Programme du workshop « Grey Writings Anatomy » (20-21 sept. 2013)

 

Gilles de Rome, Le gouvernement des princes

Dans le cadre du programme de recherches « Écritures grises. Les instruments de travail administratifs en Europe méridionale (XIIe-XVIIe siècle) », l’atelier d’études « Grey Writings Anatomy » ouvre l’exploration des écritures de l’autorité publique et de leurs mutations sur le temps long (ca 1100 – ca 1700) par l’examen de leurs spécificités matérielles, linguistiques et formelles. En tâchant de se placer en-deça des traditionnelles typologies documentaires, l’objectif est de définir ce qu’est une « écriture grise » par la comparaison des divers instruments écrits utilisés par les appareils de gouvernement, mais aussi d’enrichir le concept d’« administration » en substituant aux schémas fonctionnalistes et aux organigrammes contemporains l’analyse des chaînes, des techniques et des logiques d’écriture para-politiques du Bas Moyen Âge et de la Première Modernité.

Trois axes complémentaires seront privilégiés, pour autant de demi-journées d’étude. Une première session autour de « la matérialité » soumettra à enquête les écritures comptables et judiciaires, ainsi que les registres de délibération, pour réfléchir aux supports des documents préparatoires qu’utilisaient les administrations et dégager ainsi les critères de définition matériels de l’« écriture grise ». Une seconde session mettra l’accent sur certaines des « techniques administratives » fondamentales qui permettaient aux appareils de gouvernement de fonctionner (classer, archiver, styler, traduire etc.). Une troisième session interrogera les « logiques formelles » transversales à l’œuvre dans la confection des instruments de travail administratifs, ainsi que dans la production documentaire quotidienne des appareils de gouvernement (la liste, la compilation, le questionnaire etc.).

Vendredi 20 septembre

Accueil des participants

Arnaud Fossier (Univ. Bourgogne)
Johann Petitjean (Univ. Paris 1)
Clémence Revest (CNRS, École française de Rome)
Genèse d’un programme de recherche et présentation des enjeux de l’atelier

 

Types et supports documentaires : la matérialité de l’écriture grise

 

Président de séance

Paolo Cammarosano (Centro europeo di Ricerche Medievali di Trieste)

Julien Théry (Univ. Monptellier)
Declaratorie contra episcopum. Une synthèse curiale à l’usage de Clément IV sur les procédures pontificales contre Heinrich von Vistingen, archevêque-élu de Trèves (1261-1267)
François Otchakovsky-Laurens (Univ. Aix-Marseille)
Tenir registre, réunir l’assemblée : quel statut pour l’écriture municipale à Marseille au XIVe siècle ?
Elisabeth Lalou (Univ. Rouen)
Tablettes de cire : écriture grise ?
Guillaume Gaudin (Univ. Toulouse)
Le « manejo de papeles » et les instruments du travail administratif au Conseil des Indes (XVIIe siècle)
 

Techniques administratives : classement, langages et formalisation

 

Présidente de séance

Cecilia Nubola (Università Trento)

Olivier Guyotjeannin (École des Chartes)
Outils en grisaille : les inventaires d’archives médiévaux
Benoît Grévin (CNRS, Lamop)
Chancelleries et ars dictaminis (XIIe-XVe  siècle)
Guillaume Calafat (École française de Rome)
La supplique comme dossier. Informations et rescrits dans le Grand Duché de Toscane (1600-1700)

 

Samedi 21 septembre

 

Logiques formelles et rationalité administrative

 

Président de séance

Armand Jamme (CNRS, CIHAM)

Fabrice Delivré (Univ. Paris I/Lamop)
La chrétienté en liste. Genèse et fortunes du Provincial de l’Église romaine (XIIe-XVe siècle)
Andreas Meyer (Univ. Marburg)
Il « Liber Cancellariae apostolicae » : lo strumento centrale per il governo della chiesa universale
Maria Cristina Cunha (Univ. Porto)
Les logiques de formalisation des documents épiscopaux de Braga aux XIIIe et XIVe siècles
Pascal Vuillemin (Univ. Savoie)
« Quelques nuances de gris »… Écritures grises et réformes ecclésiastiques dans les diocèses d’Italie du Nord à la fin du Moyen Âge

 

Listes et culture de l’écrit au Moyen Âge

Coordonné par Laurent Feller (Université Paris 1, LAMOP) et Pierre Chastang (Université Versailles Saint-Quentin, ESR), le projet de recherche « Listes et culture de l’écrit au Moyen Âge » propose d’interroger l’histoire de la liste – comme mode d’écriture spécifique et outil de connaissance – dans la perspective des transformations de la culture de l’écrit et des processus discontinus de rationalisation du travail intellectuel et de l’action, qui caractérisent la période s’étendant des temps carolingiens jusque vers 1550. Par son caractère transversal, l’objet de recherche qu’est la liste transgresse les frontières modernes du pragmatique, du didactique et du poétique, ainsi que les champs de spécialisation académique afférents. Le projet de recherche entend par conséquent réunir autour de ce thème des littéraires, des lexicographes, des historiens, des anthropologues et des spécialistes de la pensée médiévale.

En juillet 2013, sera établi un questionnaire collectif qui servira de guide à la rédaction d’un projet de recherche pluriannuel. Trois problèmes paraissent d’ores et déjà fondamentaux.
1. Le lien entre l’oralité et l’écriture. La liste étant ordinairement envisagée, depuis les travaux de Jack Goody, comme une forme scripturale caractéristique des sociétés dans lesquelles l’oralité continue à tenir une place importante.
2. Le rapport entre liste et paradigme. Si le contenu de la liste est souvent déterminé par la situation réelle des choses que le rédacteur inscrit, le processus d’écriture de la liste procède d’une qualification des choses, produisant des ensembles d’objets ou de propriétés inédits. Il conviendra donc d’identifier, de manière diachronique, les grands systèmes de nomenclature et les lieux particuliers de leur (re)production.
3. Les formes de connaissance et de rationalité introduites par la liste. Il s’agira de mettre à profit la notion de « pratiques épistémiques » (Wolfgang Detels) afin de réévaluer l’apport de la liste à l’émergence d’une rationalité de type instrumentale (Max Weber) et aux processus de rationalisation des conduites qui caractérisent l’histoire de la société occidentale à partir du Moyen Âge central.

Quatre séminaires préparatoires (janvier – juin 2013)
1. 18 janvier (Paris) : Liste : histoire, langue et sciences sociales.
Francis Joannès ; Florence Weber ; Olivier Bertrand
2. 15 février (Saint-Quentin) : Listes et administration du prélèvement.
Joseph Morsel, Harmony Dewez, Jean-Pierre Devroey
3. 26 avril (Paris) : Listes et systèmes de gouvernement.
Giuliano Milani, David Sassu-Normand, Valérie Theis
4. 14 juin (Saint-Quentin) : Listes, rhétorique, et champ du littéraire.
Monique Goullet, Madeleine Jeay, Éléonore Andrieu

Plus de détails sur ce projet de recherche…

« Écritures grises » : la première rencontre (Rome, 15 sept. 2012)

 

 

Participants :

Paolo Cammarosano, Marie Dejoux, Fabrice Delivré, Silvia di Paolo, Guillaume Gaudin, Benoît Grévin, Arnaud Fossier, Armand Jamme, Boris Jeanne, Cecilia Nubola, Stéphane Péquignot, Johann Petitjean, Olivier Poncet, Clémence Revest.

 

Cette première rencontre a permis de faire évoluer le projet « Écritures grises » initial en élargissant le champ documentaire exploré et en affinant un certain nombre de questionnements sur les sources écrites soumises à l’étude.

 

De nombreux participants ont d’abord proposé de voir dans les instruments de travail administratifs l’ensemble des écrits préparant la rédaction de l’acte, de la lettre ou, plus largement, du document officiel. On pense ici en premier lieu aux brouillons (le « gris du gris » pour reprendre l’expression de S. Péquignot), même s’il est rare que nous en disposions. G. Gaudin a ainsi évoqué le cas exceptionnel de l’expediente, un dossier contenant tous les papiers préparatoires et les pièces justificatives qui conduisaient à la production de documents par le Conseil du roi d’Espagne, au XVIIe siècle.

 

Dès le XIIIe siècle, en particulier dans les chancelleries impériale et papale, les formulaires et, plus globalement, les compilations de modèles d’actes, de suppliques et de lettres relèvent également de cette catégorie d’instruments de travail situés en amont des documents officiels, puisque ces derniers, assistant non pas leur lecture, comme le rappelle F. Delivré, mais bien leur écriture. Au XVIIe siècle encore, les administrateurs disposent, en Italie, de recueils de suppliques, que C. Nubola qualifie de « littérature grise » et qui permettent d’accélérer la prise de décision du prince ou du monarque.

 

A. Jamme souligne qu’il serait toutefois dommageable de se limiter aux formulaires et recueils de modèles épistolaires. Les comptes et les enquêtes sont en effet, dès le XIVe siècle, au centre du gouvernement, qu’il soit royal, princier ou pontifical. Il faudrait donc intégrer au champ d’étude, d’une part, les instruments de la comptabilité d’État tels que les listes de perception, les fouages ou les listes de taxes et, d’autre part, les écrits – les questionnaires, par exemple – qui préparaient les grandes enquêtes mises en place par les États royaux dès le XIIIe siècle (M. Dejoux).

 

Les instruments du travail administratif sont aussi « ceux qui contribuent à la transmission, à la conservation et à la consultation des documents produits par les appreils administratifs » (S. Péquignot). De nombreux participants ont donc mis l’accent sur les inventaires, véritables instruments d’archivage et de classement, dans les administrations communales italienne (P. Cammarosano) ou dans le royaume d’Aragon, puisqu’une centaine d’inventaires permettant de retrouver les droits et privilèges concédés par le roi ont été dressés entre la fin du XIIIe et la fin du XVe siècle.

 

Quant aux registres et aux cartulaires, ils ne seront soumis à l’étude que sous l’angle de l’utilisation qui en est faite en vue de la production de nouveaux documents. S. Péquignot donne l’exemple des notes additionnelles inscrites dans les registres de la Couronne d’Aragon . On s’y référait en effet pour produire et rédiger de nouveaux actes.

 

A. Jamme invite à mieux définir l’objet d’étude en opérant la distinction entre « instruments de travail administratifs » (au cœur de notre programme de recherche) et « instruments du travail administratif » : quand les premiers préparent le gouvernement, les seconds en sont les supports effectifs. De la même manière, il nous fait d’emblée différencier les techniques du pouvoir et de l’écrit, telles que le droit qui contribue à structurer les documents à portée normative, tout au long de la période que nous avons retenue, des instruments à proprement parler que nous considérerons comme les adjuvants des documents produits par les pouvoirs publics.

 

La plupart des participants ont noté que notre objectif ne devait pas être d’établir une typologie documentaire, mais plutôt d’identifier certaines logiques transversales de production documentaire. La porosité des genres ou types de documents évoqués ci-dessus – B. Grévin pense, par exemple, aux formulaires d’actes et aux summe dictaminis du XIIIe siècle – ainsi que les « glissements documentaires » et la « complémentarité des techniques de l’écrit » (A. Jamme) empêchent en effet toute tentative typologique.

 

Le but sera donc d’examiner les formes de communication et les échanges entre différents types documentaires, plutôt que d’alimenter le morcellement historiographique actuel. On peut ainsi penser aux homologies formelles entre écritures comptables et autres dynamiques d’écriture des appareils administratifs de la fin du Moyen Âge (A. Jamme) ou questionner le processus de construction de l’autorité publique médiévale auquel contribuent tant les enquêtes administratives que les visites de contrôle d’institutions telles que les hôpitaux (S. di Paolo).

 

Nous ne perdrons pas de vue le fait que l’oralité tient une place prépondérante dans la construction de cette autorité et que bien souvent – les procès-verbaux des conseils citadins de l’Italie médiévale en sont un exemple paradigmatique – l’écrit n’est que la transcription d’un verbum oral dont le statut d’instrument de travail administratif devra être questionné (P. Cammarosano).

 

Les techniques spécifiques de l’écrit, quant à elles (l’index, le répertoire, le tableau ou encore la liste) devront être étudiées sous l’angle de cette formalisation croissante des instruments de travail administratifs, se substituant, selon une chronologie qui reste cependant à préciser, aux formes orales de gouvernement. La liste a notamment été évoquée à plusieurs reprises, au travers des exemples des pouillés épiscopaux ou du Provincial de l’Église romaine, cette liste des diocèses de la chrétienté dressée hors de la Curie romaine mais utilisée par celle-ci dès le XIIe siècle (F. Delivré).

 

Pour tous les participants d’ailleurs, l’exclusion du champ d’étude des instruments de travail établis hors des institutions productrices de documents officiels ne tient pas, puisque de tels outils pouvaient être utilisés par les institutions en question, comme en témoignent l’influence du notariat public sur les chancelleries épiscopales italiennes des trois derniers siècles du Moyen Âge ou les influences « médiates » et « immédiates » du dictamen, pour reprendre la distinction de B. Grévin, sur la rédaction des actes de chancellerie. Plus globalement, ce sont les interpénétrations et interdépendances des instruments de travail administratifs, d’une institution à l’autre, qui devront retenir toute notre attention.

 

LES LIEUX

 

Le second apport de cette première rencontre réside dans la définition des lieux soumis à l’étude. La terminologie devra rapidement être fixée, car, comme le souligne A. Jamme, la langue italienne distingue amministrazione et governo là où le français assimile souvent administration et gouvernement. On tâchera donc de différencier l’administration, notion plus large et plus souple que celle d’État, permettant de renvoyer aux aspects bureaucratiques de l’autorité publique (l’administration en est comme la « prothèse »), du gouvernement qui désigne l’action de diriger. Nous ne nous limiterons pas aux seuls appareils d’État, puisque tout l’enjeu de ce programme est de détacher, de la genèse de ce dernier déjà amplement étudiée, les logiques et les techniques de l’écrit permettant, aussi bien aux communes et aux évêques qu’au pape et aux monarques, en somme aux pouvoirs territoriaux en place, de gouverner.

 

On rappelle, à cette occasion, que l’objectif du programme de recherche n’est pas non plus de refaire une histoire sociale et culturelle du notariat ou des personnels administratifs. Si tous les participants s’accordent à dire qu’un instrument de travail n’est jamais réductible à une rationalité technique pure et qu’il est indissociable des agents qui en déploient les usages – G. Gaudin donne l’exemple passionnant des infra-letrados qui peuplent les conseils de la monarchie espagnole au XVIIe siècle et composent même un « ministère des papiers » –, il est admis que l’historiographie, en particulier italienne, est déjà très active sur la question des notaires et des officiers.

 

Nous pouvons éclaircir le tableau en dégageant quatre grands types d’institutions prises en compte, dont les prolongements administratifs, du moins, devront être étudiés : les administrations royales et impériale (tant au niveau central qu’au niveau délégué), les offices papaux, les curies épiscopales et autres bureaucraties ecclésiastiques (S. di Paolo propose d’explorer la documentation tardo-médiévale relative à la gestion des hôpitaux, par exemple) et les organes de gouvernement urbains (les seigneuries n’ayant, pour le moment, pas été évoquées).

 

P. Cammarosano recommande même de partir du niveau institutionnel urbain, pertinent dans le cadre d’une enquête qui se veut comparative à l’échelle méditerranéenne ; en outre, les chancelleries urbaines italiennes se peuplent, dès le XIIIe siècle, de notaires spécialisés tant dans les rédaction des Libri iurium que dans les procès-verbaux des procès communaux ou l’estimation des biens confisqués et mis en vente, ce qui garantit une abondante documentation sur laquelle fonder notre étude. Il suggère également de diriger le regard vers les communautés rurales.

 

Le programme « Écritures grises » repose sur un décloisonnement des lieux institutionnels de gouvernement puisque nous cherchons à observer les phénomènes de diffusion et de transfert de modèles, voire d’« acculturation administrative » (S. Péquignot), évidemment différenciés selon les territoires. S. Péquignot revient ainsi sur les rapports entre centre et périphérie dans le cas aragonais et souligne que l’intégration de nouveaux territoires à la Couronne ne signifiait pas l’adoption immédiate ni même complète des modèles d’écriture venus « d’en haut », à la fin du Moyen Âge. Les contestations, en effet, étaient multiples et la monarchie devait composer avec la distance pour gouverner pacifiquement la pluralité de sujets intégrés à la Couronne. B. Jeanne donne, quant à lui, l’exemple de l’exportation, via les ordres missionnaires, de certaines techniques administratives romaines dans le Nouveau Monde.

 

Le rôle pionnier et moteur des chancelleries a donc été souligné à plusieurs reprises. On sait l’influence décisive que la Chancellerie et la Pénitencerie papales ont eue sur les modes d’écriture de la royauté française et, plus généralement, sur l’écriture des suppliques en Occident. Mais au XIVe siècle, c’est aussi la Chambre apostolique qui modifie en profondeur les formes et les pratiques comptables des marchands hors de la Curie (A. Jamme). De la même manière, les procédures comptables ainsi que la structure des archives de la monarchie aragonnaise se sont diffusées à l’échelle locale.

 

LE TEMPS

 

Cette étude des emprunts, des échanges, des impositions et des contestations de modèles, instruments et techniques de l’écrit n’a de sens que si elle s’inscrit dans une carte des territoires politiques et institutionnels mais aussi dans un temps continu de crises, de réformes et de ruptures. Quoique contestable, en tout cas non généralisable, le concept de « révolution documentaire » du XIIe siècle renvoie, par exemple, à la fin de l’hégémonie ecclésiastique sur l’écriture et à l’essor des écritures laïques (les écritures courantes ne se développant véritablement qu’au XIIIe siècle). Il constitue donc l’une des bornes chronologiques de notre enquête. Mais les évolutions sont lentes, tant sur le plan des techniques (le succès du papier n’est que très progressif) que des formats (les registres de suppliques de la papauté ne font, par exemple, leur apparition qu’en 1342, bien après la mise en place d’un système de réponse aux suppliants) ou des modes d’organisation archivistique (les communes italiennes ne sont presque toutes dotées d’archives qu’au début du XVe siècle).

 

À cette échelle macroscopique, les moments de crise institutionnelle et de réforme cristallisent un grand nombre de changements dans la technologie de l’écrit. Ils suscitent en effet la création de nouveaux instruments de travail venant parfois se substituer aux anciens, le Grand Schisme d’Occident constituant, dans cette optique, un temps décisif de réforme de l’administration papale et de ses instruments à la fin du XIVe siècle. La Couronne d’Aragon se réforme, elle, dans les années 1330, au cours desquelles les ordonnances de cour bouleversent le fonctionnement de l’administration royale.

 

À une autre échelle, devront être observées de plus près la survie de certains de ces instruments de travail administratifs sur le temps très long (F. Delivré évoque ainsi le Liber Diurnus) et, a contrario, leur disparition, brutale ou progressive. Mais ces cas sont en réalité exceptionnels et la norme est bien plutôt celle du changement dans la répétition et réciproquement de la pérennité de ces instruments au fil de leurs ajustements et modifications. L’enquête menée par A. Jamme sur les livres d’officiers du pape fait par exemple état des reconsidérations administratives lors de chaque changement de pape ou du personnel chargé de l’écriture.

 

Pour finir, la place de l’écrit dans les administrations de l’Europe méridionale devra être mesurée à l’aune de l’oralité, O. Poncet rappelant que le mouvement de formalisation de l’oralité à l’époque moderne, loin d’être linéaire, s’est fait par à-coups et oscillations, entre crescendi et decrescendi, selon les mouvements d’expansion et de rétraction des États, selon aussi, dans le cas des suppliques par exemple, l’autonomie octroyée aux sujets administrés.