Bilan du workshop « Grey Writings Anatomy » (20-21 septembre 2013)

Un retour sur l’atelier Grey Writings Anatomy, un an après (20-21 septembre 2013)

Un an après le premier atelier romain, un rapide retour en arrière pourrait nous permettre d’en tirer quelques enseignements. Nous avions choisi d’ouvrir cette enquête collective par les questions les plus évidentes : que sont les instruments de travail administratifs entre fin du Moyen Age et première modernité et en quoi peut-on les qualifier d’« écritures grises » ? Les « écritures grises » forment-elle, du reste, une catégorie pertinente d’analyse documentaire et comment caractériser dans une première approche – matérielle, structurelle, technique – les textes qui s’y rattachent ?

Nul doute, d’abord, que le label « écritures grises », si l’on peut dire, a fonctionné. L’image a inspiré les participants et convoqué tout un paysage lexical autour d’elle : la « grisaille », le « jaunâtre », le « gris du gris », ou encore le « chatoiement » (B. Grévin) ont tour à tour été employés pour décrire tant des registres de délibération dans le contexte communal marseillais au bas Moyen Âge (F. Otchakovsky-Laurens) que des suppliques ou des compilations synodales composées dans le cadre des visites pastorales du XVe siècle (P. Vuillemin) ; de nombreuses formules ont en outre servi à évoquer l’« ambivalence », l’« entre-deux », l’« à cheval » ou encore les « sas » (G. Calafat) lorsqu’il s’agissait de décrire les procédures de production et de mise en forme de ces mêmes corpus, dont il a pu être dit qu’ils caractérisaient des écrits génériquement autonomes mais qui n’auraient de valeur qu’insérés dans un autre système de documents (P. Vuillemin). Si la métaphore s’est avérée parlante c’est parce que, semble-t-il, elle permet de désigner, d’un côté, tout un nuancier documentaire et, de l’autre, une zone de convergence des compétences et techniques administratives – rhétoriques, politiques, juridictionnelles notamment.

Expliquons-nous : nous avons choisi de mettre en avant la notion de « nuancier documentaire » parce que, dans une discipline si friande en typologie formelle des sources, il est malaisé de caractériser un matériau souple et en évolution, qui peut être effacé à l’instar des tablettes de cire étudiées par E. Lalou, qui peut être raturé, corrigé, repris, voire jeté, et qui, au fil de chaînes successives de réécriture et de réemploi, peut éventuellement devenir un modèle normé et officialisé (le cas des règles de la chancellerie pontificale examiné par A. Meyer en est une bonne illustration) ; un matériau dont l’une des particularités est, qui plus est, la dynamique qu’il suppose du brouillon à l’acte, une dynamique dont il n’est qu’une des composantes ; un matériau qui dès lors ne prend du sens qu’une fois mis en relation avec d’autres textes, au sein de compilations et de dossiers, tels le recueil hétéroclite des declaratorie auquel J. Théry s’est intéressé, composé à l’intention de Clément IV pour poursuivre le procès contre l’archevêque-élu de Trèves Heinrich von Vistingen. C’est donc ce processus et cet état, cette logique de stratification ainsi que cette nature intermédiaire que l’expression « écritures grises » permet de penser.

Ce questionnement a donné lieu, dans la même perspective, à nombre de réflexions autour du hiatus a priori étonnant entre la constitution progressive de traditions documentaires au long cours d’un point de vue macrohistorique, avec pour exemple les listes de provinces ecclésiastiques étudiées par F. Delivré, et l’impression d’une succession d’initiatives individuelles, propres à chaque notaire ou commis, éparpillées et jouant par à-coups, dès lors que l’on resserre la focale – et il en va ainsi du rôle quasi paradigmatique des infra-letrados dans l’administration de la Nouvelle-Espagne (G. Gaudin).

La plupart de nos intervenants ont également souligné combien le fait de considérer d’une manière générique les instruments de travail administratifs laissait la possibilité d’envisager la multiplicité à la fois de leurs vocations premières et de leurs domaines d’application réels, changeants au cours du temps, plutôt que d’enfermer ces sources et leurs organes producteurs dans un champ d’action figé. On peut se dégager, partant de là, d’une approche tendanciellement fonctionnaliste de l’administration. L’exposé concernant les inventaires d’archives médiévaux, à l’origine des listes de droits qui ont enfanté un genre historiographique érudit, l’a bien montré (O. Guyotjeannin). La question des rapports entre fonctions et usages était dès lors posée, ouvrant la voie aux rencontres à venir.

