Les vecteurs de l’idéel, V. Les mutations des sociétés politiques (XIIIe-XVIIe siècle) (Rome, 16-18 décembre 2013)

« Les vecteurs de l’idéel ». Les mutations des sociétés politiques (XIIIe-XVIIe siècle)

Programme disponible à l’adresse : http://www.ecole-francaise.it/fr/PDF/vecteurs_16122013.pdf

L’objectif du programme Signs and States, financé par le European Research Council avec la collaboration de l’École française de Rome, est d’explorer la sémiologie de l’État du XIIIe siècle au milieu du XVIIe siècle. La dernière conférence des Vecteurs de l’Idéel se déroulera en deux parties et se propose de présenter (en 2013) les hypothèses historiques médiévales sur lesquelles se fonde ce programme, afin d’en déduire un modèle dynamique qui puisse être présenté et discuté (en 2014) avec des spécialistes des sciences sociales, pour réintroduire une perspective comparative de long terme dans un débat scientifique pluridisciplinaire dont les périodes antérieures au XVIIe siècle sont par trop absentes. L’hypothèse présentée en 2013 repose sur le refus d’une distinction anachronique entre Église et État. Si le bouleversement de l’équilibre des pouvoirs initié par la Réforme grégorienne a bien conduit à la domination de la monarchie pontificale sur l’Église, il a aussi transformé le christianisme en imposant aux membres de l’ecclesia l’exigence de la recherche individuelle du salut. Pour en assumer le contrôle, les réformateurs ont déclenché une mutation culturelle qui a engendré un nouveau système de communication : révolution de l’éducation, de l’écrit et de la gestion, de la littéracie, des langues, de la littérature et du livre, du droit et de la justice, du sensible (image, musique …) etc. Si la Réforme a créé une distinction cruciale entre clercs et laïcs, ces derniers ont aussi bénéficié du nouveau système de communication. Les pouvoirs laïcs ont à leur tour créé des administrations et, quand la guerre a exacerbé leurs besoins, usé du nouveau système de communication pour obtenir de la société politique le consensus qui assure leur pouvoir et permet de surprélever l’impôt. Seuls au monde à être alors capables d’assurer leur légitimité par leur pouvoir symbolique, les cités et les princes de l’Occident latin vont contenir le pouvoir de l’Église et développer les structures de l’État moderne. Nous voulons proposer à la discussion ce modèle historique de genèse par une mutation culturelle d’une nouvelle structure politique des sociétés.

 

 

 

Les enquêtes en Grande-Bretagne, XIe-XXe siècles. Savoirs et instruments de gouvernement

britishisles_x480-g2Le Groupement de recherches « Mondes britanniques » (CNRS) organise, les 17 et 18 octobre 2013 avec le soutien de l’IUF, un colloque international consacré à l’étude, sur le temps long, des « enquêtes » en Grande-Bretagne.

 

Surveys in Great-Britain, XIth-XXth Centuries. Knowledge and instruments of government

 

Lieu : EHESS, Salle 638
190 avenue de France, 75013 Paris
Métro : Quai de la gare (ligne 6) ou Bibliothèque F. Mitterrand (ligne 14)

Merci de vous inscrire (gratuitement) en envoyant un simple courriel à : enquetegdr2013@gmail.com

PROGRAMME

Jeudi 17 octobre 2013

9h30: Accueil

9h45: Introduction, Fanny Madeline et Vincent Denis

10h15 : Session 1- Les enquêtes du Domesday Book/Domeday Book inquests
– David Roffe (University of Sheffield), Domesday: the inquest and the book in perspective
– Stephen Baxter (King’s College, London), Exon Domesday and the genesis of Domesday Book
Discutant : Jean-Pierre Devroey (Université libre de Bruxelles)

12h déjeuner

13h45 : Session 2- Les enquêtes sociales au XVIIIe siècle/Social Inquiries in the XVIIIth Century
– Jacques Carré (Université Paris 4), L’enquête au secours de la pauvreté ? David Davies, Frederick Morton Eden et leurs enquêtes (1795-1797)
– Joanna Innes (Oxford University), Empirical social enquiry in the long eighteenth century
Discutante : Marie-Noëlle Bourguet (Université Paris-Diderot)

15h30: pause

16h: Session 3- Enquêtes et enquêteurs au XIXe siècle/ Survey and Surveyors in the XIXth Century
– Christian Topalov (EHESS), Comment Charles Booth faisait-il enquête ?
– Frédéric Moret (Université Paris-Est Marne la Vallée), Expertise et engagement : la commission royale de 1833 sur les corporations municipales
Discutant : Antoine Savoye (Université Paris 8)

Vendredi 18 octobre 2013

9h15 : Session 4- Les enquêtes royales au XIIe et XIIIe siècle/ Royal Inquiries in the XIIth and XIIIth Century
– Fanny Madeline (LAMOP-Paris 1), Les enquêtes de la monarchie anglaise du Domesday Book aux hundred rolls (1066-1272)
– Sandra Raban (Trinity hall, Cambridge), The inquiries of Edward I (1272-1307)
Discutante : Marie Dejoux (LAMOP-CNRS, Paris 1)

