Un Nouveau Monde de papier(s)


C’est avec plaisir que nous annonçons la sortie du livre de notre collègue Guillaume Gaudin (Université Toulouse 2 Le Mirail) : Penser et gouverner le Nouveau Monde au XVIIe siècke. L’empire de papier de Juan Díez de la Calle, commis du Conseil des Indes (L’Harmattan 2013, 377 p.).

Ce livre, qui fut d’abord une thèse doctorat dirigée par Thomas Calvo, soutenue en 2010, est composé de trois parties. La première, d’ordre biographique, s’attache à rendre compte de l’univers socio-professionnel de Juan Díez, « personnage de second rang » pour reprendre le mot de l’auteur. Pour ce faire, l’auteur retrace l’histoire de cette famille de serviteurs de la monarchie espagnole, avant de proposer une analyse des réseaux et du quotidien de l’administrateur lui-même au sein du secrétariat de la Nouvelle Espagne entre 1624 et 1662.

Les cadres étant posés, l’homme glisse derrière le papier.
La deuxième partie prolonge un certain nombre de considérations rapidement esquissées dans la première tout en modifiant le niveau d’analyse pour s’intéresser aux écrits et à la boîte à outils de l’administrateur, à ces listes patiemment dressées, modifiées et sans cesse consultées, pour administrer de loin.

Et c’est logiquement que la troisième et dernière partie du livre interroge, de manière particulièrement convaincante à nos yeux, les effets de ces écritures grises sur les savoirs d’Etat et sur les actions, sur les représentations géographiques et politiques, sur les manières concrètes de voir, de penser et de gérer l’espace impérial.

Ce billet est trop bref pour évoquer tous les apports de cette fine étude de l’administration espagnole au XVIIe siècle, révélée par les papiers exceptionnels d’un personnage normal. Surtout, il ne rend pas justice à l’ampleur et à la qualité du travail réalisé par G. Gaudin