Programme du workshop « Grey Writings Anatomy » (20-21 sept. 2013)

 

Gilles de Rome, Le gouvernement des princes

Dans le cadre du programme de recherches « Écritures grises. Les instruments de travail administratifs en Europe méridionale (XIIe-XVIIe siècle) », l’atelier d’études « Grey Writings Anatomy » ouvre l’exploration des écritures de l’autorité publique et de leurs mutations sur le temps long (ca 1100 – ca 1700) par l’examen de leurs spécificités matérielles, linguistiques et formelles. En tâchant de se placer en-deça des traditionnelles typologies documentaires, l’objectif est de définir ce qu’est une « écriture grise » par la comparaison des divers instruments écrits utilisés par les appareils de gouvernement, mais aussi d’enrichir le concept d’« administration » en substituant aux schémas fonctionnalistes et aux organigrammes contemporains l’analyse des chaînes, des techniques et des logiques d’écriture para-politiques du Bas Moyen Âge et de la Première Modernité.

Trois axes complémentaires seront privilégiés, pour autant de demi-journées d’étude. Une première session autour de « la matérialité » soumettra à enquête les écritures comptables et judiciaires, ainsi que les registres de délibération, pour réfléchir aux supports des documents préparatoires qu’utilisaient les administrations et dégager ainsi les critères de définition matériels de l’« écriture grise ». Une seconde session mettra l’accent sur certaines des « techniques administratives » fondamentales qui permettaient aux appareils de gouvernement de fonctionner (classer, archiver, styler, traduire etc.). Une troisième session interrogera les « logiques formelles » transversales à l’œuvre dans la confection des instruments de travail administratifs, ainsi que dans la production documentaire quotidienne des appareils de gouvernement (la liste, la compilation, le questionnaire etc.).

Vendredi 20 septembre

Accueil des participants

Arnaud Fossier (Univ. Bourgogne)
Johann Petitjean (Univ. Paris 1)
Clémence Revest (CNRS, École française de Rome)
Genèse d’un programme de recherche et présentation des enjeux de l’atelier

 

Types et supports documentaires : la matérialité de l’écriture grise

 

Président de séance

Paolo Cammarosano (Centro europeo di Ricerche Medievali di Trieste)

Julien Théry (Univ. Monptellier)
Declaratorie contra episcopum. Une synthèse curiale à l’usage de Clément IV sur les procédures pontificales contre Heinrich von Vistingen, archevêque-élu de Trèves (1261-1267)
François Otchakovsky-Laurens (Univ. Aix-Marseille)
Tenir registre, réunir l’assemblée : quel statut pour l’écriture municipale à Marseille au XIVe siècle ?
Elisabeth Lalou (Univ. Rouen)
Tablettes de cire : écriture grise ?
Guillaume Gaudin (Univ. Toulouse)
Le « manejo de papeles » et les instruments du travail administratif au Conseil des Indes (XVIIe siècle)
 

Techniques administratives : classement, langages et formalisation

 

Présidente de séance

Cecilia Nubola (Università Trento)

Olivier Guyotjeannin (École des Chartes)
Outils en grisaille : les inventaires d’archives médiévaux
Benoît Grévin (CNRS, Lamop)
Chancelleries et ars dictaminis (XIIe-XVe  siècle)
Guillaume Calafat (École française de Rome)
La supplique comme dossier. Informations et rescrits dans le Grand Duché de Toscane (1600-1700)

 

Samedi 21 septembre

 

Logiques formelles et rationalité administrative

 

Président de séance

Armand Jamme (CNRS, CIHAM)

Fabrice Delivré (Univ. Paris I/Lamop)
La chrétienté en liste. Genèse et fortunes du Provincial de l’Église romaine (XIIe-XVe siècle)
Andreas Meyer (Univ. Marburg)
Il « Liber Cancellariae apostolicae » : lo strumento centrale per il governo della chiesa universale
Maria Cristina Cunha (Univ. Porto)
Les logiques de formalisation des documents épiscopaux de Braga aux XIIIe et XIVe siècles
Pascal Vuillemin (Univ. Savoie)
« Quelques nuances de gris »… Écritures grises et réformes ecclésiastiques dans les diocèses d’Italie du Nord à la fin du Moyen Âge

 

Écritures comptables (XIIIe-XVIe siècles)

Genèse médiévale d’une méthode administrative (programme ANR, 2011-2014).

Formes et pratiques des comptabilités princières (Savoie Dauphiné, Provence, Venaissin) entre XIIIe et XVIe siècle

 

Coordination

Armand Jamme (CNRS, Université Lyon 2)
Thierry Pécout (Université de Provence)

Partenaires

Université d’Avignon
Université de Chambéry
Université de Grenoble
Université de Genève, Suisse
Université du Québec à Montréal et Université de Moncton (Grepsom), Canada
Archives départementales des Bouches-du-Rhône, de l’Isère, de la Drôme, du Rhône, de Haute-Savoie, de Savoie, du Vaucluse

Programme

Le programme GEMMA s’articule autour de quatre tâches complémentaires réalisées par les différents partenaires selon des échéanciers propres : la numérisation des sources en étroite collaboration avec les Archives départementales de l’espace concerné, leur insertion sur un site Internet, la réalisation des transcriptions et le développement des méthodes d’interrogation informatique, l’approfondissement des connaissances en matière comptable et la valorisation scientifique des acquis. Ce dernier aspect repose sur l’organisation d’un cycle itinérant de journées d’étude organisées tour à tour par chaque partenaire dans les institutions adhérant au projet (Universités d’Aix-Marseille I, d’Avignon, de Chambéry, de Grenoble, de Lyon II et de Genève) et ouvertes à des communicants membres du projet ou non, dans une perspective comparatiste.