Il faut encore ajouter qu’au fil des communications, une sorte de drame intime de l’histoire administrative a semblé se répéter. En effet, les efforts et les tentatives, au moins proclamées, qui ont été menées en vue de simplifier, de faciliter, de rendre plus efficace et plus utile, de mieux maîtriser, de mieux appliquer ou gérer, n’ont eu de cesse d’être discutées, remises en cause, sinon déconstruites en même temps que la figure de l’administrateur compétent et dévoué à sa tâche était soumise à la critique. Un déploiement de rhétorique et d’énergie dont nos orateurs ont souligné, maintes fois, les maigres résultats ; voire ont évoqué la façon dont, de manière contre-productive, ces tentatives avaient au contraire encore ajouté à l’augmentation et à la complexification de la masse documentaire administrative. Ainsi l’« écriture grise » renverrait-elle aussi la performance bureaucratique à un horizon, sinon à une utopie, la pratique du gris impliquant notamment du gâchis, de la redondance et donc du superflu.

 

 

Bureaucratie, administration, comptabilité et écritures cursives (Pise, 23-24 septembre 2014)

Se tenant ces jours-ci à Pise et à Lucques (23 et 24 sept. 2014), ce colloque part, comme nous, du constat qu’il existe un lien entre techniques d’écriture, d’une part, et développement de l’administration, de l’autre. Bureaucratie, développement des offices, comptabilité, pratiques judiciaires ou épistolaires, ont en effet constitué, à des époques diverses, de puissants facteurs de changement de l’écriture dans ses aspects les plus formels.

 

À voir : le programme

Les enquêtes en Grande-Bretagne, XIe-XXe siècles. Savoirs et instruments de gouvernement

britishisles_x480-g2Le Groupement de recherches « Mondes britanniques » (CNRS) organise, les 17 et 18 octobre 2013 avec le soutien de l’IUF, un colloque international consacré à l’étude, sur le temps long, des « enquêtes » en Grande-Bretagne.

 

Surveys in Great-Britain, XIth-XXth Centuries. Knowledge and instruments of government

 

Lieu : EHESS, Salle 638
190 avenue de France, 75013 Paris
Métro : Quai de la gare (ligne 6) ou Bibliothèque F. Mitterrand (ligne 14)

Merci de vous inscrire (gratuitement) en envoyant un simple courriel à : enquetegdr2013@gmail.com

PROGRAMME

Jeudi 17 octobre 2013

9h30: Accueil

9h45: Introduction, Fanny Madeline et Vincent Denis

10h15 : Session 1- Les enquêtes du Domesday Book/Domeday Book inquests
– David Roffe (University of Sheffield), Domesday: the inquest and the book in perspective
– Stephen Baxter (King’s College, London), Exon Domesday and the genesis of Domesday Book
Discutant : Jean-Pierre Devroey (Université libre de Bruxelles)

12h déjeuner

13h45 : Session 2- Les enquêtes sociales au XVIIIe siècle/Social Inquiries in the XVIIIth Century
– Jacques Carré (Université Paris 4), L’enquête au secours de la pauvreté ? David Davies, Frederick Morton Eden et leurs enquêtes (1795-1797)
– Joanna Innes (Oxford University), Empirical social enquiry in the long eighteenth century
Discutante : Marie-Noëlle Bourguet (Université Paris-Diderot)

15h30: pause

16h: Session 3- Enquêtes et enquêteurs au XIXe siècle/ Survey and Surveyors in the XIXth Century
– Christian Topalov (EHESS), Comment Charles Booth faisait-il enquête ?
– Frédéric Moret (Université Paris-Est Marne la Vallée), Expertise et engagement : la commission royale de 1833 sur les corporations municipales
Discutant : Antoine Savoye (Université Paris 8)

Vendredi 18 octobre 2013

9h15 : Session 4- Les enquêtes royales au XIIe et XIIIe siècle/ Royal Inquiries in the XIIth and XIIIth Century
– Fanny Madeline (LAMOP-Paris 1), Les enquêtes de la monarchie anglaise du Domesday Book aux hundred rolls (1066-1272)
– Sandra Raban (Trinity hall, Cambridge), The inquiries of Edward I (1272-1307)
Discutante : Marie Dejoux (LAMOP-CNRS, Paris 1)

11h : pause

11h15 : Session 5 : Politiques d’enquête / Survey policies
– Steven King (University of Leicester), Constructing England : social survey, public inquires and state power 1750s to 1900
– Julian Hoppit (University College, London), Counting the uncountable or the political arithmetic of smuggling in the British World, 1660-1800
Discutant: Philippe Minard (Université Paris 8 et EHESS)

13h: déjeuner

14h00: Session 6- Le recensement/Census
– Kathrin Levitan (William & Mary University), An instrument of government? The census and the public sphere in nineteenth-century Britain
– Edward Higgs (University of Essex), Census and the emergence of a state-business informational complex
Discutant : Pierre Karila-Cohen (Université Rennes 2)

