) », dans Lieux sacrés et espace ecclésial (IXe-XVe siècle), Cahiers de Fanjeaux, 46 (2011), p. 395-419.

Guillaume Gaudin (FRAMESPA, Université Toulouse 2 – Le Mirail)
MCF à l’Université Toulouse 2 – Le Mirail, il a soutenu, en 2010, une thèse de doctorat d’histoire intitulée L’empire de papiers de Juan Diez de la Calle, commis du Conseil des Indes. Espace, administration et représentations du Nouveau Monde au XVIIe siècle, sous la direction de Thomas Calvo. Spécialiste des mondes hispaniques à l’époque moderne, il s’intéresse aux pratiques de gouvernement d’Ancien régime et à leur matérialité ; le monde des « infra-letrados » en particulier (ces employés de l’administration espagnole n’ayant pas de diplôme universitaire) est au cœur de sa réflexion sur le fonctionnement de l’Empire espagnol. Il est, sur ce sujet, l’auteur de plusieurs articles dont « Carta de don Cristóbal Millán de Poblete a Juan Díez de la Calle, con una relación de los ministros de la catedral de México (20 de mayo de 1647) », Relaciones. Estudios de Historia y Sociedad, 126, Primavera 2011, vol.XXXII, p. 121-136, http://www.colmich.edu.mx/files/relaciones/126/pdf/04documento.pdf
Son livre intitulé Penser et gouverner le Nouveau Monde depuis Madrid au XVIIe siècle. L’empire de papier de Juan Díez de la Calle, commis du Conseil des Indes, paraîtra chez L’Harmattan en 2013.

Benoît Grévin (LAMOP, Université Paris 1)
Chargé de recherche au CNRS, affilié au LAMOP (Laboratoire de Médiévistique Occidentale e Paris), ancien élève de l’École française de Rome, il se spécialise dans l’étude des cultures linguistiques et rhétoriques de l’Europe occidentale et de la méditerranée à la fin du Moyen Âge (XIIIe-XVe siècles), et en particulier dans l’histoire de l’ars dictaminis, entendu non seulement comme théorie et idéologie de l’écriture, mais aussi comme pratique informante de la production politique et administrative, en Italie et en Europe. Il a publié de nombreux articles sur cette question (dont « Les mystères rhétoriques de l’État médiéval. L’écriture du pouvoir en Europe occidentale (XIIIe-XVe siècles) », Annales Histoire, Sciences Sociales, n° 63/2, 2008, p. 271-300, et « L’ars dictaminis entre enseignement et pratique (XIIe-XIVe siècle) », dans Revue de Synthèse, n° 133/2, 2012, p. 175-193). Il est l’auteur de deux ouvrages : Rhétorique du pouvoir médiéval. Les Lettres de Pierre de la Vigne et la transformation du langage politique européen (XIIIe-XVe siècles), Rome, Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes de Rome, 2008 ; Le parchemin des cieux. Essai sur le Moyen Âge du langage, Paris, Seuil, ‘L’univers historique’, 2012.

Armand Jamme (CNRS / CIHAM – UMR 5648, Lyon)
Agrégé d’histoire, ancien membre de École française de Rome, directeur de recherches au CNRS (2012). Ses travaux portent sur les thématiques propres à la gouvernementalité, principalement à partir de la documentation produite par la papauté, autant pour éclairer la connaissance des institutions et de leur fonctionnement dans les espaces français et italiens que pour saisir les enjeux de pouvoir et de société autour du contrôle de l’écrit de gouvernement et d’administration. Il a publié de nombreux articles et coordonne actuellement le programme Anr GEMMA sur les comptabilités médiévales (http://ressourcescomptables.tge-adonis.fr/).
L’Ecole française de Rome s’apprête par ailleurs à publier dans la nouvelle série de la collection « Sources et Documents d’Histoire », Le Souverain, l’Office et le Codex. Gouvernement de la cour et techniques documentaires dans les Libri officiariorum des papes d’Avignon (XIVe – XVe siècles), qu’il a dirigé.

Boris Jeanne
Ancien élève de l’ENS-LSH, agrégé d’histoire et enseigne au lycée Marcelin-Berthelot de Pantin. Il a soutenu en 2011 une thèse d’histoire moderne à l’EHESS sous la direction de Serge Gruzinski, intitulée Mexico-Madrid-Rome. Sur les pas de Diego Valadés, une étude des milieux romains tournés vers le Nouveau Monde à l’époque de la Contre-Réforme (1568-1594), et co-dirige la collection Fabrica Mundi. Les processus d’américanisation pour les éditions Le Manuscrit. Son travail porte sur les relations entre Rome et l’Amérique au second XVIe siècle, à partir d’une comparaison entre sources locales, pontificales et ibériques. Il a publié plusieurs articles sur le sujet, dont « Diplomatie pontificale et sacrements. La querelle autour des baptêmes de masse au Mexique (1524-1594) », dans MEFRIM, 1/2009, p. 139-154 et « Les États pontificaux face à Philippe II, marge ou centre alternatif de la Monarchie Catholique ? Retours sur les fondements juridiques, politiques et pragmatiques d’un empire conjoncturel », dans Astérion, 10/2013.