11h : pause

11h15 : Session 5 : Politiques d’enquête / Survey policies
– Steven King (University of Leicester), Constructing England : social survey, public inquires and state power 1750s to 1900
– Julian Hoppit (University College, London), Counting the uncountable or the political arithmetic of smuggling in the British World, 1660-1800
Discutant: Philippe Minard (Université Paris 8 et EHESS)

13h: déjeuner

14h00: Session 6- Le recensement/Census
– Kathrin Levitan (William & Mary University), An instrument of government? The census and the public sphere in nineteenth-century Britain
– Edward Higgs (University of Essex), Census and the emergence of a state-business informational complex
Discutant : Pierre Karila-Cohen (Université Rennes 2)

16h30 : fin des travaux

Dangereuse paperasse!

 

La maison d’édition belge « Zones sensibles »  fait paraître un livre du spécialiste des médias, Ben Kafka, intitulé Le démon de l’écriture. Pouvoirs et limites de la paperasse, et postfacé par l’historien américain Robert Darnton (2013).

Par « paperasse », l’auteur entend « l’ensemble des documents produits en réponse à une demande, réelle ou imaginaire, émanant de l’État ». Il montre que la paperasse syncope en effet les rythmes de l’Etat et peut déstabiliser ses structures.

Exemples : Le bulletin de vote censé servir de fondement au gouvernement représentatif est déclaré nul à cause d’un trou mal perforé. Le mandat censé nous protéger contre les perquisitions et autres saisies arbitraires est émis par erreur à une mauvaise adresse. Le visa qui devrait nous permettre de travailler ou de voyager nous renvoie sans cesse au même endroit dans l’espoir que, cette fois-ci, nous n’aurons pas oublié d’apporter les documents à l’appui.

En temps normal, les accidents sont corrigés, les rythmes restaurés, les structures rétablies. Mais dans certaines conditions exceptionnelles (guerres, révolutions, catastrophes naturelles), un incident technique insignifiant peut mener à des conséquences désastreuses.

Sommaire

 

Écritures grises

Le programme de recherches « Écritures grises. Les instruments de travail administratifs en Europe méridionale (XIIe-XVIIe siècles » est inscrit au plan quinquennal de l’École française de Rome (2012-2016). Coordonné par Clémence Revest, Johann Petitjean et Arnaud Fossier, il est soutenu par le Centre Jean-Mabillon, l’Istituto storico italo-germanico de Trente, l’université de Trieste, le département de jurisprudence de l’université Roma 3 et le CIHAM (UMR 5648).

Ce programme articule la genèse de nouvelles techniques de l’écrit et les mutations des appareils d’État de l’Europe méridionale, aux époques médiévale et moderne. Il part de l’hypothèse, jusqu’ici éprouvée à l’échelle locale ou sur des périodes plus restreintes, que ces deux processus ne sont pas parallèles, mais bel et bien corrélés et interdépendants.

Le parti a été pris de restreindre le domaine d’enquête aux instruments de travail administratifs (formulaires, listes, inventaires, manuels, etc.). Il ne s’agit pas d’examiner un type de source ou d’ensemble textuel, mais, d’une part, de prendre en considération ce dont les autorités publiques se servaient au quotidien pour préparer et accompagner la production des actes, et, d’autre part, d’analyser les fonctions, les usages, les effets, ainsi que la diffusion de ces instruments afin de discuter de leurs éventuelles efficacité et portée normative.

La démarche se veut résolument comparatiste, comme l’attestent les frontières géographiques données au projet. L’Europe méridionale occidentale (Portugal, Espagne, Sud de la France et Italie) est prise comme un laboratoire de la formation, par l’écrit, des administrations publiques à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne. À terme, l’objectif est de tenter la cartographie historique des multiples foyers émetteurs d’innovation scripturaire et de la circulation des techniques administratives entre les chancelleries papale, impériale, seigneuriales, royales, épiscopales et communales, pour mieux comprendre comment et à quels moments ont pu se diffuser des logiques et des procédés d’administration communs à l’Europe méridionale.

Après une rencontre préparatoire, qui s’est tenue le 15 septembre 2012 à l’École française de Rome, le programme s’est déployé autour de deux ateliers de travail de deux jours chacun. Le premier a été consacré en septembre 2013 à l’anatomie des écritures grises, qui ont été étudiées par leur matérialité, en fonction des techniques administratives qu’elles sous-tendent et permettent, et par les logiques formelles transversales à l’œuvre dans l’élaboration de ces instruments. Un deuxième rencontre a été organisée à Rome en octobre 2014 afin d’examiner les différents types d’instrumentation de l’action administrative que sont le fait de compter, d’archiver et de mémorialiser, d’enquêter et d’informer, de décider enfin. Une troisième et dernière rencontre, prenant la forme d’un colloque conclusif, sera organisée en Avignon en novembre 2015. La publication d’un ouvrage collectif viendra parachever l’entreprise en 2017.