Les enquêtes en Grande-Bretagne, XIe-XXe siècles. Savoirs et instruments de gouvernement

britishisles_x480-g2Le Groupement de recherches « Mondes britanniques » (CNRS) organise, les 17 et 18 octobre 2013 avec le soutien de l’IUF, un colloque international consacré à l’étude, sur le temps long, des « enquêtes » en Grande-Bretagne.

 

Surveys in Great-Britain, XIth-XXth Centuries. Knowledge and instruments of government

 

Lieu : EHESS, Salle 638
190 avenue de France, 75013 Paris
Métro : Quai de la gare (ligne 6) ou Bibliothèque F. Mitterrand (ligne 14)

Merci de vous inscrire (gratuitement) en envoyant un simple courriel à : enquetegdr2013@gmail.com

PROGRAMME

Jeudi 17 octobre 2013

9h30: Accueil

9h45: Introduction, Fanny Madeline et Vincent Denis

10h15 : Session 1- Les enquêtes du Domesday Book/Domeday Book inquests
– David Roffe (University of Sheffield), Domesday: the inquest and the book in perspective
– Stephen Baxter (King’s College, London), Exon Domesday and the genesis of Domesday Book
Discutant : Jean-Pierre Devroey (Université libre de Bruxelles)

12h déjeuner

13h45 : Session 2- Les enquêtes sociales au XVIIIe siècle/Social Inquiries in the XVIIIth Century
– Jacques Carré (Université Paris 4), L’enquête au secours de la pauvreté ? David Davies, Frederick Morton Eden et leurs enquêtes (1795-1797)
– Joanna Innes (Oxford University), Empirical social enquiry in the long eighteenth century
Discutante : Marie-Noëlle Bourguet (Université Paris-Diderot)

15h30: pause

16h: Session 3- Enquêtes et enquêteurs au XIXe siècle/ Survey and Surveyors in the XIXth Century
– Christian Topalov (EHESS), Comment Charles Booth faisait-il enquête ?
– Frédéric Moret (Université Paris-Est Marne la Vallée), Expertise et engagement : la commission royale de 1833 sur les corporations municipales
Discutant : Antoine Savoye (Université Paris 8)

Vendredi 18 octobre 2013

9h15 : Session 4- Les enquêtes royales au XIIe et XIIIe siècle/ Royal Inquiries in the XIIth and XIIIth Century
– Fanny Madeline (LAMOP-Paris 1), Les enquêtes de la monarchie anglaise du Domesday Book aux hundred rolls (1066-1272)
– Sandra Raban (Trinity hall, Cambridge), The inquiries of Edward I (1272-1307)
Discutante : Marie Dejoux (LAMOP-CNRS, Paris 1)

11h : pause

11h15 : Session 5 : Politiques d’enquête / Survey policies
– Steven King (University of Leicester), Constructing England : social survey, public inquires and state power 1750s to 1900
– Julian Hoppit (University College, London), Counting the uncountable or the political arithmetic of smuggling in the British World, 1660-1800
Discutant: Philippe Minard (Université Paris 8 et EHESS)

13h: déjeuner

14h00: Session 6- Le recensement/Census
– Kathrin Levitan (William & Mary University), An instrument of government? The census and the public sphere in nineteenth-century Britain
– Edward Higgs (University of Essex), Census and the emergence of a state-business informational complex
Discutant : Pierre Karila-Cohen (Université Rennes 2)

16h30 : fin des travaux

AR.C.H.I.ves Project

Filippo de Vivo, de l’université de Birkbeck (Londres), est à la tête d’un programme de recherches consacré à l’histoire comparée des archives de Rome, Venise, Florence, Modène, Milan, Naples et Palerme, de la conservation des documents administratifs dans les cités-Etats du XIIe siècle à la création des Archives d’Etat italiennes.

Ce projet, financé par l’European Research Council, propose d’interroger sur le temps long le processus d’institutionnalisation de la préservation documentaire au moyen d’une série d’études de cas permettant d’observer les liens étroits qui unissent la nature et les transformations des Etats à celles de leurs archives.

Ces travaux sont articulés autour de 6 axes de recherche, qui couvrent des domaines aussi variés les politiques de préservation des documents, l’organisation des services, la matérialité des instruments de conservation, la sociologie des acteurs et, pour finir, les usages socioculturels, politiques et historiens des archives.

Ces axes relèvent d’une volonté proche de celle qui se trouve à la racine du programme Ecritures Grises: compléter l’histoire institutionnelle des chancelleries de la première modernité (en l’occurrence, les services d’archives de ces chancelleries) par une approche sociale et culturelle des pratiques administratives et des instruments de la pratique.

Un Nouveau Monde de papier(s)


C’est avec plaisir que nous annonçons la sortie du livre de notre collègue Guillaume Gaudin (Université Toulouse 2 Le Mirail) : Penser et gouverner le Nouveau Monde au XVIIe siècke. L’empire de papier de Juan Díez de la Calle, commis du Conseil des Indes (L’Harmattan 2013, 377 p.).

Ce livre, qui fut d’abord une thèse doctorat dirigée par Thomas Calvo, soutenue en 2010, est composé de trois parties. La première, d’ordre biographique, s’attache à rendre compte de l’univers socio-professionnel de Juan Díez, « personnage de second rang » pour reprendre le mot de l’auteur. Pour ce faire, l’auteur retrace l’histoire de cette famille de serviteurs de la monarchie espagnole, avant de proposer une analyse des réseaux et du quotidien de l’administrateur lui-même au sein du secrétariat de la Nouvelle Espagne entre 1624 et 1662.

Les cadres étant posés, l’homme glisse derrière le papier.
La deuxième partie prolonge un certain nombre de considérations rapidement esquissées dans la première tout en modifiant le niveau d’analyse pour s’intéresser aux écrits et à la boîte à outils de l’administrateur, à ces listes patiemment dressées, modifiées et sans cesse consultées, pour administrer de loin.

Et c’est logiquement que la troisième et dernière partie du livre interroge, de manière particulièrement convaincante à nos yeux, les effets de ces écritures grises sur les savoirs d’Etat et sur les actions, sur les représentations géographiques et politiques, sur les manières concrètes de voir, de penser et de gérer l’espace impérial.

Ce billet est trop bref pour évoquer tous les apports de cette fine étude de l’administration espagnole au XVIIe siècle, révélée par les papiers exceptionnels d’un personnage normal. Surtout, il ne rend pas justice à l’ampleur et à la qualité du travail réalisé par G. Gaudin

GreyNet : études sur la « littérature grise » contemporaine

Depuis 1992, il existe un réseau dédié à l’étude de la « littérature grise » produite par les administrations publiques, par les organisations scientifiques ou par les entreprises.
Ce Grey Litterature Network Service (ou GreyNet) a pour objectif d’organiser des conférences internationales, d’alimenter plusieurs bases de données collaboratives et de publier une revue, The Grey Journal, dont le dernier numéro paru est consacré au thème de la « conduite du changement » (automne 2012). GreyNet décerne également un prix annuel qui récompense une recherche innovante en sciences de l’information et des bibliothèques.
De nombreux, et divers, organismes de recherche se sont associés à l’entreprise, tels l’Institute of Information Science and Technologies, le Slovak Centre of Scientific and Technical Information, la Nuclear Information Section of the International Atomic Energy Agency, la Bibliothèque du Congrès, l’Académie de Médecine de New York et le CNRS.

Site : http://www.greynet.org/home.html
Contact : info@greynet.org