16h30 : fin des travaux

Colloque « Les mentions de chancellerie : entre technique administrative et savoir de gouvernement » (Paris, Archives Nationales, 23-24 septembre 2013)

Le centre Jean-Mabillon de l’École des chartes, les Archives nationales et le LAMOP organisent avec le soutien de l’École nationale des chartes, du Labex Hastec et du GDR 3177 « Diplomatique » un colloque consacré aux Mentions de chancellerie, entre technique administrative et savoir de gouvernement (Moyen Âge – Temps Modernes). Il se tiendra les 23 et 24 septembre 2013 à Paris, à l’École nationale des chartes (19 rue de la Sorbonne, 75005 Paris) et aux Archives nationales, site de Paris (Hôtel de Soubise, 60 rue des Francs-Bourgeois, 75003 Paris).

Programme

GreyNet : études sur la « littérature grise » contemporaine

Depuis 1992, il existe un réseau dédié à l’étude de la « littérature grise » produite par les administrations publiques, par les organisations scientifiques ou par les entreprises.
Ce Grey Litterature Network Service (ou GreyNet) a pour objectif d’organiser des conférences internationales, d’alimenter plusieurs bases de données collaboratives et de publier une revue, The Grey Journal, dont le dernier numéro paru est consacré au thème de la « conduite du changement » (automne 2012). GreyNet décerne également un prix annuel qui récompense une recherche innovante en sciences de l’information et des bibliothèques.
De nombreux, et divers, organismes de recherche se sont associés à l’entreprise, tels l’Institute of Information Science and Technologies, le Slovak Centre of Scientific and Technical Information, la Nuclear Information Section of the International Atomic Energy Agency, la Bibliothèque du Congrès, l’Académie de Médecine de New York et le CNRS.

Site : http://www.greynet.org/home.html
Contact : info@greynet.org

Écritures grises

Le programme de recherches « Écritures grises. Les instruments de travail administratifs en Europe méridionale (XIIe-XVIIe siècles » est inscrit au plan quinquennal de l’École française de Rome (2012-2016). Coordonné par Clémence Revest, Johann Petitjean et Arnaud Fossier, il est soutenu par le Centre Jean-Mabillon, l’Istituto storico italo-germanico de Trente, l’université de Trieste, le département de jurisprudence de l’université Roma 3 et le CIHAM (UMR 5648).

Ce programme articule la genèse de nouvelles techniques de l’écrit et les mutations des appareils d’État de l’Europe méridionale, aux époques médiévale et moderne. Il part de l’hypothèse, jusqu’ici éprouvée à l’échelle locale ou sur des périodes plus restreintes, que ces deux processus ne sont pas parallèles, mais bel et bien corrélés et interdépendants.

Le parti a été pris de restreindre le domaine d’enquête aux instruments de travail administratifs (formulaires, listes, inventaires, manuels, etc.). Il ne s’agit pas d’examiner un type de source ou d’ensemble textuel, mais, d’une part, de prendre en considération ce dont les autorités publiques se servaient au quotidien pour préparer et accompagner la production des actes, et, d’autre part, d’analyser les fonctions, les usages, les effets, ainsi que la diffusion de ces instruments afin de discuter de leurs éventuelles efficacité et portée normative.

La démarche se veut résolument comparatiste, comme l’attestent les frontières géographiques données au projet. L’Europe méridionale occidentale (Portugal, Espagne, Sud de la France et Italie) est prise comme un laboratoire de la formation, par l’écrit, des administrations publiques à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne. À terme, l’objectif est de tenter la cartographie historique des multiples foyers émetteurs d’innovation scripturaire et de la circulation des techniques administratives entre les chancelleries papale, impériale, seigneuriales, royales, épiscopales et communales, pour mieux comprendre comment et à quels moments ont pu se diffuser des logiques et des procédés d’administration communs à l’Europe méridionale.

Après une rencontre préparatoire, qui s’est tenue le 15 septembre 2012 à l’École française de Rome, le programme s’est déployé autour de deux ateliers de travail de deux jours chacun. Le premier a été consacré en septembre 2013 à l’anatomie des écritures grises, qui ont été étudiées par leur matérialité, en fonction des techniques administratives qu’elles sous-tendent et permettent, et par les logiques formelles transversales à l’œuvre dans l’élaboration de ces instruments. Un deuxième rencontre a été organisée à Rome en octobre 2014 afin d’examiner les différents types d’instrumentation de l’action administrative que sont le fait de compter, d’archiver et de mémorialiser, d’enquêter et d’informer, de décider enfin. Une troisième et dernière rencontre, prenant la forme d’un colloque conclusif, sera organisée en Avignon en novembre 2015. La publication d’un ouvrage collectif viendra parachever l’entreprise en 2017.