AR.C.H.I.ves Project

Filippo de Vivo, de l’université de Birkbeck (Londres), est à la tête d’un programme de recherches consacré à l’histoire comparée des archives de Rome, Venise, Florence, Modène, Milan, Naples et Palerme, de la conservation des documents administratifs dans les cités-Etats du XIIe siècle à la création des Archives d’Etat italiennes.

Ce projet, financé par l’European Research Council, propose d’interroger sur le temps long le processus d’institutionnalisation de la préservation documentaire au moyen d’une série d’études de cas permettant d’observer les liens étroits qui unissent la nature et les transformations des Etats à celles de leurs archives.

Ces travaux sont articulés autour de 6 axes de recherche, qui couvrent des domaines aussi variés les politiques de préservation des documents, l’organisation des services, la matérialité des instruments de conservation, la sociologie des acteurs et, pour finir, les usages socioculturels, politiques et historiens des archives.

Ces axes relèvent d’une volonté proche de celle qui se trouve à la racine du programme Ecritures Grises: compléter l’histoire institutionnelle des chancelleries de la première modernité (en l’occurrence, les services d’archives de ces chancelleries) par une approche sociale et culturelle des pratiques administratives et des instruments de la pratique.