Cecilia Nubola (Istituto storico italo germanico di Trento)
Chercheuse spécialisée en histoire religieuse et en histoire de la justice à l’époque moderne. Elle a été responsable de deux programmes de recherche collectifs, Petizioni, gravamina e suppliche nella prima età moderna in Europa (secc. XIV-XVIII), en collaboration avec l’Institut historique de l’Université de Berne, et du projet Trento tra papato e impero (secoli XI-XVIII): suppliche presso l’Archivio Segreto Vaticano (XVI sec.). Elle a coordonné, avec Andreas Würgler, plusieurs ouvrages sur les suppliques et les formes de communication politique entre souverains et sujets à l’époque moderne, dont Forme della comunicazione politica in Europa nei secoli XV-XVIII. Suppliche, gravamina, lettere, Bologne, 2004 ; et Operare la resistenza: suppliche, gravamina e rivolte in Europa (secoli XV-XVIII), Bologne, 2006. En collaboration avec Cristina Belloni : Suppliche al pontefice. Diocesi di Trento 1513-1565, Bologne, 2006.

Silvia di Paolo (Università degli Studi di Roma Tre)
Chercheuse en histoire du droit médiéval et moderne du Département de droit depuis 2007 et chargée de cours en histoire de l’administration et de la justice au Département de sciences politiques depuis 2010, elle a soutenu, en 2005, une thèse de doctorat à l’Université de Milan, intitulée « Iohannes Franciscus de Pavinis, un giurista ed editore nel Quattrocento ». Ses recherches portent sur le droit canonique médiéval et moderne ; elle s’intéresse plus particulièrement à la naissance de l’imprimé juridique, à la formation du Corpus Iuris Canonici, aux techniques administratives du gouvernement ecclésiastique et à la question des origines canoniques du droit administratif. Elle a notamment publié « Le Extravagantes Communes nell’età dell’incunabolo: la Bolla Unam Sanctam da Francesco Pavini a Jean Chappuis », dans Proceedings of the XII International Congress of Medieval Canon Law, U. R. Blumenthal, K. Pennington, A. A. Larson (éd.), Città del Vaticano, 2008, p. 311-376 ; « Quaero quid sit visitatio et quid visitare. Alcune annotazioni sull’esperienza canonistica dell’amministrazione », dans Der Einfluß des kanonischen Rechts auf die europäische Rechtskultur (Öffentliches Recht), vol. 2, O. Condorelli, F. Roumy, M. Schmoeckel (éd.), Cologne-Weimar-Vienne, 2011, p. 267-294 ; et a récemment dirigé avec M. Bertram, l’e-book Decretales pictae. Le miniature nei manoscritti delle Decretali di Gregorio IX (Liber Extra), Rome, 2012 (http://hdl.handle.net/2307/711).

Stéphane Péquignot (École Pratique des Hautes Études, SAPRAT)
Ancien membre de la Casa de Velázquez, il est, depuis 2006, Maître de conférences en histoire médiévale à l’EPHE et rattaché à l’équipe SAPRAT-EA 4116 (Savoirs et pratiques du Moyen Âge au XIXe siècle). Ses travaux portent principalement sur l’histoire de la diplomatie, les conceptions et les pratiques de négociation en Occident aux XIIIe-XVe siècles. Ses recherches concernent également l’histoire des archives, l’historiographie et les écrits pragmatiques produits par la monarchie et les villes dans la Couronne d’Aragon. Il a publié un livre intitulé Au nom du roi. Pratique diplomatique et pouvoir durant le règne de Jacques II d’Aragon (1291-1327) (Madrid, Casa de Velázquez, 2009), ainsi que de nombreux articles, notamment « Les instructions aux ambassadeurs des rois d’Aragon (XIIIe-XVe siècles). Jalons pour l’histoire de la fabrique d’une parole royale efficace », dans Cahiers d’études hispaniques médiévales, 31 (2008), p. 17-43, et « Le travail de négociation à Barcelone au XVe siècle », dans Revue de Synthèse, 2012/2, p. 215-233. Il est actuellement responsable du projet “Conflits d’archives (XIVe-XXIe siècles)” (Casa de Velázquez, Ecole française d’Athènes, Ecole Pratique des Hautes Etudes, Universidad Carlos III à Madrid).

Olivier Poncet (École des Chartes)
Ancien conservateur du patrimoine (archives départementales, responsable du service de la recherche et conservateur aux service des Archives privées aux Archives nationales), professeur d’histoire des institutions, de la diplomatique et de l’archivistique de l’époque moderne à l’École nationale des chartes, il a soutenu en 1998 une thèse de doctorat publiée sous le titre La France et le pouvoir pontifical (1595-1661). L’esprit des institutions (Rome, 2011, B.E.F.A.R, 347). Principaux axes de recherche : histoire et sociologie des institutions pontificales et monarchique française (XVIe-XVIIIe s.) ; histoire et anthropologie de l’écrit à l’âge moderne ; histoire des relations entre l’Église et l’État (XVe-XIXe s.). Outre plusieurs articles et ouvrages collectifs tant sur les officiers pontificaux que sur les institutions monarchiques d’Ancien Régime, voir notamment Les entreprises éditoriales liées aux archives du Saint-Siège. Histoire et bibliographie (1880-2000), Rome, École française de Rome, 2003 (Collection de l’École française de Rome, 318).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *