Bilan du workshop « Instrumenter l’action administrative » (10-11 oct. 2014)

Archives Secrètes du Vatican
Archives Secrètes du Vatican

En examinant les usages des instruments de travail administratifs répertoriés lors de la première rencontre (en septembre 2013) – qu’il s’agisse de formulaires, d’inventaires, de questionnaires ou encore de registres de comptes – l’atelier de cette année a d’abord permis de préciser, voire de redéfinir ce que nous entendions par « écritures grises » – expression dont les participants n’ont du reste pas manqué de souligner la ductilité et la plasticité.

Une définition large et extensive des écritures « grises » en ferait le terne pendant des écritures « d’apparat », dont l’étude fut longtemps privilégiée par les diplomatistes (à l’exception notable, comme plusieurs intervenants l’ont rappelé, de Robert-Henri Bautier). Or nos travaux nous ont au contraire permis de nous démarquer d’analyses strictement formelles ou matérielles, quoique la question du support privilégié desdites « écritures grises » (parchemin ou papier ?) ait de nouveau été soulevée. L’attention a davantage été centrée sur les contextes de production et d’utilisation de cette vaste documentation que Pierre Chastang a qualifiée d’« anomique », et nous sont dès lors apparus plus clairement comme étant des « écritures grises » les livres et les papiers – pour ne rien dire des tablettes évoquées l’an dernier par E. Lalou – dont les administrateurs eux-mêmes se servent pour travailler.

L’expression d’« écritures grises » ne recouvre donc pas les documents qui enregistrent ou consignent l’action administrative, aussi banals, austères et gris soient-ils, et les registres de lettres ou de suppliques, ainsi que les cartulaires, doivent être exclus du champ d’étude s’ils ne font pas directement ou indirectement l’objet d’un usage administratif, au risque, sinon, d’une dispersion méthodologiquement préjudiciable. En revanche, les formulaires (E. Canobbio) et les inventaires d’archives (O. Rouchon) en forment bel et bien une partie centrale, dans la mesure où les administrateurs s’en servent comme d’instruments de travail quotidien, pour forger ou classer les documents officiels.

Quant aux fonctions que ces instruments acquièrent et aux usages qui en sont faits, retenons, au sein de la diversité qui nous a été exposée, trois axes structurants, étroitement liés : classer, contrôler, et préparer la décision. Les participants ont noté à plusieurs reprises que les « écritures grises » naissent souvent dans des contextes de conflits ou de litiges. Vouées à prouver des droits ou à mettre en ordre certains documents revêtus d’une fonction probatoire, elles ont pour fonction de classer la documentation « officielle » – la distinction entre « officiel » et « officieux » ayant été retenue, lors de nos discussions, comme un moyen de mieux cerner les « écritures grises » (S. Menzinger). Les inventaires constituent un exemple tout à fait paradigmatique de cet outillage écrit des appareils de gouvernement : ils permettent non seulement aux administrateurs de se repérer dans les archives, mais aussi aux communautés d’agir politiquement – que l’on pense au rapport de forces qui oppose la ville d’Avignon au légat pontifical administrant celle-ci depuis 1377 (O. Rouchon).

Plusieurs cas d’instruments para- ou infra-officiels servant à préparer la décision politique ont également été évoqués, des mémoires que les arbitrios adressent au gouvernement castillan pour résoudre la crise financière du XVIIe siècle (E. Guerra) aux rapports qui accompagnaient et préparaient l’action du Conseil des Pays-Bas espagnols dans la seconde moitié du XVIe siècle, en vue de justifier l’institution monarchique et d’en légitimer les décisions (N. Simon). Gouverner, c’est bien entendu contrôler (un territoire, une population, une information), et les « écritures grises » ont souvent été définies comme les instruments de ce contrôle, qu’il s’agisse des statuts florentins contenant toute une série de documents distincts, tels que des provvedimenti, des listes nominales et des lettres du gouvernement visant à administrer les communautés du contado (L. Tanzini), ou des questionnaires qui, selon les canonistes du XVe siècle, structurent la visite pastorale (S. di Paolo). Mais certains documents servent aussi à contrôler l’administration elle-même, en particulier sur le plan fiscal – dans la Bologne de la fin du XIIIe siècle (M. Conti), ou à la curie épiscopale de Pise au XVe siècle (S. Duval) – ou dans le cas du système d’information et de supervision interne de la Compagnie de Jésus (C. Ferlan).

On notera, pour finir ce modeste bilan, qui ne peut rendre compte de toute la richesse de ces deux journées d’étude, que la chronologie du programme et son ambition comparatiste ont pu également être précisées. P. Chastang a rappelé que la démarche généalogique présentait toujours le risque d’une régression à l’infini, mais aussi d’une exagération des effets de rupture. Aux notions de « révolution » ou d’« explosion » documentaires et archivistiques associées au XIIe siècle, il est dès lors préférable d’utiliser celle de « seuil », qui permet de ne pas renoncer à penser les changements dans la durée en même temps que les effets de discontinuité. Filippo de Vivo a, quant à lui, évoqué l’idée d’une « histoire de la paperasse » qui procéderait par « moments d’accélération », selon une chronologie qui n’est pas totalement assimilable à celle de l’histoire du livre. Il est évident que selon les institutions, et, plus largement, selon les aires géo-administratives qui nous intéressent, seuils et tempi varient. Si dans le Midi français, le XIIIe siècle semble être celui de la systématisation de la production documentaire et archivistique (P. Chastang), il faut attendre Paul V (1605-1621) pour que la papauté se dote d’un véritable organe d’archivage (O. Poncet), la suproduction documentaire caractéristique de la papauté avignonnaise pouvant être interprétée comme le signe et l’effet d’un défaut d’archives (A. Jamme). De la même manière, l’enquête et les instruments qu’elle suscite – en particulier les questionnaires – ne suit pas les mêmes rythmes partout en Europe, ni ne revêt la même fonction : elle peut être moyen de connaissance, démonstration de puissance ou forme de consultation, certains appareils de gouvernement lui préférant d’ailleurs ce que J. Boutier, O. Rouchon et S. Landi ont pu appeler « la politique par correspondance ». Pour prendre un dernier exemple de remise en perspective diachronique, la logique de la liste et la mise en ordre de la documentation communale au travers d’indices et d’inventaires ne triomphent véritablement dans les villes italiennes que dans la seconde moitié du XIVe siècle (I. Lazzarini).

À l’instar de nos précédentes rencontres, les spécificités très fortes de l’Italie communale des XIIIe-XIVe siècles sont d’ailleurs ressorties, avec son incroyable floraison d’offices et la pléthore d’instruments d’action administrative qui en dérivent (M. Conti), auxquelles ont pu, cette année, être comparées celles qui correspondent à l’âge d’or de la bureaucratie espagnole au cours du règne de Philippe II (N. Simon). L’unification de l’arc méditerranéen, du moins durant la période médiévale, a pu être imputée à la pratique partagée du notariat public, et le colloque de 2015 sera sans nul doute l’occasion d’approfondir ces questions par l’étude des circulations et des transferts de modèles de gestion, ainsi que des instruments de travail d’un espace à un autre, d’une institution à une autre. Cette année, ces questions ont surtout été abordées sous l’angle des jeux d’échelles qui lient l’administration centrale aux gouvernements provinciaux ou urbains (S. Truchuelo). Nous espérons donc que certains des problèmes jusqu’ici effleurés seront abordés de manière plus frontale lors du prochain colloque, tels que celui de la langue des documents, qui permettra d’interroger l’éventuelle constitution d’un langage administratif trans-étatique à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne, celui du rôle supposément transformateur joué par la diffusion de l’imprimé également, celui, encore, des influences ecclésiastiques et canoniques sur les usages administratifs séculiers (C. Lenoble), ou, enfin, celui de la solution « technocratique » podestatale, puis de la diplomatie moderne comme facteurs de circulation et d’homogénéisation des instruments de travail administratifs en Europe. Plus généralement, ce sont les liens entre la circulation des individus et celle des instruments ou modèles de gestion administrative qui retiendront notre attention.

 

 

AR.C.H.I.ves Project

Filippo de Vivo, de l’université de Birkbeck (Londres), est à la tête d’un programme de recherches consacré à l’histoire comparée des archives de Rome, Venise, Florence, Modène, Milan, Naples et Palerme, de la conservation des documents administratifs dans les cités-Etats du XIIe siècle à la création des Archives d’Etat italiennes.

Ce projet, financé par l’European Research Council, propose d’interroger sur le temps long le processus d’institutionnalisation de la préservation documentaire au moyen d’une série d’études de cas permettant d’observer les liens étroits qui unissent la nature et les transformations des Etats à celles de leurs archives.

Ces travaux sont articulés autour de 6 axes de recherche, qui couvrent des domaines aussi variés les politiques de préservation des documents, l’organisation des services, la matérialité des instruments de conservation, la sociologie des acteurs et, pour finir, les usages socioculturels, politiques et historiens des archives.

Ces axes relèvent d’une volonté proche de celle qui se trouve à la racine du programme Ecritures Grises: compléter l’histoire institutionnelle des chancelleries de la première modernité (en l’occurrence, les services d’archives de ces chancelleries) par une approche sociale et culturelle des pratiques administratives et des instruments de la pratique.