Bureaucratie, administration, comptabilité et écritures cursives (Pise, 23-24 septembre 2014)

Se tenant ces jours-ci à Pise et à Lucques (23 et 24 sept. 2014), ce colloque part, comme nous, du constat qu’il existe un lien entre techniques d’écriture, d’une part, et développement de l’administration, de l’autre. Bureaucratie, développement des offices, comptabilité, pratiques judiciaires ou épistolaires, ont en effet constitué, à des époques diverses, de puissants facteurs de changement de l’écriture dans ses aspects les plus formels.

 

À voir : le programme

L’épistolaire politique dans l’Europe médiévale III. Lettres d’art et pensée politique (Colloque international, Rome, 11-13 avril 2013)

Après deux rencontres consacrées à Gouverner par les lettres (2010) et Authentiques et autographes (2012), le programme Épistolaire politique propose un colloque sur le genre, les formes et les fonctions politiques des Lettres d’art. Ce projet est le fruit d’une collaboration avec l’École Française de Rome et le Centro Europeo di Ricerche Medievali de Trieste qui conduisent, depuis 2008, un programme sur Les correspondances politiques et diplomatiques de l’Italie Médiévale.

Définir ce qu’est, ou n’est pas, une « lettre d’art » constitue en soi un exercice délicat. L’une des premières questions est bien sûr de savoir si le texte a participé d’un véritable échange épistolaire ou s’il ne constitue qu’une missive fictive ou une épître récrite en vue d’une large publication. De fait, beaucoup de pièces visent un public étendu, et non le seul destinataire désigné. Goûtée depuis l’Antiquité, la lettre d’art prend des formes extrêmement variées. Ses éléments, graphiques, linguistiques ou textuels s’inspirent cependant de modèles antérieurs. Il s’agit dès lors de déterminer le sens de cette pratique de l’imitation et de la variation : le modèle constitue-t-il un simple réservoir de formules ou s’agit-il d’appuyer la pensée sur l’auctoritas des Anciens ? En effet, la forme épistolaire, même de la plus haute qualité, entretient l’illusion d’une familiarité. Un dialogue inter absentes permet ainsi de traiter aussi bien des problèmes immédiats que des questions politiques ou philosophiques. La lettre d’art, plus que la lettre-missive ordinaire, a d’ailleurs vocation à être conservée, à part ou au sein de chroniques. Des collections peuvent être aussi rassemblées par les épistoliers eux-mêmes ainsi que par le personnel des chancelleries. De la lettre d’art à l’art lui- même, il n’y a qu’un pas. Les belles missives sont parfois copiées dans des manuscrits précieux et enluminés, et l’acte même d’écrire une lettre devient un thème apprécié des miniaturistes.

Le présent colloque propose une approche croisée de l’art épistolaire, à la frontière entre histoire, littérature et histoire de l’art.

Programme