En collaboration avec le partenaire québécois, deux registres issus de la Chambre des comptes de Provence (Archives départementales des Bouches-du-Rhône) et articulant méthodes de vérifications comptables et procédures de recouvrement et de sauvegarde du domaine royal, seront édités sous la forme d’un volume papier, par les Éditions du CTHS (Paris).

En juin 2013 à Aix-en-Provence (UMR TELEMME), seront consacrées deux journées d’étude concernant le thème des « Expériences marchandes, ecclésiastiques et urbaines dans l’élaboration des comptabilités princières ».

Appel à contributions pour les journées d’étude de juin 2013

La quatrième rencontre du programme GEMMA financé par l’Agence nationale de la recherche aura lieu à la Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme d’Aix-en-Provence, salle Georges Duby, les 13-14 juin 2013. Elle portera sur les expériences marchandes, ecclésiastiques et urbaines dans l’élaboration des comptabilités princières en Dauphiné, Provence, Savoie, Venaissin et autres principautés d’Occident.

De l’autel à l’écritoire : aux origines des comptabilités princières en Occident, XIIe-XIVsiècles

La mise en place des comptabilités princières, dans le courant du XIIIe siècle, nécessite deux types de réflexion. La première porte sur le personnel mobilisé par le prince, son origine, sa formation et sa culture familiale et professionnelle. La seconde interroge les méthodes de mise à l’écrit, de conservation et de consultation utilisées par les institutions chargées de la comptabilité princière, tout particulièrement les Chambres des comptes.

Pour ces deux aspects, la réflexion s’est surtout développée en termes d’influences et s’est ainsi portée sur la question de l’apport des milieux urbains, marchands et des institutions communales, ainsi que sur la place du notariat et des hommes de loi. Par exemple, dans le cas de la principauté angevine de Provence, a été noté l’apport probable d’un personnel provenant de la péninsule Italienne, des communes du Piémont, de Lombardie et de Ligurie, de Toscane, en particulier à l’occasion de la venue des podestats et de leur suite lors des mutations des gouvernements communaux. La comptabilité princière entretient vraisemblablement d’étroites relations avec ces milieux et les comptabilités urbaines, mais selon des modalités et une chronologie qui restent à éclaircir, à partir d’une étude précise du vocabulaire institutionnel et de la structure des écrits comptables. En second lieu, si le recours à un personnel étranger par les gouvernements princiers a donné lieu à de distinctes enquêtes prosopographiques, il reste à mettre en relation leurs compétences avec l’élaboration des méthodes de comptabilité. La circulation de ce personnel qualifié mérite aussi une recherche précise dépassant l’échelle d’une seule principauté territoriale.

Un second domaine nous paraît en revanche encore en friche, malgré les perspectives ouvertes par des travaux portant plutôt sur le Moyen Âge finissant. Il s’agit de l’importance de la matrice ecclésiastique dans ce processus d’élaboration, qui tempère ou plutôt complète les pistes profanes décrites ci-dessus. L’enquête devra d’abord porter sur la présence de la comptabilité et sa nécessité au sein de structures ecclésiales et de communautés religieuses pour lesquelles le calcul et le comput sont constitutifs de leur formation intellectuelle. Au sein de milieux ecclésiastiques provenant eux mêmes de milieux urbains, comme les chapitres cathédraux, la mise en place dans le courant du XIIIe siècle d’outils comptables améliorant la gestion de la mémoire et de la commémoration des défunts, tels les livres des anniversaires, nécrologes et obituaires, mérite une attention spéciale. Ensuite, le développement d’une fiscalité pontificale, avec la décime, a imposé aux évêques et aux chapitres cathédraux, qui en sont les relais locaux, la mise en place d’une comptabilité bénéficiale et d’une rationalisation de sa gestion qu’il s’agira d’examiner de près. Quelle a été leur conséquence sur l’émergence de compétences spécifiques au sein de ce milieu clérical ? La place des clercs séculiers dans les premières institutions comptables princières, et d’un personnel de notaires et de scribes issu de leur entourage, et en retour la présence de nombreux collaborateurs du prince au sein de ce milieu, doit nourrir enfin une enquête d’histoire sociale de l’institution comptable. Elle ouvrira sans doute de nouvelles perspectives non seulement au regard de l’élaboration des outils comptables, mais aussi du lien qu’ils peuvent entretenir avec certaines de leurs origines. Les enjeux idéologiques sont ici prégnants, quand pareille comptabilité a d’abord été mise en œuvre comme un auxiliaire de l’économie du salut.

Le résumé (d’une page maximum) doit être envoyé à
Thierry.Pecout@univ-st-etienne.fr et/ou Armand.Jamme@univ-lyon2.fr
La date limite pour faire parvenir ces résumés est le 31 décembre 2012.